Live now
Live now
Masquer
Pourquoi les « nepo babies » envahissent la mode
Actualité mode

Pourquoi les « nepo babies » envahissent la mode

Blue Ivy dans la campagne Ivy Park de sa mère Beyoncé, Serena Williams et sa fille Olympia pour Stuart Weitzman, Lily-Rose Depp chez Chanel : la mode adore piocher parmi les enfants de stars. Ce qui peut paraître attendrissant en dit finalement long sur ce milieu où règnent l’entre-soi et les nepo babies.

Habillées d’un même justaucorps noir, la championne de tennis Serena Williams et sa fille de 3 ans Olympia se partagent l’affiche de la nouvelle campagne du chausseur Stuart Weitzman.

Quelques jours auparavant, le designer Marc Jacobs embauche la fille de Madonna, Lourdes, comme nouvelle égérie. Blue Ivy se trémousse dans la vidéo de présentation de la collection Ivy Park de sa mère Beyoncé en collab’ avec Adidas. Gabriel-Kane Day-Lewis, fils d’Isabelle Adjani et de l’acteur britannique Daniel Day-Lewis, prend la pose avec sa mère pour la nouvelle campagne du tailleur de luxe Berluti.

En fait, si on commence à y réfléchir, la liste des « enfants de » (surnommés « nepo babies ») dans la mode donne le vertige (ou la nausée, c’est selon) : Lily-Rose Depp, fille de Vanessa Paradis et de Johnny Depp, est ambassadrice Chanel. Roméo Beckham, fils de Victoria et David Beckham, de Burberry. Jaden Smith, fils de Will Smith et Jada Pinkett Smith, a fait un petit tour du côté des collections femmes de Louis Vuitton. En décembre 2021, c’était Suzanne Lindon (fille de Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain) qui défilait pour la collection Celine printemps-été 2022 imaginée par Hedi Slimane et présentée à Nice.

À croire qu’il s’agirait d’un nouveau rite de passage obligé pour ses graines de star qui veulent se faire un prénom !

Capture d’écran 2022-12-23 à 09.32.49
BLue Ivy, ambassrice de la marque Ivy Park de sa mère Beyoncé. © Capture d’écran Twitter.

L’intérêt médiatique assuré pour les marques en embauchant des « nepo babies »

Ces « filles de » ou « nepo babies » ont tendance à mieux maîtriser les réseaux sociaux que leurs parents, et y donnent tout pour promouvoir ce genre de contrats et multiplier les projets.

Ce qui permet sans doute aux marques de fédérer une clientèle plus jeune, sans pour autant égarer les acheteuses plus âgées qui ont souvent regardé grandir ces enfants de célébrités dans les médias… Parce que leurs parents suscitaient déjà la fascination, l’aura de ces bébé-égéries du luxe s’avère assurée.

Et ça, les marques l’ont bien compris : ces personnes bénéficient ainsi d’un nom connu et d’une familiarité physique immédiatement évocatrice.

Quand elles se passent des parents connus pour miser directement sur les enfants avides de l’être, les grandes maisons font peut-être même des économies ! Un contrat avec Vanessa Paradis (connue depuis 34 ans, et ambassadrice Chanel avec 30 ans d’ancienneté) coûte sûrement plus cher qu’avec Lily-Rose Depp, 21 ans et (déjà) 7 ans de carrière audiovisuelle.

Employer l’enfant d’une égérie déjà installée, ça donne forcément un coup de jeune valorisant à l’image de marque… sans forcément apporter du sang neuf.

Capture d’écran 2022-12-23 à 09.20.16
Lily-Rose Depp, ambassadrice Chanel, comme sa mère Vanessa Paradis. © Capture d’écran Instagram.

Le charme usant de la nouvelle aristocratie

Et c’est bien là le problème : l’entre-soi du luxe commence à fatiguer. Même si cultiver l’idée d’exclusivité fait partie de son ADN, cela ressemble de plus en plus à de l’endogamie et du népotisme (le pistonnage entre gens riches et puissants d’un même clan). D’où le surnom de « nepo babies » si populaire sur TikTok pour qualifier ces fils et filles de.

Si la famille tient lieu de valeur-refuge en période de crise comme celle que nous traversons aujourd’hui, cette excuse commence à avoir bon dos, comme nous l’explique l’anthropo-linguiste de la mode Saveria Mendella :

« Ce n’est pas une nouvelle tendance, ça fait longtemps que cette industrie fait appel à des “fils et filles de”. Parce qu’ils et elles font partie de leur clientèle historique, mais aussi par facilité de prendre des figures déjà massivement connues du grand public.

Depuis la pandémie, on a toutes et tous restreints nos interactions sociales à un cercle de proches, ce que la mode reflète en toute logique. Mais le refus de proposer de nouvelles figures nous dérange davantage, car il va à l’encontre de ce qu’on tente de dépasser en tant que société : les inégalités sociales héréditaires, le manque d’inclusion et de diversité, l’entre-soi qui n’a même pas conscience de l’être. » 

Pourquoi les marques capitalisent tant sur les « nepo babies » ?

Si l’on commence à avoir l’habitude de voir des enfants de stars en égérie de mode, la doctorante à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales remarque que cette industrie recrute même du côté de la vieille noblesse à grands renforts de communication :

« Ce qui est nouveau, ce n’est pas de faire appel à des aristos. C’était déjà le cas avec Cara Delevingne qui appartient à la noblesse anglaise… Mais les marques la présentaient plutôt comme une icône rebelle. Aujourd’hui, elles capitalisent volontiers sur le statut monarchique de nouvelles égéries.

