Live now
Live now
Masquer
divorcer_4_mois_apres_mariage
Témoignages

Divorcer 4 mois après mon mariage était la meilleure idée de ma vie

Cette lectrice s’est mariée avec son partenaire de longue date… et a décidé de divorcer quelques mois après. Elle raconte les raisons de ce choix, et pourquoi elle ne regrette rien.

Je m’appelle L. et j’ai 29 ans. Lorsque je me suis mariée, il y a deux ans, cela faisait sept ans que j’étais avec mon copain. C’était une relation amoureuse assez passionnelle et fusionnelle, dans le bon sens comme dans le mauvais, mais tout de même une belle relation bienveillante. Clairement, nous nous sommes aimés très fort.

Après la demande en mariage, un doute

Un beau samedi de juin, il m’a demandée en mariage sur notre jolie terrasse du 15e arrondissement de Paris. Les premiers jours, j’étais heureuse et fière, puis un sentiment étrange a commencé à s’installer. Au départ, j’ai pensé que cette impression désagréable était due à mon boulot de l’époque, dans lequel je n’étais pas épanouie.

Petit à petit, je me suis désintéressée de l’organisation du mariage, je faisais le minimum. Pourtant, je ne voyais pas le problème. Quel problème ? Mon fiancé était beau, gentil, drôle, intelligent, il prenait soin de moi… Bon il avait aussi des défauts, mais c’était une belle personne, j’avais de la chance de l’avoir dans ma vie.

Le mariage a eu lieu, un an et trois mois après la demande. Une très jolie cérémonie, un peu bohème, assez intimiste. Pendant la fête, je suis allée aux toilettes, je me suis regardée dans le miroir et je me suis rendu compte que quelque chose n’allait vraiment pas. Encore une fois, j’avais du mal à identifier ce que c’était. Je n’ai rien dit, rien fait et suis retournée avec mes proches.

Alarmée par une dépression

Durant mon voyage de noces, j’ai commencé à tomber en dépression. Je ne voulais pas être touchée par mon mari, mon reflet dans le miroir me dégoûtait à en pleurer. J’avais des symptômes psychiques et même physiques.

Du jour au lendemain, je me suis mise à ne plus supporter ma pilule alors que je la prenais depuis neuf ans. J’avais des maux de tête atroces, des sensations de décharges électriques dans tout le corps. J’ai aussi pris un peu de poids et je me suis mise à avoir de l’acné alors je n’avais jamais eu de boutons de ma vie.

Les semaines sont passées, la vie a suivi son cours. Mon mari voyait bien que quelque chose n’allait pas et il essayait de trouver des solutions pour que l’on se retrouve. Mais à chaque fois que l’on prenait un moment pour nous, par exemple lors d’un dîner dans un bon restaurant, je me surprenais à le dévisager avec des yeux vides et à me demander ce que je faisais là.

« Je partais tôt et rentrais tard, pour ne pas le croiser »

Comme j’avais envie de changer quelque chose dans ma vie, j’ai dit à mon mari que je voulais que l’on déménage. On a donc pris un appartement plus grand, dans un quartier de Paris que j’appréciais. Mais ma dépression a empiré. Je me suis mise à faire exprès de rentrer tard pour ne plus dîner avec lui. À commencer le travail très tôt le matin pour ne plus le croiser au petit-déjeuner.

Un jour, comme un vomi de paroles, je lui ai dit que je ne voulais plus être à la maison quand il était là. Je m’en voulais à mort, mais je restais stoïque malgré moi, comme si d’apparence, je ne ressentais rien. Un mois après, n’en pouvant plus de cette situation, il m’a demandé de prendre une décision. Je lui ai répondu directement que c’était terminé entre nous.

Untitled design (3)
Cotton bro / Pexels

Le soir même, je me suis baladée dans les rues de Paris après le travail. C’était un beau soir de décembre, j’avais le bout du nez rouge et froid, je regardais les belles lumières de Noël. J’ai ressenti un sentiment de liberté comme jamais auparavant.

Même pas un mois après notre déménagement, et quatre mois après notre mariage, j’ai donc déménagé dans un studio d’appoint, le temps de reprendre mes esprits et de faire le point sur ce que je voulais vraiment. Mes symptômes de dérèglement hormonal ont stoppé net.

