Live now
Live now
Masquer
dont-weigh-me-carte-grossophobie-more-love
Santé

Contre la grossophobie en milieu médical : « ne me pesez pas », un outil simple

Permettre aux personnes en surpoids de consulter un médecin l’esprit tranquille, c’est le but de cette petite carte « Ne me pesez pas ».

Le 7 janvier 2022

« Ne me pesez pas à moins que cela soit réellement nécessaire d’un point de vue médical ».

C’est ce qu’on peut lire sur ces petites cartes créées par More-Love.org, une organisation américaine d’aide aux parents dont les enfants ont des difficultés avec leurs corps ou souffrent de troubles alimentaires.

Cet outil est un moyen de reprendre le contrôle lorsque l’on est soi-même en surpoids et que l’on consulte un médecin, comme l’explique sa créatrice Ginny Jones.

« Parce que nous vivons dans une société grossophobe, être pesée, parler de son poids entraîne un sentiment de stress et de honte pour beaucoup de personnes. Beaucoup de gens ressentent de l’anxiété en allant chez le docteur, et éviteront de consulter pour éviter la balance. »

dont-weigh-me-carte-verso-grossophobie-more-love
More-love.org

À l’arrière de la carte, on peut lire ces quelques mots :

« Pourquoi ? Parce que :

La plupart des situations de santé peuvent être abordées sans savoir le poids.

Quand on se concentre sur mon poids, cela crée du stress (et ce n’est pas sain)

Me peser chaque fois que je viens pour un rendez-vous et parler de mon poids comme si c’était un problème perpétue de la honte autour du poids (un risque sanitaire connu et sérieux).

J’adopte des comportements sains peu importe mon statut pondéral. »

Une réponse à la grossophobie en milieu médical

Des témoignages de grossophobie en milieu médical, on en retrouve souvent sur les réseaux sociaux, de la part de patients et de patientes qui racontent comment des professionnels de santé ont mis leur poids au centre d’un disgnostic, alors que ce n’était pas l’objet de la consultation.

Dans un récent post sur son blog, Olga Volfson, journaliste et militant.e de la lutte anti-grossophobie, montre que la question du poids et de l’IMC – une mesure obsolète et limitée pour mesurer la bonne santé d’une personne – est encore centrale dans la perception de beaucoup de professionnels de santé.

L’outil proposé par More-Love.org lui parait intéressant :

« Je me suis déjà posé.e la question d’avoir un outil de ce genre-là en allant en consultation. Aujourd’hui, j’adopte une autre stratégie : sauf urgence absolue, je ne passe que par des listes de médecins safe, ou alors je lance un appel sur Twitter à mes adelphes [un mot signifiant “frères et sœurs”, ndlr] du gras. »

Les listes, le bouche-à-oreille, autant de moyens de trouver un médecin qui ne va pas faire une fixation sur le poids et qui ne va pas établir son diagnostic en fonction.

Malgré cela, Olga Volfson préfère jouer la sécurité et a une petite astuce pour jouer carte sur table :

« Je fais ceinture et bretelles : quand j’arrive et que le ou la médecin me demande “Pourquoi vous êtes là ?”, je réponds que je l’ai trouvé via une liste parce que je cherchais une personne non grossophobe. Je le dis dès le début de l’entretien, parfois ils sont contents, parfois ils peuvent être aussi un peu gênés. »

Une façon de leur couper l’herbe sous le pied. Néanmoins, malgré toutes les précautions possibles, il n’y a pas de garantie de ne pas tomber sur un ou une professionnelle de santé ayant des a priori grossophobes.

« Le risque, c’est que ça énerve le ou la soignante et qu’il ou elle soit encore moins sympa. C’est à double-tranchant. »

La lente et difficile remise en question du corps médical

Il reste difficile de contester l’autorité et la toute-puissance du médecin, déplore Olga Volfson : « Le monde médical tient à son pouvoir. »

Certains dans la profession appelle à une prise de conscience des soignants et des soignantes, afin de respecter l’intégrité physique et morale de tous les patients, comme le médecin et auteur Baptiste Beaulieu dans cette enquête signée France Info sur la grossophobie médicale :

« Il y a un problème de la part du corps médical à aborder ce sujet sans culpabiliser les patients, or notre intervention doit déboucher sur des bénéfices, pas des risques. »

Car à force de se focaliser sur le poids des patients et patientes grosses, ces derniers préfèrent parfois fuir les cabinets et retarder une consultation, au risque de mettre en péril leur santé.