Citons Dior qui a fait défiler plusieurs fois Nikolaï, Prince du Denmark. Dolce & Gabbana qui nomment comme nouvelle ambassadrice Kitty Spencer, en insistant bien sur le fait qu’elle est la nièce de Lady Di. Ou encore Chanel qui prend Charlotte Casiraghi comme égérie et lui donne un club de lecture sous prétexte qu’elle a une licence en philo… »

Capture d’écran 2022-12-23 à 09.29.43
Charlotte Casiraghi, ambassadrice monar’chic de Chanel. © Capture d’écran Instagram.

Pour cette spécialiste du langage de la mode, l’industrie montre en fait qu’elle se replie sur elle-même :

« Là où le cinéma français fait semblant de ne pas se reproduire de père en fils et de mère en fille, la mode ne se pose pas de questions et l’étale même dans ses campagnes. Elle se renferme sur elle-même, en un microcosme, entre figures très proches en valeurs d’exclusivité, de rareté, et de noblesse.

Alors qu’elle pourrait faire l’effort de montrer de nouvelles figures d’inspirations, davantage en adéquation avec les attentes sociales… Montrer d’autres manières de faire famille, d’autres modèles de parentés moins hiérarchiques, moins biologisants. »

Doit-on voir un signe d’usure de cette tendance à travers le plan social que négocie la marque Comptoir des Cotonniers, qui a longtemps capitalisé sur les duos mère-fille en campagne (dont Charlotte Gainsbourg et sa fille Alice Attal) ? En tout cas, ce qui est certain, c’est que les difficultés de cette marque précèdent largement la pandémie, comme le révèle l’entreprise dans un communiqué relayé par 20 minutes.

Peut-être qu’il est temps que les « filles de » ou « nepo babies » brillent par elles-mêmes. Et surtout que la mode s’interroge sur son entre-soi excluant, afin de se renouveler et mieux se réinventer.

À lire aussi : Chanel qui défile à Dakar : une démonstration d’appréciation culturelle ?

Les Commentaires
17

Avatar de MaiaLea
28 décembre 2022 à 14h34
MaiaLea
Après, c'est bien de dénoncer mais avez vous des exemples de filles/fils de, de personnes extrêmement riches qui n'ont pas été pistonné.es? Parce que dans mon imaginaire ça semble impossible à moins que les enfants se tournent vers une autre carrière (et encore!)? La question serait alors: Comment eéduquer quand on gagne ultra bien sa vie? Idée de sujet pour daronne!
C'est clair que je vois mal le petit Joly / Pitt devenir cordonnier dans sa petite échoppe de quartier (je n'ai rien contre les cordonniers, ne me tombez pas dessus).
0
Voir les 17 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Gucci nomme Sabato de Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c'est qui ?
Actualité mode

Gucci nomme Sabato De Sarno nouveau directeur artistique : ok, mais c’est qui ?

Anthony Vincent

30 jan 2023

Sexo

Horoscope 2023 : quel sextoy pour votre signe astrologique

Humanoid Native
Défilé Viktor & Rolf haute couture printemps-été 2023
Actualité mode

À la fahion week de Paris, Viktor & Rolf met la haute couture sens dessus dessous

Anthony Vincent

28 jan 2023

2
Les plissés d’Haider Ackermann pour Jean Paul Gaultier
Actualité mode

Le défilé Jean Paul Gaultier par Haider Ackermann redéfinit la haute couture

Anthony Vincent

27 jan 2023

3
Le défilé Christian Dior haute couture printemps-été 2023 rend femmage à Joséphine Baker
Actualité mode

À la fashion week, le défilé Dior rend femmage à Joséphine Baker

Anthony Vincent

26 jan 2023

Le court métrage de présentation de la collection Iris van Herpen haute couture printemps-été 2023, révélé le 23 janvier 2023
Actualité mode

Pour la fashion week haute couture, la créatrice Iris van Herpen présente un film sous-marin

Anthony Vincent

25 jan 2023

Les créations haute couture de Schiaparelli pour représenter un lion (pour symboliser la fierté), un léopard (la luxure), et une louve (l'avarice)
Actualité mode

Les têtes de lion, louve et léopard du défilé Schiaparelli scandalisent les réseaux et Peta

Anthony Vincent

24 jan 2023

4
Une femme en manteau à carreaux, pantalon rouge et escarpins au milieu d'un terrain vague en béton © Nappy de la part de Pexels via Canva
Actualité mode

Mode In Seine-Saint-Denis, l’appli pour une mode engagée localement, fera-t-elle des émules ?

Anthony Vincent

23 jan 2023

La couverture de Vanity Fair France décembre 2022-janvier 2023
Mode

Comment la mode se lasse du body-positive et revient à la maigreur heroin chic

Anthony Vincent

22 jan 2023

37
La marque de culotte menstruelle Thinx, reconnue coupable de contenir des substances nocives.jpg
Actualité mode

Les culottes menstruelles Thinx contiendraient des substances nocives, conclut un procès

Anthony Vincent

19 jan 2023

3
Un drapeau chinois qui flotte au vent © glaborde7 de la part de pixabay via Canva
Actu mondiale

En Chine, la population décroit pour la première fois en 60 ans

Anthony Vincent

17 jan 2023

La mode s'écrit au féminin