Live now
Live now
Masquer
femme en sous vetements yeux mi-clos
Témoignages

Après un date pourri, j’ai passé la meilleure nuit de sexe de ma vie

08 fév 2022 3
Parfois, un date (même raté) peut cacher une bonne surprise. Lauriane le sait bien, puisque c’est ce qui l’a amenée à passer la meilleure nuit de sexe de sa vie. Elle raconte.

Il y a trois mois, je suis redevenue célibataire après une relation de cinq ans avec l’homme que je pensais être celui de ma vie. Que nenni… Après une journée bien merdique, j’ai pris de plein fouet la crise de la trentaine de mon compagnon, qui nous a amenés à nous asseoir sur la maison qu’on partageait, nos projets de voyage en Asie et notre chienne de 8 mois à peine adoptée.

Il a tout de même mis un mois et demi avant de vraiment se décider à me quitter. Alors lorsque j’ai enfin eu une réponse à la question fatidique « Tu veux continuer et te battre ou pas ? », même si elle était négative, j’ai éprouvé un véritable soulagement.

Nouvel appart, nouvelles applis

Je déménage à l’arrache, pose mes cartons et mon cœur en miettes dans mon nouvel appart et me voilà partie chez mes parents pour trois semaines au soleil. Le temps de digérer la nouvelle, de remballer mes rêves d’avenir et ramasser ma fierté à la petite cuillère, je m’inscris sur plusieurs applis de rencontre.

De retour à Paris, pas très sûre de moi, je mets du temps à rencontrer les mecs avec qui je papote. Je n’ai jamais été à l’aise avec les rencards, et au-delà du fait que je suis le genre de nana pétrifiée à l’idée d’oser faire un premier pas IRL, ça fait pas loin de six ans que je n’ai pas daté. Discuter, se marrer et boire des coups, OK. Passer à la suite ? Si le mec n’amorce rien, je ne bouge pas un cil en maudissant ma timidité…

Mais je persévère. Je me répète « qui ne tente rien n’a rien » comme un mantra, mets en place un code avec les copines pour les prévenir par message si jamais un date se passe mal (c’est l’emoji kiwi qui a remporté la palme car, je cite, « C’est moche, poilu et acide ») et en avant Guingamp !

Sans-titre-1-1
Cotton bro / Pexels

Je sors avec deux garçons. Le premier date est super agréable, mais rien ne se passe. Le deuxième est bof, mais je suis sur ma lancée : même en sachant que je vais revoir le premier, j’entame la discussion avec un troisième mec que je fais galérer, longtemps.

Pourquoi ? Parce qu’il est clairement plus dans la drague et je ne suis pas sûre d’être prête à coucher avec un autre homme. Je fais au passage le super constat de ma totale perdition : j’ai envie de rencontrer du monde, de m’amuser, mais en même temps ça me fait peur…

Et puis, par miracle ou désespoir, j’accepte sa troisième proposition pour qu’on se rencontre.

Un rencard qui commence bien et finit mal

Me voilà donc partie pour un rencard avec Machin. Ma foi, au début tout se passe bien. On se marre comme des baleines, on discute de tout et de rien, on se cherche. J’apprécie l’effort qu’il a fait de mettre un sweat à capuche (ce que je trouve très sexy sur certains mecs) et non pas un col roulé chiant à mourir.

Dans le premier bar à cocktail, je goûte le mien qui est affreux : je laisse donc galamment Monsieur boire mon verre et j’opte pour une bonne pinte des familles à la place. Première erreur, j’ai pris de la Chouffe (comprendront les connaisseuses de bières destructrices de matière grise).

On finit par changer d’endroit, et on se retrouve dans un petit bar sympa, bonne musique, bonne ambiance. Je continue sur la bière mais décide de ne pas manger (simple perte d’appétit passagère, n’y voyez aucune technique de drague venue de l’espace). 

Et c’est là ma deuxième erreur. Enjaillée comme jaja, je suis un poil trop joyeuse vers la fin du date : je rigole plus, j’ai le rouge aux joues et suis prête à faire la teuf toute la night.

Sauf que ça ne plaît pas à monsieur (je l’ai compris seulement le lendemain) : il écourte la soirée, me laisse lui payer son burger et nos boissons, et en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, le voilà monté dans un bus.

Il est une heure du matin, je me retrouve seule et pompette, à essayer de trouver la bonne direction pour rentrer chez moi à pieds. De la part de Machin, je n’aurai même pas un SMS pour savoir si je suis rentrée vivante : bonjour la classe (et bon vent connard).