Bientôt deux ans après cet épisode, nous sommes divorcés mais nous sommes restés de proches amis. Notre histoire d’amour est terminée mais notre amitié ne fait que commencer.

Entre temps, j’ai été diagnostiquée d’un trouble de la personnalité borderline, un déséquilibre qui se caractérise par une forte impulsivité ainsi qu’une instabilité dans les relations interpersonnelles, dans l’image de soi, et dans les émotions.

Je comprends mieux maintenant mon besoin de changement constant (appartement, copain, ville, parfois style…) et ce vide qui ne me quitte que lorsque j’ai un projet ou une idée en tête, mais qui revient quelques semaines après l’assouvissement de ce désir.

Ma nouvelle vie de jeune divorcée

Cela fait deux ans que je suis célibataire et les premiers mois, je me suis lâchée. J’ai pété les plombs entre les applications de rencontre et la fête, mais je pense que j’en avais besoin. Et puis je me suis calmée. Et je continue à me calmer, petit à petit.

Aujourd’hui, je suis plus heureuse et plus épanouie. Je crois que je ne me connaissais pas avant. J’avais fait la quasi totalité de ma vie d’adulte avec mon ex et je m’étais calquée sur ses envies, sa personnalité. Aujourd’hui, j’apprends encore à vivre seule, avec mes petits démons et des changements d’humeur parfois pénibles à gérer.

Je ne regrette rien, à part le mal que j’ai pu faire à mon ex-mari, même si je sais qu’il a compris et qu’il pense aussi que ce qui est arrivé est finalement une bonne chose.

Aujourd’hui, je vais bien et j’ai confiance en l’avenir. J’essaie de devenir ma propre super-héroïne et de mener ma barque toute seule. De faire mes propres choix. Et de vivre avec mon impulsivité qui réussit brièvement à soulager mes sentiments chroniques de vide.

Je suis seule, je suis libre et je n’ai plus à me soucier des dommages collatéraux de mes décisions. On a qu’une vie, et j’ai décidé que la mienne serait incroyable.

À lire aussi : Je me suis mariée encore étudiante, avec un tout petit budget, et c’était merveilleux

Crédit photo : Alex Green / Unsplash

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
4

Avatar de Prouk
3 mai 2022 à 22h47
Prouk
@Budgies Je pense que c'est tout à fait ça, le côté définitif (même si relatif : le divorce existe bien heureusement) peut faire paniquer, même quand a priori la relation se porte bien.
Contenu caché du spoiler.

D'ailleurs
@Tuna
Contenu caché du spoiler.
2
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Témoignages

destinations
Témoignages

10 lectrices partagent le meilleur conseil de psy de leur vie

Aïda Djoupa

27 nov 2022

sexo
Sponsorisé

Accrochez-vous à vos draps, le nouveau Womanizer vient de sortir !

Humanoid Native
Anais Z / Les petits portraits / C stane
Témoignages

J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Aïda Djoupa

25 nov 2022

3
Kevin Wolf Unsplash
Règlement de comptes

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

Aïda Djoupa

24 nov 2022

50
Karolina Gabrowska / pexels
Témoignages

J’ai fait un AVC à 21 ans, très certainement à cause du tabac et de la pilule

Aïda Djoupa

23 nov 2022

4
Mikotoraw / Pexels
Témoignages

Mon mec m’a trompée, et tout le monde m’a encouragée à le pardonner

Aïda Djoupa

19 nov 2022

30
Sharon Christina / unsplash
Témoignages

Mon woofing en Norvège qui a tourné au cauchemar

Aïda Djoupa

18 nov 2022

7
Jeffery Erhunse / Unsplash
Règlement de comptes

Aimée, 2 422€ par mois : « Je donne de l’argent à ma mère pour qu’elle se fasse plaisir »

Aïda Djoupa

17 nov 2022

14
rendez-vous-romantique-temoignage
Témoignages

Ce rendez-vous inattendu qui m’a réconciliée avec le romantisme

Une madmoiZelle

13 nov 2022

12
Chad Madden / Unsplash
Règlement de comptes

Cynthia, 2 044 € par mois en Angleterre : « Avec l’inflation à 9,4 %, j’ai réduit tout ce que je pouvais »

Aïda Djoupa

10 nov 2022

14
Oleg Baliuk
Témoignages

Comment j’ai perdu la vue en quelques jours à 20 ans

Aïda Djoupa

09 nov 2022

4

Témoignages