Live now
Live now
Masquer
soiree ca va bien se passer
Société

Et si on récompensait le sexisme des hommes politiques ? C’est le pari (ironique) de Ça va bien se passer*

Ce vendredi 25 novembre 2022, l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique organise une remise de prix pour honorer les hommes politiques accusés de violences misogynes en politique. Et parce que dénoncer et militer peut aussi se faire avec humour et ironie, Mathilde Viot, coorganisatrice de l’événement (qui sera diffusé en ligne), nous en dit plus.

Ils ont été condamnés pour harcèlement envers leur ex-compagne, sont accusés d’avoir drogué une élue à son insu dans l’espoir d’avoir des relations sexuelles avec elle, ou bien d’avoir frappé leur épouse (mais « juste une fois, alors ça va »).

Ils défendent aussi leur copain parce que voyez-vous, ils sont convaincus qu’il est incapable de faire du mal à une femme. Ils sont aussi les champions des blagues misogynes, mais ont juste la réputation d’être des types un peu lourdingues et pas bien méchants. Ils accusent ces « sales féministes » de vouloir nuire à leur carrière politique, ils banalisent ou minimisent les paroles de celles qui osent parler…

« Ils », ce sont des hommes politiques et certains d’entre eux vont peut-être recevoir une prestigieuse distinction. C’est tout l’objectif de la soirée Ça va bien se passer* qui doit se tenir ce vendredi 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, et qui va récompenser les hommes politiques qui se sont illustrés cette année dans le domaine des violences sexistes et sexuelles.

tweet soiree ca va bien se passer

Dénoncer les violences en politique autrement

À l’origine de cette remise de prix, on trouve l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique, instance créée par Alice Coffin, Madeline da Silva, Hélène Goutany, Fiona Texeire et Mathilde Viot. Cette dernière, militante féministe, instigatrice du MeToo Politique et co-fondatrice de Chair collaboratrice a justement répondu à nos questions sur cette soirée qui s’annonce hautement caustique et féministe :

« Ça fait un an que l’Observatoire existe, un an qu’on dénonce des hommes, qu’on arrive dans les médias avec un air sévère, qu’on rentre dans la catégorie très attendue des féministes vénères, pas drôles… nous, on a aussi envie de se marrer ! »

Pour donner le ton, cette cérémonie a été baptisée en référence à la petite phrase de Gérald Darmanin face à Apolline de Malherbe, prononcée sur la matinale de RMC dégoulinante de condescendance et de mépris et surtout inspirée par un meme masculiniste.

ca va bien se passer darmanin

Ce sera l’occasion de récompenser tous ceux qui se sont distingués dans le domaine des violences faites aux femmes :

  • un Prix « Toutes des hystériques » pour saluer « le sexisme ordinaire des hommes politiques »,
  • un Prix « Petit ange parti trop tôt » pour récompenser « les hommes politiques dont le talent n’a pu pleinement se déployer du fait de cabales néoféministes »,
  • un Prix « Carrière brisée » pour ceux « dont la brillante carrière a été violemment brisée par des accusations mensongères de violences sexuelles »,
  • un Prix « du Parrain » pour honorer « les grands hommes qui ont vaillamment protégé leurs potes, leurs ministres, leurs bros »,
  • un Prix « Liberté d’importuner » pour décorer « les théoriciens de la pensée des hommes – les vrais -, les défenseurs de la liberté d’expression, de la galanterie à la française »,
  • un Prix « J’accuse » pour couronner « les hommes qui ont le panache de mettre à nu les complots visant à entacher leur honneur ou l’honneur de leurs frères d’armes »,
  • et enfin un Prix « Meilleur espoir » décerné à ceux qui « ont su déjouer les pièges tendus par des féministes acharnées ».

Le nom des nommés — et ceux des lauréats — seront dévoilés au cours de la cérémonie.

