Live now
Live now
Masquer
bourrelets
Témoignages

La fondatrice de @corpscools nous parle libération des corps gros et fat-activisme radical

Sur instagram, @corpscools lutte contre la grossophobie et archive les initiatives militantes, artistiques et culturelles en ce sens. La fondatrice du compte nous a raconté la naissance du projet, et la nécessité d’un fat-activism radical.

Article publié le 3 mars 2021

En parcourant les merveilles d’Instagram, vous êtes peut-être déjà tombée sur le compte @corpscools. Entre des œuvres d’art, des posts militants et des photographies aux lumières douces, cet espace propose à ses 20.000 followers un feed… différent.

Différent du reste du réseau social, qui malgré les efforts de nombre de militants et militantes reste un espace majoritairement normé et normatif. Différent par ses messages aussi, qui allient un regard bienveillant sur les corps gros et une radicalité assumée dans la lutte contre la grossophobie et dans la mouvance du Fat activism.

La fondatrice du compte, qui préfère rester anonyme, a échangé avec Madmoizelle et nous a raconté la volonté derrière ce projet qu’elle porte au quotidien.

L’invisibilisation des corps gros doit prendre fin

Interrogée sur ce qui l’a amenée à créer ce compte militant, elle raconte :

« J’ai commencé à penser ma grosseur très jeune. C’est nécessaire pour survivre quand on est une personne grosse : je recevais énormément de violence, et je m’interrogeais sur la légitimité de celle-ci. Il y avait quelque chose de bizarre, que je n’arrivais pas à expliquer.

Mais quand j’étais ado, dans les années 2000, il était très difficile d’accéder à un discours qui permettait de comprendre cette violence. Les seules personnes grosses qui existaient dans l’espace “mainstream” étaient les blogueuses grande taille, notamment Stéphanie Zwicky. Accéder à ce discours n’était pas simple, et découvrir son travail a été très important pour moi !

J’avais les cuisses qui se frottaient, par exemple, et je ne comprenais pas ce qui se passait : je pensais que j’étais la seule à vivre ça. Quand elle en a parlé et que j’ai appris qu’il existait une crème spéciale, ça a changé ma vie ! Ça peut avoir l’air d’un détail, mais au quotidien c’était une véritable source de douleurs. »

Transmettre l’histoire de la lutte contre la grossophobie

Pourtant, il existait déjà une pensée de la grossophobie depuis quelques décennies aux États-Unis, portée par des collectifs comme The Fat Undergound. En France, la fondatrice du compte Instagram cite aussi Anne Zamberlan et son Coup de gueule contre la grossophobie, publié en 1994. Mais ces concepts étaient alors ancrés dans des espaces militants, et difficiles d’accès pour le grand public.

Elle souligne son soulagement quand elle a découvert ces outils théoriques pour interroger la grossophobie, mais aussi son étonnement devant la difficulté de transmission de ces outils :

« Même s’il existe beaucoup de textes historiques sur la grossophobie, j’ai le sentiment qu’il est difficile d’assurer une sorte de transmission, de continuité, ce qui fait que la lutte n’avance pas très vite. On repart souvent à zéro… Derrière @corpscools, il y a aussi une volonté de transmission de tous ces accomplissements militants et historiques, de faire en sorte d’intégrer ce passé de lutte dans notre présent. »

Multiplier les points de vue sur la grosseur

Il y a quelques années, les médias ont enfin commencé à parler de grossophobie, et à donner la parole aux personnes concernées. Le collectif Gras Politique, des militantes telles que Daria Marx ou Gabrielle Deydier ont ainsi pu porter la lutte contre les oppressions que vivent les personnes grosses dans les médias, les milieux de la culture, ou sur les réseaux sociaux. Pour la jeune femme derrière @corpscools, cela a permis d’ouvrir la voie.