Avoir une carte pour demander à son médecin de ne pas monter sur la balance, ou bien avoir avec soi un petit document comme le Petit Précis de Grossophobie conçu par l’association Gras Politique, cela peut être un moyen d’ouvrir au moins la conversation.

Il suffit parfois même de le laisser à l’entrée, ou bien dans la salle d’attente. « J’ai toujours une petite amertume » reconnait malgré tout Olga Volfson :

« En tant que personne grosse, on doit toujours bricoler des choses, mettre en place des stratégies. Ce qui nous aiderait vraiment, ce serait une vraie remise en question globale de la grossophobie dans le milieu médical. Là, c’est un pansement sur une plaie qui nécessite des points de suture. » 

S’il permet d’aborder le sujet de la grossophobie, un outil seul ne pourra déconstruire toute une profession pétrie d’idées reçues et qui considère qu’un corps gros ne peut être un corps en bonne santé.

À lire aussi : « Sans libération des corps gros, il n’y aura pas de libération des corps tout court »

Crédit photo : More-love.org


Et si le film que vous alliez voir ce soir était une bouse ? Chaque semaine, Kalindi Ramphul vous offre son avis sur LE film à voir (ou pas) dans l’émission Le seul avis qui compte.

Les Commentaires

44
Avatar de Aesma
9 mars 2022 à 20h03
Aesma
@MorganeGirly Non mais surtout vu le nombre de kilos pris comparés à la durée, même si tu avais été enceinte tu aurais pas pris autant en si peu de temps. Pour arriver à ça JUSTE en bouffant mal faudrait être passé d'un coup à du macdo matin, midi et soir et encore (Non mais comme si un petit gâteau après le repas ça suffisait Heureusement qu'on prend pas 3kg/mois quand on mange des cochonneries après le repas parce que moi qui suis concernée je pèserais + de 500kg :rolleyes
Les changements de poids rapides (dans un sens ou dans l'autre) c'est très souvent hormonal et/ou psychologique, c'est vraiment un truc à surveiller parce que ça peut-être des trucs graves, la santé mental c'est hyper important et niveau hormone ça peut être beaucoup de choses aussi qui nécessitent un vrai suivi.
0
Voir les 44 commentaires

Plus de contenus Santé

pique-nique-herbe
Santé

Ces aliments à ne surtout PAS emporter à un pique-nique (gare aux intoxications alimentaires)

2
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Nadezhda1906 de Getty Images Pro
Daronne

Mon enfant doit-il consulter un psychologue ? Voici les 6 signes identifiés par les spécialistes

Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Source : npdesignde / Getty Images
Santé

Bed rotting : pourquoi glander au lit toute la journée est une mauvaise idée

3
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
C'est l'appareil électroménager-star de nos cuisines ces dernières années : on veut bien évidemment parler de la friteuse à air chaud ! Louée pour sa praticité et sa rapidité, il se murmure néanmoins qu'elle serait cancérigène et dangereuse pour la santé. On démêle le vrai du faux.
Santé

Mal utilisées, les friteuses Airfryer peuvent-elles vraiment être toxiques pour la santé (comme l’affirme une étude coréenne) ?

Source : @Photo de Mikhail Nilov
Beauté

Un mouvement anti crème solaire sévit sur les réseaux sociaux et voici pourquoi c’est inquiétant

54
bethany-beck-unsplash mere sociale enfants d’arc en ciel
Daronne

Mère et atteinte de TDAH : « J’ai longtemps tenté de masquer mes difficultés quotidiennes »

14
Source : URL
Santé

Selon une nouvelle étude, il n’existe pas d’augmentation du risque de cancer pour les enfants nés d’une PMA

La société s'écrit au féminin