Live now
Live now
Masquer
quatennens debat 2022
Société

La réponse d’Adrien Quatennens est une masterclass des excuses que se trouvent les hommes violents

Dans un communiqué publié ce dimanche 18 septembre, le député La France Insoumise Adrien Quatennens a reconnu des violences commises envers son épouse. Un parfait exemple de la façon dont on peut, à coups de transparence et de dignité, contrôler le récit en étant soi-même l’agresseur.

Visé par une main courante après des violences commises à l’encontre de son épouse, le député LFI Adrien Quatennens a annoncé ce week-end sa mise « en retrait de sa fonction de coordinateur » au sein du parti.

Ce dimanche 18 septembre, il s’est fendu d’un long communiqué dans lequel il affirme ne pas vouloir se résoudre à « faire le dos rond, minimiser les faits et attendre que la tempête passe ».

adrien quatennens communique twitter
Adrien Quatennens (Twitter)

La rengaine de l’homme quitté

Prendre la parole dans ce contexte n’a rien d’anodin. Si certains crient au courage face à la démarche, (un homme, un vrai, ça prend ses responsabilités, n’est-ce pas ?), on peut aussi y voir tout simplement une volonté de prendre le contrôle de la narration, en choisissant savamment certains mots et certaines tournures au détriment d’autres. C’est lui qui raconte sa version de l’histoire, et c’est donc celle qui va primer dorénavant.

Une transparence qui ne laisse donc rien au hasard et qui permet à Adrien Quatennens de se montrer sous le jour d’un homme respectable, reprenant ainsi le poncif de l’homme quitté qui pète malencontreusement un plomb car fou de douleur de voir son mariage voler en éclats.

Cela fait des années maintenant que des féministes alertent justement sur la construction médiatique de cette image qui nourrit l’imaginaire collectif autour des violences faites aux femmes. Ce même imaginaire qui formate l’idée de « crimes passionnels », jolie formule teintée de romantisme qui banalise tant les féminicides.

Le poids des mots

Que l’agresseur raconte lui-même les violences qu’il a commises devrait interpeller et les mots choisis méritent qu’on s’attarde sur eux. Des mots flous. Adrien Quatennens parle de « tensions » dans le cadre d’un divorce, d’une « rupture de communication », de plusieurs « disputes ».

Il parle aussi d’une « agressivité mutuelle », manière d’installer l’idée que dans cette affaire de divorce qui aurait mal tourné, les torts sont partagés. Il reconnaît certains torts de façon plus précise, comme celui d’avoir pris son portable à son épouse : « Voulant le récupérer, elle m’a sauté sur le dos. Je me suis dégagé et, en me relâchant, elle s’est cognée le coude. » Ou plus loin, une « gifle », lors d’une autre dispute il y a un an.

« Cela ne me ressemble pas et cela ne s’est jamais reproduit ». Empêcher à son ou sa partenaire de récupérer son portable ou un coup porté au visage, tout en insistant sur la dimension exceptionnelle du contexte (« un moment particulier et rare de tension »), n’annule rien le fait que ce sont bien des violences.

« J’ai envoyé de trop nombreux messages » reconnait plus loin Adrien Quatennens, une jolie formule pour dire qu’on a été un peu trop insistant. Et s’il était plus juste de dire qu’on a harcelé ? Dans une volonté de se présenter comme un homme digne qui ne se laisse pas aller à la violence, qui se maîtrise (sauf une fois), cela sonne tout de suite moins bien.

Ce sont des éléments de langage qu’on a déjà lu ou entendu dans d’autres affaires, qui mettent l’emphase sur le contexte de rupture pour faire passer pour logiques, attendus, voire naturels, des accès de fureur conduisant à des violences. « Elle le quitte, il la tue ». Ce slogan brandi dans la rue, collé sur les murs, c’est aussi un rappel de la fréquence des violences conjugales dans des contextes de ruptures. Cela n’a rien de rare, ni d’anecdotique. C’est systémique.

Cette colère des hommes quittés, on devrait la comprendre, après tout, on a le droit d’être en colère de voir se terminer tant d’années d’amour. Des violences trop souvent frappées du sceau de la vie privée, invoquée ici à tour de bras, notamment pour rappeler que la victime elle-même ne voulait pas que les médias s’emparent de l’affaire.

Un soutien aux victimes… sauf quand l’agresseur est un pote

On pourrait s’en tenir là, à une analyse de texte dans tout ce qu’il a de plus révoltant et insidieux, mais c’est aussi les réactions internes d’une partie de La France Insoumise qui ont de quoi nous mettre en colère.