« Son massage finit de me détendre complètement et à cet instant, je sais que je vais coucher avec cet inconnu »

Une fin de soirée inattendue

Je commence à sortir mes écouteurs et à ouvrir ma meilleure playlist pour accompagner mes pas fébriles sur le bitume quand j’arrive au niveau d’un gars. Il est avec son vélo, il a une bonne tête, des traits qui m’inspirent confiance : je m’arrête.

Il me demande une clope, ça tombe bien : le génie que je suis en a des roulées au fond de son sac. L’alcool aidant, on se met à papoter et faire un bout de chemin ensemble.  Le courant passe bien, il est très doux dans sa manière de parler. Il est bavard, mais me pose quand même des questions sur moi — comment s’est passée ma soirée, qu’est-ce que je fais dans la vie ?

On arrive pas  loin de chez moi, mais ce que je ne savais pas, c’est que c’était pas loin de chez lui non plus. Il me propose tout naturellement un thé : je ne réfléchis pas trop.

Dans mon cerveau, c’est mon instinct qui prend le pas, je le sens bien ce p’tit gars. Une partie de moi a aussi envie de faire un peu ce qui lui chante et laisser libre court aux hasards de la vie. Ni une ni deux, me voilà dans son appartement à papoter autour d’un Earl Grey bien chaud.

On se raconte un peu nos vies, et c’est super sympa. C’est simple de parler avec lui, il est très à l’écoute, souriant. Je lui raconte mon ex et ma rupture récente, mon date du soir. Lui me confie qu’il y a peu, il a découvert qu’il aimait aussi les mecs, dont un en particulier.

À la fin d’une phrase, il se penche doucement vers moi, et il m’embrasse. Je fais alors un très agréable constat : il embrasse bien. Vraiment, vraiment bien.

« À cet instant, je sais que je vais coucher avec cet inconnu »

Je rigole un peu, me demande ce que je suis en train de faire : je ne connais pas ce mec, c’est pas forcément mon type non plus, on est au milieu de la nuit…

Mais voilà, ce baiser a réveillé quelque chose en moi. Qu’est-ce que c’est bon d’être embrassée, d’être désirée. Tellement bon que je fais un truc qui ne m’est pas arrivé depuis longtemps : je commence à lâcher prise et je m’abandonne à un nouveau délicieux baiser.

« Il est deux heures du matin et ce mec, que je n’aurais jamais abordé dans un autre contexte, me rend complètement dingue. Je trouve ça beau, le goût de l’inattendu. »

On passe un bon moment à s’embrasser, se caresser et gentiment laisser monter la pression. Il me propose un massage, je rends les armes (d’ailleurs pourquoi dire non ?!). Il fait chauffer un peu d’huile aux notes de tiaré entre ses mains, et pose ses paumes sur mon dos : elles sont bouillantes. Ou alors c’est moi ?

Son massage finit de me détendre complètement et à cet instant, je sais que je vais coucher avec cet inconnu.

On finit par atterrir dans sa chambre, s’arrachant nos fringues comme des ados. Il m’embrasse dans le cou, descend lentement entre mes cuisses en écartant simplement mon tanga, je me dis que je suis , mais sa bouche sur moi me rend dingue. Je finis par le tirer par les cheveux pour le remonter et lui demander s’il a des capotes. Il a l’air un peu étonné, comme si à tout instant j’allais changer d’avis et partir (il ne sait pas que j’ai vendu mon âme une demi-heure plus tôt à la déesse de la luxure).

Il me sourit, part pendant ce qui me semble une éternité, et revient enfin avec le graal, une boîte pleine de capotes. Je n’en peux plus, et je n’ai qu’une envie : qu’il me pénètre.

Une nuit intense de sexe et de conversation

Mais monsieur s’y connaît pour faire monter la tension : il m’embrasse d’abord lentement, histoire de me rendre un peu plus impatiente. Je gémis, trépigne. Il retire lentement le peu de tissu qui me reste et il finit enfin par entrer en moi. Je ne pense plus à rien, m’accroche comme une huître à son rocher et prends ses fesses à pleines mains.

Régulièrement, il ralentit le rythme, prend le temps de me regarder, de m’embrasser à pleine bouche, partout, avant de repartir de plus belle. Et ça me rend folle de désir. Il est doux, me demande si j’aime ce qu’il me fait, ce que je veux qu’il me fasse, il essaye plein de trucs : il me tourne, me retourne, m’attrape par les seins, les poignées d’amour, la nuque. Il me regarde au fond des yeux quand son bassin bouge, et ça m’excite un peu plus.

