Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Musique

Zoom sur les Puppini Sisters

Ma première rencontre avec les soeurs Puppini (qui n’ont de soeurs que le nom) remonte à l’été 2006. Fraîchement larguée par mon nazebroque de mec, j’errais seule à Londres, la morve au nez, le désespoir en bandoulière. Je n’avais qu’une envie : me changer les idées, me retourner le cervelet, sans toutefois passer par la case whisky-au-petit-déjeuner.
J’ai d’abord tenté de soulager ma peine en claquant mes deniers chez Topshop. Sans succès. Puis, j’ai fini par échouer dans une boutique de disques. C’est bien connu, la musique adoucit les moeurs, blablabla. Ce qui l’est peut-être moins, c’est qu’elle apaise aussi les maux (puté, c’est beau : on dirait du Christophe Maé !). J’étais donc là, à vagabonder entre les rayons, quand soudain … Paf boum hue ! Le coup de foudre ! Le crush comme y disent Outre-Manche. Mais qu’est-ce donc qui fit naître en moi une passion aussi foudroyante, un désir aussi ardent que le buisson pubien de Moïse ? Hein, tu te le demandes ? Nan ? Et bé, je te le dis quand même : la pochette de Betcha Bottom Dollar, le premier album des Puppini Sisters (sorti chez nous en octobre dernier). On y voit trois donzelles lookées années 40, les lèvres peintes d’un rouge flamboyant*, les mains délicatement gantées … Plus qu’une simple photo, une invitation au voyage dans le temps.

* Pourquoi moi, avec ce genre de lipstick, je ressemble à une pute balte ? Nan vraiment, j’aimerais savoir.

De retour en France, j’ai appris qu’elles tapaient dans le jazz vocal, voire dans le « vintage swing pop », comme elles le disent si bien. Leur péché mignon ? Les reprises légères et décalées. Stephanie, Marcella et Kate ont entre autres customisé Heart of Glass de Blondie et Crazy in Love de Beyoncé. Sur cette vidéo, elles reprennent Boogie Woogie Bugle Boy des Andrew Sisters, un groupe des 40’s dont elles s’inspirent énormément. Mon cul en frétille encore.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x3551e[/dailymotion]

Quand on m’a dit que le trio se produisait à la Cigale, j’ai failli uriner dans mon slop. Vraiment. Mais je me suis retenue, me contentant d’un « Chouette, paupiette ». Tu veux savoir comment ça s’est passé ? La salle était pleine comme un oeuf et le public hétéroclite au possible (des jeunes, des vieux, des roots, des posh). Les Puppini m’ont séduite en un quart de nanoseconde. Physiquement, d’abord. Avec leurs bibis et leurs jupes cintrées, elles m’ont semblé tout droit sorties d’un film. Un film en noir et blanc. Avec Rita Hayworth et Ava Gardner au générique. Faut dire que Marcella, la petite brune, a travaillé aux côtés de Vivienne Westwood pendant deux ans. Y’a pire comme coin pour aiguiser son sens de la mode. Elle aurait pu atterrir dans le dressing-room de Mariah Carey par exemple. Ou celui de Corinne Touzet.

Branchées sur 100 000 volts, les trois femmes ont enchaîné douze titres, dont l’incontournable Mr Sandman et I Will Survive de Gloria Gaynor. Des titres agrémentés de chorégraphies joliment désuètes. Ça sentait la bonne humeur à plein pif dans la salle. Les gens sautaient, s’ébrouaient tels des petits poneys. A un moment, tellement j’étais jouasse, j’ai même voulu organiser une ronde de l’amitié mais mon voisin puait de laggle. Genre une haleine de chou en boîte. Donc bon. Je n’ai rien tenté, préférant me concentrer sur ce qui se tramait sur scène. Car c’est là toute la magie des Puppini Sisters : leurs shows se regardent autant qu’ils s’écoutent !

Plus d’infos …

Le deuxième album du trio intitulé The Rise & Fall of Ruby Woo n’est pas encore disponible en France. Il est toutefois possible de le commander sur Amazon.
Stephanie, Marcella et Kate seront en concert à Lyon le 22 mai, à la Bourse du Travail.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

11
Avatar de Mircea Austen
14 septembre 2008 à 12h09
Mircea Austen
Je viens de passer une semaine proprement merdique.
Sagement, je m'attendais à embrayer pour une semaine tout aussi losseuse.
Et bien non !
Les puppini sister m'ont foutu la bougeotte, le sourire au lèvre et le swing dans le corps ! Sans compter un style vestimentaire que j'aime toujours autant !
Bref, Merci Mam"zelle, vous avez trouvez mon antidote !
0
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Musique

Jack Antonoff & Margaret Qualley dans le clip de Tiny Moves, issu du quatrième album du groupe Bleachers // Source : Capture d'écran YouTube
Musique

« Dieu est une femme » : rencontre avec Jack Antonoff, chanteur de Bleachers, et producteur de Taylor Swift, Lana Del Rey…

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
La pochette du nouveau single de Lizzo, Rumors
Culture

«J’arrête» : accusée de harcèlement, Lizzo va-t-elle quitter l’industrie musicale ?

La chanteuse Thérèse sort son nouvel album et nous raconte ses premières fois // Source : Madmoizelle
Musique

« Ma maladie m’a fait prendre conscience que la vie était courte »,  rencontre avec la chanteuse Thérèse

Raye a tout raflé aux Brit Awards 2024
Musique

Qui est Raye, la chanteuse qui a tout raflé aux Brit Awards avant de régner sur la pop mondiale ?

djadja-aya-nakamura-signification-paroles
Musique

Djadja pour les nuls : découvre la reprise en « français soutenu »

21
Taylor Swift // Source : capture d'écran youtube
Culture

Taylor Swift : son film The Eras Tour à 75 millions de dollars est dispo sur Disney+

Aya Nakamura nous donne envie de zouker avec son nouvel album, DNK
Musique

Aya Nakamura : après la polémique sur sa participation aux JO, le comité d’organisation réagit

54
Lollapalooza // Source : Mad
Culture

En raison des Jeux Olympiques, il n’y aura pas de festival Lollapalooza cette année

2
Source : Spice Girls - Getty Images
Musique

Coup de vieux : les Spice Girls fêtent leurs 30 ans (et partagent une chouette vidéo)

1
Aya Nakamura chantera pour la céréomine d'ouverture des JO 2024, et le mépris contre elle redouble déjà // Source : Capture d'écran instagram
Musique

Aya Nakamura chantera pour la cérémonie d’ouverture des JO 2024, et le mépris contre elle redouble déjà

133

La pop culture s'écrit au féminin