À commencer par celle de Jean-Luc Mélenchon, malaisante d’indécence, qui met face à face la victime et l’agresseur et loue finalement le « courage » de ce dernier. Pour le courage de la victime qui ose se rendre au commissariat, on repassera.

melenchon quatennens tweet

Jean-Luc Mélenchon ajoutant quelques heures plus tard dans un autre tweet, comme pour souligner que malgré toute cette « affection » adressé à Adrien Quatennens, il n’a pas complètement oublié celle qui est une victime de violences dans cette affaire : « Mon affection pour lui ne veut pas dire que je suis indifférent à Céline. Elle ne souhaitait pas être citée. Mais je le dis : une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l’assume. C’est bien. »

Des hommes nous disent haut et fort, main sur le cœur, qu’ils soutiendront les femmes, qu’il ne faut plus rien laisser passer, qu’ils écouteront les victimes… jusqu’à ce que soient leurs copains, leurs collègues, leurs frères et leurs pères qui se retrouvent accusés de violences. Se levant comme un seul homme, ils nous font alors comprendre que dans ce cas précis, leur solidarité, leur soutien inconditionnel, leur dégoût des violences sexistes et sexuelles, tout cela peut atteindre une limite, tout cela est soudain renégociable. Adieu les grands principes, il ne s’agit plus d’un problème collectif, mais d’un cas individuel, à part, à qui on trouve facilement des excuses ou des circonstances atténuantes.

Face à la réaction d’Olivier Faure, chef du PS, l’ancienne ministre Aurélie Filipetti ne peut s’empêcher de l’interpeller, rappelant ainsi que lorsqu’elle avait porté contre son ex-mari l’économiste Thomas Piketty pour violences conjugales, le PS n’avait pas été si vocal :

filipetti reaction faure – tweet quatennens
Aurélie Filipetti (Twitter)

À travers cette question toute rhétorique, elle pointe l’action (ou peut-être l’inaction) de la gauche pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles, déjà ébranlée par d’autres accusations de violences ces derniers mois, d’abord Taha Bouhafs, ensuite Éric Coquerel.

Une exemplarité que le monde politique dans son ensemble peine à atteindre.

observatoires des violences sexistes et sexuelles en politique – quatennens
Observatoire des VSS en politique (Twitter)

À lire aussi : « Il installait la peur » : après Judith Chemla, d’autres femmes accusent le réalisateur Yohan Manca

Crédit photo : Capture

Violences conjugales : les ressources

Si vous ou quelqu’un que vous connaissez est victime de violences conjugales, ou si vous voulez tout simplement vous informer davantage sur le sujet :

Les Commentaires
55

Avatar de Sakuto
22 septembre 2022 à 16h28
Sakuto
@Mayushi je ne comprend pas ton commentaire, la statistique que j'ai donnée est ce qui illustre le mieux qu'on est dans une société où les hommes sont beaucoup plus violent que les femmes. A quel moment le fait que je dise que 90% des assassins sont des hommes implique que je les essentialise et que j'omets le contexte sociétal? J'aurais aussi pu ajouter qu'on apprend aux petits garçons à se battre et à jouer avec des armes en plastique, mais le but de mon commentaire n'était pas de démonter ce qui me semble être une évidence.
4
Voir les 55 commentaires

Plus de contenus Société

Actualité mode
Deux femmes en train de déplier des vêtements pexels-polina-tankilevitch-5585849

Le gouvernement français envisage 5 mesures pour des vêtements plus durables et contre le gaspillage

Anthony Vincent

30 sep 2022

1
SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Daronne
lyceen-marchent-couloir-ecole

Les enfants transgenres pourront désormais porter le prénom de leur choix à l’école

Chloé Genovesi

30 sep 2022

11
Actu en France
Charles Deluvio / Unsplash

Le premier rapport parlementaire sur le porno en France s’appelle l’enfer du décor, et ses constats sont glaçants

Aïda Djoupa

30 sep 2022

14
Actu en France
[Site web] Visuel horizontal Édito (28)

Dominique Boutonnat, patron du cinéma français, sera jugé pour agression sexuelle sur son filleul

Maya Boukella

30 sep 2022

Société
COVID-19_vaccination_center_in_Gostiny_Dvor-03

Vaccination anti-Covid, titres-restaurant… Tout ce qui change au 1er octobre

Actualités
manifestation soutien iran Mahsa Amini – melbourne – Matt Hrkac

Face à la répression violente en Iran, que peut-on faire pour aider les Iraniennes ?

Maëlle Le Corre

27 sep 2022

1
Psychologie
Megan Thee Stallion a ouvert un site pour la prise en charge de la santé mentale

Megan Thee Stallion crée un site pour une meilleure prise en charge de la santé mentale

Anthony Vincent

27 sep 2022

Actualités
giorgia meloni grazie italia – euronews

Italie : le parti post-fasciste de Giorgia Meloni remporte les législatives

Maëlle Le Corre

27 sep 2022

2
Actu mondiale
Todd Cravens / Unsplash

Autour de New York, les baleines reviennent après des décennies de travail de préservation

Aïda Djoupa

27 sep 2022

Daronne
[Site web] Visuel horizontal Édito

935 millions pour revaloriser l’enseignement : mesures engagées ou simple effet d’annonce ?

Chloé Genovesi

27 sep 2022

La société s'écrit au féminin