Live now
Live now
Masquer
metoopolitique
Société

Qui veut faire taire le mouvement #MeTooPolitique ?

MeTooPolitique est-il en train de gêner la classe politique ? En lançant une action d’envergure contre le sexisme, des élues féministes constatent une volonté de réduire au silence leur mouvement.

C’est un puissant coup de gueule et un appel au changement que quelques centaines de femmes politiques — issues de différents bords — ont lancé ce lundi, à travers une tribune pour appeler à « écarter les auteurs de violences sexuelles et sexistes » de la vie politique.

En moins de 24 heures, il y a bien eu une réponse, mais pas forcément celle que l’on attendait.

Comme une volonté de les faire taire, de maintenir le couvercle sur leurs témoignages et leurs exigences, le site metoopolitique.fr lancé à cette occasion pour recueillir les paroles des victimes a été piraté.

« Il y a des gens qui ne veulent pas que les choses changent au niveau politique, et qui trouvent ça suffisamment dangereux et insupportable pour mettre les moyens et tenter de faire sauter cette initiative », résume Alice Coffin auprès de Madmoizelle.

Que les hommes politiques prennent leur responsabilité

Celles qui se sont mobilisées dans cette action ne voulaient pas la limiter à une simple tribune qui serait oubliée dans quelques semaines. Au contraire, elle veulent engager un mouvement de fond pour interpeller ceux qui détiennent le pouvoir, « engager un bras de fer avec les responsables politiques qui sont en capacité de prendre des décisions », explique Alice Coffin.

Un moyen de maintenir une pression afin de les faire renoncer à soutenir et à s’engager aux côtés de ceux qui commettent des violences sexistes et sexuelles.

Assemblée nationale
Assemblée nationale

Ce site prend donc la forme d’une plateforme avec des témoignages, mais aussi des ressources, des chiffres, ainsi qu’un engagement à signer en trois points par tous ceux et toutes celles qui ont la capacité à parrainer un candidat potentiel, à constituer des listes de candidats.

Engagement à signer sur le site metoopolitique.fr
Engagement à signer sur le site metoopolitique.fr

Les signataires de la tribune exigent ainsi que les partis politiques prennent enfin leurs responsabilités face aux dénonciations de violences sexuelles et sexistes en leur sein :

« Quand les directions et les commissions d’investiture écouteront-elles les élues, les collaboratrices, les militantes, les citoyennes qui dénoncent des insultes sexistes, des mains aux fesses, des “gros lourds tactiles” – doux euphémisme pour évoquer des agresseurs sexuels – de ceux qui font pression pour obtenir des faveurs sexuelles ?

Quand écarteront-ils des responsabilités ceux qui ont été condamnés pour violences conjugales, pour harcèlement sexuel, pour viol, mais dont la peine n’a pas été assortie de l’inéligibilité ? »

Un sexisme omniprésent et savamment entretenu

« Le sexisme en politique remplit un objectif politique en soi », explique Mathilde Viot, une des initiatrices de la tribune et membre du collectif Chair Collaboratrice, interviewée dans À l’air libre :

« Il a vocation à décourager les femmes, à leur faire comprendre que ce n’est pas leur place, donc on les ramène à ce qu’elles sont, c’est-à-dire uniquement des femmes, des objets sexuels, elles sont rarement perçues comme de réels adversaires politiques, des camarades politiques ou des égales politiques. »

Dans la tribune publiée dans Le Monde, les signataires rappellent aussi que trois candidats ou candidats pressentis à la présidentielle sont accusés d’agressions sexuelles, Eric Zemmour, Jean Lassalle et François Asselineau… et qu’ils ne sont pas inquiétés plus que cela :

« Cela ne les empêche pas, loin de là, de considérer qu’ils sont dignes d’occuper la magistrature suprême. C’est dire à quel point la condition des femmes et des victimes leur est indifférente. En juin 2022, nous élirons les membres de l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, parmi les 577 députés, certains sont des auteurs de violences sexistes et sexuelles. »

À la suite de la publication de la tribune, d’autres femmes ont à leur tour témoigné de ce qu’elles ont vu ou subi de la part d’hommes politiques et de l’impunité qui demeure malgré les signalements :

La plateforme dédié à un mouvement MeToo en politique sera remise en ligne prochainement. D’ici là, tout le monde peut apporter son soutien via un formulaire.

Pour Alice Coffin, cette tentative de faire disparaître cette initiative féministe apparait comme un « reflet de ce qu’il se passe dès qu’une femme s’exprime sur les violences sexistes et sexuelles » :

« La parole féministe est systématiquement exclue, mise au ban », constate l’élue qui en a elle-même fait les frais au conseil de Paris après avoir dénoncé la nomination de Christophe Girard comme adjoint à la Culture à la mairie de Paris en 2020 en raison de son soutien à l’écrivain Gabriel Matzneff.

« C’est une traduction plus explicite de ce qui se passe avec les femmes qui parlent du sexisme en politique. » 

À lire aussi : Pourquoi une telle indifférence face au #MeToo de l’édition française ?