« Ces paroles ont été libératrices, et ont ouvert le dialogue. Je savais qu’il y avait d’autres discours sur la grosseur, qui n’avaient pas autant de visibilité, et je me suis dit que ce serait chouette de les relayer eux aussi.

Alors l’idée de @corpscools est née : celle de faire un petit répertoire de sujets sur la grosseur qui soit accessible à toutes et à tous. Je voulais multiplier les points de vue, les manières d’agir, pour un public large. »

Elle explique que le compte lutte aussi contre une forme de solitude, dans une situation où il est difficile de rencontrer ses pairs :

« Moi, je pensais beaucoup de choses sur la grosseur. Mais j’ai toujours été “la seule” personne grosse de ma bande de pote, de mon école, de ma famille… Derrière ce compte, il y avait l’envie d’avoir une bande de personne grosses : ça change la vie, d’avoir des gens qui vivent la même réalité que nous dans notre entourage. Et puis, il y a une adelphité [un terme qui englobe « sororité » et « fraternité » sans être genré, NDLR] très cool entre les personnes qui militent contre la grossophobie. »

Une pensée radicale et nécessaire

Pour sa fondatrice, @corpscools propose un fat-activism intransigeant, qui refuse le compromis. Son discours peut être perçu comme radical, chose qu’elle revendique :

« Ce qui semble radical, c’est ma pensée de la grosseur et de la santé. La première source de violence que vivent les personnes grosses est liée aux moqueries.

On dit aux gros que “Tout est une question de volonté”. En réponse, expliquer que “la grosseur est une maladie multifactorielle” peut être une forme de justification, cela permet de nous soulager d’une certaine culpabilité. C’est quelque chose que j’ai pu faire par le passé. Mais aujourd’hui, je vois ce présupposé comme contreproductif : il continue à associer obésité et mauvaise santé.

Penser la grosseur comme une maladie, cela implique qu’il faudrait justifier, expliquer “pourquoi” on est comme ça pour espérer mériter de la bienveillance. »

La jeune femme explique en outre que le terme « obèse » est problématique : censé refléter une réalité médicale, il repose sur l’IMC, un indicateur peu fiable.

« L’IMC n’est absolument pas une mesure médicale. C’est un outil problématique et raciste qui ne prend pas en compte de multiples facteurs : la réalité métabolique de chacun, la musculature, la condition de santé réelle…

Beaucoup de chercheurs disent aujourd’hui qu’il y a des grosseurs métaboliquement saines, et des grosseurs qui ne le sont pas. Pour les personnes grosses comme pour les personnes minces, le poids ne serait donc pas un indicateur fiable de la condition de santé.

Mais il y a tellement de préjugés sur les personnes grosses dans l’inconscient collectif que les choses ne changent pas. »

Le corps gros est un corps dissident

La militante l’affirme : si on ne peut pas libérer les corps gros, on ne pourra pas libérer les corps tout court. S’émanciper de la grossophobie, c’est s’émanciper de la violence que la société met dans la valeur associée à la nourriture, la légitimité qu’on donne à certains corps et pas à d’autres, sortir des contradictions de l’injonction à la « bonne santé ». Elle explique :

« Un corps gros est presque un corps dissident par essence. Il ne rentre dans aucun des moules de la féminité. Pour devenir une femme, les femmes grosses doivent soit s’excuser de ce qu’elles sont et essayer de montrer qu’elles font des efforts pour mincir, soit tomber dans l’hyper-féminité et le cliché de la pin-up. Réussir à sortir de ce schéma, c’est aussi briser ce moule de la féminité qui pèse sur toutes.

