Live now
Live now
Masquer
Inside the Shein Machine, le docu choc sur le géant de l'ultra fast-fashion
Actualité mode

Inside the Shein Machine, le docu choc sur le géant de l’ultra fast-fashion

Si la pandémie a frappé de plein fouet de multiples industries, dont celle du textile, menant à la liquidation judiciaire de géants comme Camaïeu, d’autres ont joui de cette crise, comme Shein. Une journaliste s’est infiltrée dans les coulisses de la création de ce mastodonte de l’ultra fast-fashion.

Dans la tentaculaire industrie de la mode, on connaît les grands noms du luxe qui ne connaissent pas la crise (comme Hermès, Chanel, ou Dior), les marques premium (également appelées haut de gamme comme Sandro, Maje, Claudie Pierlot), ou encore les griffes plus accessibles qui sont de moins en moins seules à appliquer les techniques dites de la « fast-fashion » (mode jetable). À savoir, pousser à la consommation à un rythme toujours plus effréné en enchaînant les nouvelles collections, les promotions et les opérations de marketing d’influence. Si bien que des géants européens historiques comme l’Espagnol Zara, le Suédois H&M ou le Britannique Asos paraissent presque lents et onéreux face à de nouveaux acteurs de ce que l’on appelle désormais « l’ultra fast-fashion », où Shein règne en maître.

Ce docu s’infiltre en caméra cachée dans les coulisses de Shein

Ce géant chinois se singularise par son modèle économique et sa chaîne d’approvisionnement particulièrement opaque. Un premier rapport de l’ONG Public Eye, publié en novembre 2021 avait tiré des conclusions alarmantes sur ses pratiques. Aujourd’hui, c’est un documentaire britannique, diffusé par Channel 4, qui se penche à son tour sur Shein. On y apprend notamment comment le géant parvient à coller au plus près des tendances, quitte bien trop souvent à copier, pour ne pas dire plagier, aussi bien des grands noms que de jeunes créateurs.

Capture d’écran 2022-10-24 à 16.49.02
Inside the Shein Machine : le documentaire qui s’infiltre en caméra cachée dans les ateliers de misère du géant chinois de l’ultra fast-fashion. © Channel4.com

La journaliste Iman Amrani décrypte aussi comment l’eshop se présente sous forme de fil au défilement infini de pièces à tout petit prix, colorés, addictives. Tout est conçu pour provoquer l’achat impulsif, des prix barrés aux comptes à rebours qui font croire à des offres limitées dans le temps, en plus d’une livraison offerte.

Iman Amrani décortique également le rôle du marketing d’influence : Shein rince des influenceurs et influenceuses de vêtements gratuits afin qu’ils les présentent lors d’alléchants hauls et try-on (vidéos où l’on déballe et essaye les pièces reçues). Leur audience peut alors se faire une meilleure idée du rendu des vêtements, et souvent bénéficier de codes promos, tout en ayant l’impression qu’il ne s’agit pas d’une publicité.

Shein promet 14 millions d’euros pour les décharges de vêtements au Ghana, et c’est la définition du greenwashing
Les hauls et try-on Shein pullulent sur les réseaux sociaux, jouant fortement sur l’envie d’acheter. © Capture d’écran TikTok.

Comment en découdre avec le mastodonte Shein

Mais si l’entreprise pèse aujourd’hui près de 16,6 milliards d’euros, c’est surtout grâce à sa chaine d’approvisionnement particulièrement opaque, où des usines de confection sous-traitent auprès d’ateliers de misère déplorables. Dans le documentaire, des caméras cachées nous emmènent à la rencontre des ouvrières obligées de travailler jusqu’à 18 heures par jour, généralement sept jours sur sept, payées 2 à 3 centimes par pièces confectionnées (un salaire qui ne devrait finalement rien avoir de surprenant au regard du prix des produits Shein, dont certains coûtent à peine 5 €). Et si elles ne respectent pas leur quota imposé, de lourdes pénalités peuvent s’appliquer contre ces ouvrières.

Rien de bien nouveau pour qui a lu le rapport de Public Eye, mais ce documentaire permet d’incarner encore plus cette violence sociale, et peut-être de sensibiliser un plus large public.

Sans chercher à culpabiliser les clients et clientes de ce mastodonte chinois de l’ultra fast-fashion, on peut néanmoins se demander ce qui pourrait être la goutte de trop. En juin dernier, l’entreprise tentait vainement de se racheter une vertu, en promettant plus de 14 millions d’euros pour les décharges de vêtements au Ghana. Comme le note Vogue Business, le mastodonte a choisi la semaine de la diffusion de ce documentaire édifiant pour lancer son service de revente de seconde main. Une diversion façon écoblanchiment éhonté. « L’information, c’est le pouvoir ». Et être informé permet surtout d’éviter de tomber dans le panneau du greenwashing. Cependant, l’ignorance tient-elle du luxe ? Celui de pouvoir continuer de s’habiller sans culpabiliser, tandis que les gouvernements ne font rien pour limiter ce genre de dérives mondialisées ?

À lire aussi : Rihanna se lance dans les (sous-) vêtements de sport avec Savage x Fenty

Crédit photo de Une : Capture d’écran de l’eshop de Shein


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

1
Avatar de Nytaas
28 octobre 2022 à 11h10
Nytaas
Super article et merci aussi pour le lien du dossier de publiceyes !
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Actualité mode

Capture d'écran TikTok d'une influenceuse faisant un haul de vêtements Shein // Source : @sunlizzeb
Actualité mode

SHEIN émet plus de CO2 que le Paraguay, d’après une nouvelle étude édifiante

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Une femme essaye des vêtements au milieu d'une friperie
Actualité mode

Ces friperies à Paris vendent tout à 0,95 € (certains jours…)

À Cannes, Cate Blanchett portait-elle une robe drapeau de la Palestine // Source : Capture d'écran Twitter
Actualité mode

À Cannes, Cate Blanchett en robe drapeau de la Palestine ?

1
Emilia Perez, film de Jacques Audiard avec Selena Gomez, en compétition officielle du festival de Cannes 2024 // Source : © Shanna Besson / PAGE 114 / WHY NOT PRODUCTIONS / PATHÉ FILMS / FRANCE 2 CINÉMA / SAINT LAURENT PRODUCTIONS
Actualité mode

Cannes 2024 : Comment la mode finance de plus en plus le cinéma

Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l'hilarante série TISSU // Source : Capture d'écran YouTube
Actualité mode

Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l’hilarante série TISSU

LE SITE TEMU regorge d'offres agressives // Source : Capture d'écran Temu
Actualité mode

Temu manipule ses consommateurs ? Des assos européennes portent plainte

La marque Esprit dépose le bilan en Europe (oui, l'hécatombe mode continue) // Source : Capture d'écran Instagram d'Esprit
Actualité mode

Emblématique, cette marque dépose le bilan en Europe (oui, l’hécatombe mode continue)

1
Sur Depop, ce short Forever 21 vendu une somme folle devient viral // Source : Capture d'écran TikTok
Actualité mode

Ce short Forever 21 vendu une somme folle sur un site de seconde main devient viral sur TikTok

Noz brade des chaussures et accessois Minelli // Source : Capture d'écran TikTok / Capture d'écran instagram de Noz
Actualité mode

Noz brade des chaussures et accessoires Minelli à -60 % : voici enfin les dates exactes

Deux femmes en train de sortir des vêtements d'un placard // Source : Vinted
Actualité mode

Vinted : comment faire votre déclaration de revenus 2024 si vous vendez beaucoup de seconde main

La vie s'écrit au féminin