Crédit photo : Greenbox, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Les Commentaires
5

Avatar de Belllinda
17 novembre 2021 à 16h07
Belllinda
@Mayushi
Il y a soupçons et soupçons et il ne faut pas oublier que les fausses accusations sont aussi punies lourdement, donc dire "avec ce système n'importe qui pourra faire de fausses accusations pour faire tomber un politicien" c'est un peu du grand n'importe quoi, ça sous entend qu'il n'y aurait aucun risque sous-jacent à faire ça... on parle d'un délit et le risque encouru c'est 5 ans de prison.
Sauf que des accusations peuvent être anonymes - par exemple par l'intermédiaire d'un article publié dans un journal avec des témoignages - et que des accusations anonymes peuvent être suffisantes pour éveiller des soupçons et donc "mettre en cause" une personnalité politique sans que celle-ci ne puisse porter plainte pour diffamation. Une personnalité politique pourrait alors ne pas être investie par son parti, se voir refuser un parrainage ou ne pas être embauchée sans avoir quelque moyen de se défendre que ce soit.
La charge de la preuve devrait revenir à la personne accusée dans ce genre de dossier, la phrase "donc sans que la véracité des accusations ait été démontrée" c'est ce qui permet justement à ces politiciens de rester impunis. Est-ce qu'il y a un risque d'abus ? Comme pour tout oui. Est-ce que ce risque d'abus est plus élevé que les risques d'agressions actuels ? J'ai un grand doute. A choisir je préfère 2% de carrières de politiciens "ruinées" que 98% des agressions restent impunis. (Sans parler que bon, quand on voit des cas comme DSK et qu'il continue à donner des conférences de 45 minutes à 100 000 euros, on se dit qu'il y a pire comme carrière ruinée.)
Les statistiques que tu donnes seraient totalement différentes si, d'une part, la charge de la preuve était inversée et, d'autre part, tout soupçon de violences sexistes ou sexuelles était suffisant pour empêcher une personnalité politique d'être investie par son parti, de recevoir un parrainage ou d'être embauchée. Prenons un exemple concret: le congrès des Républicains doit désigner, le 4 décembre, le candidat du parti aux élections présidentielles. Si les conditions que j'ai citées précédemment étaient réunies, j'ai assez peu de doutes sur le fait qu'au moins un candidat aurait été éliminé (par ses concurrents ou ses adversaires politiques) par le biais d'accusations anonymes gratuites.
j'ai déjà vu des collègues de travail aux USA et en Angleterre sauter suite à des accusations de violences sexuelles et sexistes, ils n'ont jamais été inquiétés par la justice par contre et bizarrement ils n'ont jamais été non plus devant un tribunal pour obtenir une quelconque réparation, preuve sans doute qu'il devait y avoir un peu de vrai dans les accusations.)
Il y a des dizaines de raisons qui peuvent expliquer qu'une personne, même dans son droit, renonce à porter l'affaire devant la justice. D'ailleurs, on répète assez souvent que très peu de femmes victimes de violences sexuelles portent plainte contre leur agresseur.
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Société

Livres
reconnaitrans laurier the fox – editions lapin

« De simples mots peuvent nous blesser, nous tuer » : cette BD montre les ravages de la transphobie ordinaire

Maëlle Le Corre

04 déc 2021

Insolite
coinces_pub_troisjours

Une tempête de neige les bloque au pub ? Ils improvisent une pyjama party pendant 3 jours, vive l’esprit de Noël

Aïda Djoupa

03 déc 2021

Féminisme
Rihanna

Laissons Rihanna et son utérus tranquille, bon sang

Camille Abbey

03 déc 2021

2
Société
nayeli-dalton-unsplash-femme-handicap-fauteuil-roulant

Encore un non : l’Assemblée nationale retoque à nouveau l’individualisation de l’AAH

Maëlle Le Corre

03 déc 2021

Psychologie
Personne malade avec un thermomètre dans les mains

Double peine : le Covid toucherait plus durement les personnes atteintes de troubles psy

Société
harcelement_scolaire_delit

Jusqu’à 10 ans de prison pour harcèlement scolaire : l’Assemblée Nationale a voté oui. Et maintenant ?

Aïda Djoupa

02 déc 2021

Beauté
Le-casting-de-Love-Island

Les ados, cibles trop faciles de la chirurgie esthétique ? Le Royaume-Uni sévit

Anthony Vincent

02 déc 2021

3
Actu mondiale
droit-avortement-etats-unis-manifestation-lorie-shaull-flickr

Droit à l’IVG : les États-Unis s’apprêtent-ils à un retour en arrière sans précédent ?

Maëlle Le Corre

02 déc 2021

Société
margaux-pinot-judokate-

« J’ai cru mourir » : la judokate Margaux Pinot dénonce la relaxe de son compagnon accusé de violences conjugales

Maëlle Le Corre

01 déc 2021

4

La société s'écrit au féminin