Libérer le corps gros, c’est aussi se libérer de l’impératif de bonne santé, de l’idéal capitaliste du corps productif. C’est arrêter de privilégier l’image de notre corps sur notre santé mentale. »

Pour atteindre cette libération, il faut à tout prix sortir de la médicalisation de la grosseur, et mettre derrière nous cette tendance à ne regarder les choses que par le prisme de la santé. Il faut, comme le dit la jeune femme, « être capable d’imaginer un corps gros, heureux, et sain : c’est ainsi que nous pourrons créer les espaces où ces corps peuvent exister. »

La société n’est pas accessible aux personnes grosses

Et il est grand temps que ces espaces existent. Comme le souligne la créatrice de @corpscools, les statistiques indiquent que 17% de la population est grosse. Pourtant, on voit rarement 17% de personnes grosses autour de soi. Pourquoi ? Parce que la société les rejette violemment.

Des chaises de bar aux transports en commun, le monde n’est pas accessible aux grosses et aux gros. Pour les concernées, cela crée de l’anxiété et un renfermement sur soi ; un sentiment d’illégitimité à occuper l’espace qui nous est pourtant dû à toutes et à tous.

Pour soulager cette anxiété, la militante participe à un autre projet, celui de Fat Friendly. L’idée ? Créer une plateforme collaborative de type Yelp, ou chacun pourra partager les lieux accessibles. Un projet pour lequel les créatrices s’apprêtent à lancer une cagnotte collaborative, que nous ne manquerons pas de partager avec vous !

À lire aussi : « Par les personnes grosses, pour les personnes grosses » : le Très Gros Festival, entre rage et paillettes

Crédit de une : Monika Kozub / Unsplash

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
31

Avatar de alextine1703
15 mars 2022 à 08h21
alextine1703
Je rejoins ce qui a été dit au-dessus. C'est fatiguant de toujours venir nous remettre notre santé sur le tapis sans avoir connaissance du reste.
Il y a des gros.ses en bonne santé, des gros.ses qui le sont pour des autres problèmes de santé. Et dans le reste de la population, il y a aussi des gens et bonne santé, et des gens en mauvaise santé.
On ne vient pas chercher des gens qui rentrent dans les critères de "poids sain" alors qu'iels ont peut-être aussi des TCA et ou une mauvaise hygiène de vie.
C'est toujours sur les extrêmes qu'on va faire la remarque.
J'aimerais juste qu'on célèbre la diversité des corps sans faire de remarque sur la santé. Les personnes qui ont des problèmes ou des risques le savent, pas besoin de leur rappeler sans cesse.
2
Voir les 31 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Témoignages

J’aime deux hommes en même temps, et je sais comment sortir de cette impasse

Une madmoiZelle

02 oct 2022

8
Témoignages
anna tarasevich pexels

Ma mère a un cancer du sein, et on traverse cette épreuve ensemble

Elise S.

02 oct 2022

13
Règlement de comptes
Roselyn Tirado Unsplash

Fiona, 2 100 € par mois en micro-entreprise : « Mon objectif n’est pas de me tuer au travail »

Aïda Djoupa

29 sep 2022

15
Témoignages
Mai sur une terrasse, avec vue sur les toits au Vietnam

Récit d’un retour au pays d’origine : comment j’ai renoué avec le Vietnam et avec mon histoire familiale

Aïda Djoupa

27 sep 2022

2
Témoignages
bisexualite temoignage emma rahmani vertical

Je suis bisexuelle, et j’en ai assez des idées reçues sur la bisexualité

Témoignages

Je suis sortie avec le musicien dont j’étais fan à l’adolescence

Une madmoiZelle

23 sep 2022

Règlement de comptes
Andrea Piacquadio / Pexels

Tiphaine, 4 475 € par mois : « Je vois une psy pour parler d’argent »

Aïda Djoupa

22 sep 2022

152
Témoignages
tinder_date

J’ai supprimé Tinder car je suis fatiguée de me faire fétichiser

Aïda Djoupa

13 sep 2022

8
Témoignages
Bruno van der Kraan / unsplash

En voulant faire un don d’ovocytes, j’ai appris que j’étais infertile

Aïda Djoupa

13 sep 2022

2
Témoignages
Father James / Unsplash

Mon mec m’a quittée pour devenir prêtre

JulietteGee

11 sep 2022

22

Témoignages