Ces prix sont une façon de distinguer chacun de leurs comportements, explique Mathilde Viot, de voir « le spectre qui va de la complicité et du soutien apporté à des hommes accusés, à une agression grave, mais aussi jusqu’à une utilisation de la justice ou des médias pour assurer sa défense » :

« On a voulu insister sur la créativité, sur les différents outils qu’ils maîtrisent parfaitement pour se sortir de ces situations. Ça a aussi une vertu un peu pédagogique de montrer de façon très tangible ce qu’ils mettent en œuvre pour lutter contre l’avancée des droits des femmes. »

Reprendre l’humour comme outil militant

Puisant dans les modes d’action du collectif La Barbe ou encore dans l’esprit de la cérémonie des OUT d’or, les créatrices de la soirée Ça va bien se passer* revendiquent le maniement de l’ironie. Mathilde Viot en est convaincue, l’humour est justement un outil à reprendre en tant que féministe, car trop souvent accaparé par les hommes : « Quand je travaillais à l’Assemblée, j’ai remarqué qu’il y avait toujours un humour — qui était nul — à destination des femmes pour les diminuer, pour les discréditer. Je pense que c’est un champ hyper vaste à récupérer, qui nous permet d’être hyper créatives. »

Animée par l’élue écologiste de Schaerbeek Sihame Haddioui et l’adjointe à la Maire de Paris Audrey Pulvar, la soirée sera aussi rythmée par un panel de remettantes, journalistes, artistes, écrivaines et militantes engagées :

ca va bien se passer remettantes

Et pour ne pas en rater une miette, la soirée, qui se tiendra à la Mairie du 12ème arrondissement de Paris à partir de 19h le vendredi 25 novembre, sera aussi retransmise en ligne.

À lire aussi : Qui veut faire taire le mouvement #MeTooPolitique ?

Crédit photo : Nicolas Hulot (Cvallantindulac, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons), Damien Abad (Jean-Luc Hauser, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons), Gérald Darmanin (Jacques Paquier, CC BY 2.0, via Wikimedia Commons), Benoit Simian (Jbrozier, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons), Adrien Quatennens (Jean-Luc Hauser, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :

Les Commentaires
6

Avatar de Ariel du Pays Imaginaire
25 novembre 2022 à 21h07
Ariel du Pays Imaginaire
C'était génial
0
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Société

disabled_people_for_future
Société

« Il faut que les valides sachent remettre en question leurs privilèges »

Aïda Djoupa

03 déc 2022

12
Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
ppl justice specialisee vss vote assemblee nationale
Société

Bientôt une juridiction spécialisée pour le traitement des violences intrafamiliales ?

Maëlle Le Corre

02 déc 2022

brune feuillle se marie talents hauts livres pour enfants hongrie
Société

Ce livre de contes a fait un scandale en Hongrie, et il est enfin disponible en France

Maëlle Le Corre

02 déc 2022

2
La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question bien sexiste
Politique

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question sexiste

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Buckingham Palace désavoue l’une de ses membres honoraires accusée de propos racistes © Rabbit75_Cav via Canva
Actu mondiale

Buckingham Palace désavoue l’une de ses membres honoraires accusée de propos racistes

Camille Lamblaut

01 déc 2022

25
Dans une vidéo comique, Eva Longoria nous apprend à combattre le harcèlement de rue
Actualité mode

Dans une vidéo comique, Eva Longoria nous apprend à combattre le harcèlement de rue 

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
justice
Société

En 5 ans, le nombre de plaintes pour violences sexuelles hors cadre familial a augmenté de 77%

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
pexels-anna-shvets-vih ruban rouge
Société

C’est quoi la sérophobie, la discrimination à l’encontre des personnes vivant avec le VIH ?

Maëlle Le Corre

01 déc 2022

Polanski mars distribution
Actu mondiale

Roman Polanski : la date de son jugement pour diffamation a été annoncée 

Camille Lamblaut

30 nov 2022

mariage-gay-eglise-ecosse
Actu mondiale

Aux États-Unis, le Congrès légifère pour protéger le mariage pour tous 

Camille Lamblaut

30 nov 2022

La société s'écrit au féminin