Live now
Live now
Masquer
taha bouhafs tpmp
Politique

Taha Bouhafs se retire des législatives après des accusations de violences sexuelles

Plusieurs personnes accusent le journaliste engagé Taha Bouhafs de violences sexuelles.

C’est la nouvelle de cette semaine qui a secoué la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), la toute récente formation politique visant à rassembler la gauche pour peser dans les législatives. Alors que le journaliste et militant Taha Bouhafs (que Madmoizelle avait reçu et interviewé début 2022 pour son livre Ceux qui ne sont rien) venait d’annoncer son retrait de la campagne législative, Mediapart a révélé les raisons de ce revirement.

Annoncé via un tweet ce mardi 10 mai, ce retrait semblait une conséquence directe du harcèlement raciste et violent et des menaces de mort que reçoit le jeune homme de 25 ans depuis l’annonce de sa candidature à Vénissieux dans le Rhône.

Suite à ce communiqué, il avait alors reçu plusieurs marques de soutien émanant de LFI, mais aussi de certains représentants des Verts et du NPA. Sa candidature était perçue comme un véritable symbole d’une révolution attendue et nécessaire dans la représentation des citoyens et des citoyennes au cœur de l’Assemblée nationale.

Mais ce mercredi, une autre information a révélé la véritable origine de ce retrait. Taha Bouhafs fait l’objet d’un signalement auprès de la cellule de suivi contre les violences sexistes et sexuelles de La France Insoumise :

« Le comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles, mis en place au sein de la France insoumise, a bien été saisi le samedi 7 mai d’un témoignage relatant des faits supposés de violences sexuelles reprochées à Taha Bouhafs.

Sur cette base, vu l’urgence de la situation, une procédure a été enclenchée immédiatement au sein de la France Insoumise. Dans ce cadre, Taha Bouhafs a été confronté aux accusations dont il faisait l’objet ce lundi 9 mai. »

Le comité a pris la décision d’exclure la candidature de Taha Bouhafs. À l’issue d’un échange avec les deux députées LFI Clémentine Autain et Mathilde Panot, « il a été convenu que le militant pourrait retirer de lui-même sa candidature », selon Mediapart.

Toujours auprès de Mediapart, la militante Caroline de Haas a expliqué avoir reçu début mai deux autres alertes sur des comportements du journaliste, « suffisamment sérieux et inquiétants pour prévenir LFI ». Auprès de France Info, elle affirme concernant le premier témoignage avoir pris connaissance d’ « un récit glaçant, précis et qui fait aussi état de conséquences graves sur la santé de la victime ».

Notons la réactivité de LFI face à des accusations graves. Lorsque d’autres partis, institutions ou entreprises se réfugient derrière la présomption d’innocence pour ne pas agir suite à des accusations de violences sexuelles en leur sein, le parti dirigé par Jean-Luc Mélenchon a choisi la réserve et le principe de précaution en suspendant la personne visée par des accusations en attendant que la justice soit saisie.

« On n’est pas la justice, c’est ça qui est compliqué sans doute à comprendre, on n’est pas une instance juridique. On est une instance politique et nous prenons des responsabilités qui relèvent de ça et qui nous engagent dans le combat contre les violences faites aux femmes » a insisté Clémentine Autain.

clementine autain reaction taha bouhafs

Quelle exemplarité pour les candidats aux législatives ?

Faire en sorte que la parole des victimes soit prise au sérieux et entendue, qu’une procédure judiciaire soit mise en place et que la personne visée par les accusations soit mise en retrait le temps nécessaire, cela n’excuse pas les attaques d’une extrême violence dont Taha Bouhafs a été la cible.

Il est cependant terrible de constater qu’à peine les accusations de violences sexuelles visant le journaliste ont été connues, certaines personnes semblaient presque s’en frotter les mains, comme attendant une nouvelle occasion de renouveler leurs attaques à l’égard de Taha Bouhafs. Instrumentaliser les violences sexuelles pour attaquer un (désormais ex) candidat aux législatives issu des quartiers populaires, alors que d’autres partis se soucient bien peu d’être exemplaires et investissent sans sourciller des hommes condamnés, cela a de quoi laisser amer.

Parlons alors un peu Renaissance, nouveau nom du parti La République en Marche.

Parlons par exemple de Jérôme Peyrat, maire de La Roque-Gageac en Dordogne, condamné en 2020 pour des faits de violences conjugales… et qui sera malgré tout candidat aux législatives. « J’ai considéré que cette peine ne m’interdisait pas d’être un homme public, de continuer à faire de la politique » a-t-il affirmé à Libération. Et visiblement, son parti n’y voit pas non plus d’objection et ne milite pas pour l’exemplarité dans ses rangs.

Même si cette candidature fait réagir, on est bien loin d’atteindre le niveau d’indignation envers Taha Bouhafs avant même les révélations de Mediapart de ce mercredi, la candidature du journaliste étant déjà contesté en raison de sa condamnation pour injure publique envers la syndicaliste policière Linda Kebbab.

Un double standard politique et médiatique persistant.

À lire aussi : Mediapart réunit 20 victimes présumées de PPDA : « Je me suis sentie un bout de viande »

Crédit photo : TPMP (Capture Youtube)

Les Commentaires
78

Avatar de Sophie L
17 mai 2022 à 21h14
Sophie L
@Querencia Je ne suis pas sûre qu'il y aura une suite, iel continue de poster.
J'aimerais tellement que la politique de non-mixit soit maintenue. Sinon c'est porte ouverte à tout.
1
Voir les 78 commentaires

Plus de contenus Politique

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.48.45
Politique

Marine Tondelier, le nouveau visage d’Europe Ecologie-Les Verts

Camille Lamblaut

14 déc 2022

Lifestyle

5 conseils pour une Saint-Valentin sous le signe de l’amour de soi

Humanoid Native
Capture d’écran 2022-12-12 à 14.59.25
Actu mondiale

À 18 ans, Jaylen Smith devient le plus jeune maire afro-américain de l’histoire des États-Unis

Camille Lamblaut

12 déc 2022

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question bien sexiste
Politique

La Première ministre néo-zélandaise cloue le bec d’un journaliste après une question sexiste

Camille Lamblaut

01 déc 2022

1
Capture d’écran 2022-11-28 à 12.01.10
Politique

Affaire Quatennens : Clémentine Autain propose la création d’une charte au sein de la Nupes

Camille Lamblaut

28 nov 2022

visuel vertical ca va bien se passer
Société

Et si on récompensait le sexisme des hommes politiques ? C’est le pari (ironique) de Ça va bien se passer*

Maëlle Le Corre

24 nov 2022

6
Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-18 à 22.55.07
Actu mondiale

Figure importante de la politique américaine, Nancy Pelosi laisse place à la « nouvelle génération »

Camille Lamblaut

18 nov 2022

1
Laurent Bigorgne, ancien directeur de l’Institut Montaigne, a reconnu avoir versé de la MDMA dans le verre de Sophie Conrad à son insu
Actu en France

Un proche d’Emmanuel Macron comparaît devant la justice pour avoir drogué une ancienne collaboratrice

Camille Lamblaut

10 nov 2022

Capture d’écran 2022-09-21 à 14.02.43
Politique

Visé par des accusations de violences psychologiques, Julien Bayou se met en retrait

Capture d’écran 2022-09-19 à 12.57.22
Politique

Après les justifications d’Adrien Quatennens, les féministes s’indignent contre les réactions de LFI

La société s'écrit au féminin