Il est maintenant deux heures du mat et ce mec que je n’aurais peut-être jamais abordé dans un autre contexte me rend complètement dingue. Je trouve ça beau, le goût de l’inattendu.

Le désir ne faiblit pas, alors on fait des pauses, on discute de choses et d’autres, on boit de l’eau et on s’y remet. Tout son appart ou presque y est passé : la table de son salon, le canapé où tout a commencé, son lit à nouveau et contre le mur de sa chambre.

Je ne me suis jamais autant éclatée que cette nuit. Je me sens belle, sexy et libre. Mes complexes et mes peurs sont remisés à la cave et je me laisse enfin toute la place sur le devant de la scène, like a rockstar.

Le meilleur sexe de ma vie, et un boost de confiance en soi au passage

Vers cinq heures du matin, on est enlacés sur son canapé, repus et heureux, à rêvasser. Mais j’émerge d’un coup et me rappelle un rendez-vous important trois heures plus tard à l’autre bout de Paris.

Je lui explique que je vais me rentrer ; tout de suite, il se rhabille et me propose de me raccompagner. Nous voilà dans le matin glacial, à reprendre la discussion exactement où on l’avait laissée quelques heures plus tôt ! C’est complètement irréaliste, et à la fois tout à fait naturel. Il est littéralement à trois rues de chez moi, alors je note l’info dans ma tête, un sourire en coin.

Arrivés en bas de mon immeuble, on échange nos numéros, et on s’embrasse à pleine bouche, comme un feu d’artifice pour clôturer cette incroyable nuit passée ensemble. Je monte, toute transpirante, une odeur de monoï qui m’enveloppe et un sourire bête sur les lèvres. 

Une fois dans mon lit, je me rends compte que je n’ai pas retenu son prénom. Je lui envoie un petit message, morte de rire sous ma couette. Il me répond en toute simplicité, en me souhaitant bon courage pour mon rendez-vous et une bonne nuit. Sans pression.

Je ne sais pas si je le reverrai un jour, mais une chose est sûre : je suis capable de me lâcher, de me sentir désirable et sûre de moi, je compte bien m’y remettre dès que possible. Voilà comment ce mec, que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam, a su booster ma confiance en moi et m’offrir un merveilleux moment… Et la meilleure partie de baise de ma vie.

À lire aussi : La nuit de sexe la plus dingue de ma vie

Témoignez sur Madmoizelle !
Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
3

Avatar de ClaudineS
7 mars 2022 à 08h58
ClaudineS
Je suis d'accord avec l'avis ci-dessus..
1
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Témoignages
deux femmes agées sur le point de s'embrasser

Je suis lesbienne, et je l’ai compris à 72 ans

Une madmoiZelle

17 mai 2022

2
Série télé
Sponsorisé

Comment reconstituer le Paris des années 80 ? La cheffe des décors d’Oussekine nous explique

Humanoid Native
Témoignages
Des fruits

La pénétration n’est plus au centre de ma vie sexuelle, et c’est pour le mieux

Une madmoiZelle

15 mai 2022

10
Règlement de comptes
petr-sidorov-pM5L47IlTWU-unsplash

Martha, 1 269 euros par mois, « Je ne cherche pas absolument à gagner plus »

Camille Abbey

12 mai 2022

15
Témoignages
deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

11 mai 2022

16
Témoignages
femme assise dans la montagne

J’ai 41 ans, je n’ai pas d’enfant, et je me sens libre

Une madmoiZelle

11 mai 2022

7
Témoignages
femme enceinte avec une main sur son ventre

La grossophobie des médecins a gaché ma grossesse, déjà compliquée par mes troubles du comportement alimentaire

Aïda Djoupa

10 mai 2022

12
Règlement de comptes
femme en train de faire des étirements

Caroline, auto-entrepreneuse, 2 994€/mois « Je vis plus confortablement que quand j’étais salariée »

Aïda Djoupa

05 mai 2022

15
Témoignages
divorce_4_mois_apres_mariage

Divorcer 4 mois après mon mariage était la meilleure idée de ma vie

Une madmoiZelle

03 mai 2022

4
Témoignages
femme sur un sentier avec un sac à dos

Mon premier road trip à l’aventure, en stop et en sac à dos

Melissa

29 avr 2022

29
Daronne
solen-feyissa-4crXipFM1hc-unsplash

« Je sens une coupure, je hurle » : Siranouch raconte son terrible accouchement

Camille Abbey

29 avr 2022

16

Témoignages