Live now
Live now
Masquer
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

31 août 2022 1
La comédie d’action la plus inventive, folle et inclusive de l’année est enfin sortie au cinéma et on peut vous garantir que vous n’avez jamais rien vu de semblable. Lumière sur Everything Everywhere All at Once.

Lors de sa sortie aux États-Unis en mars 2022, Everything Everywhere All at Once a explosé tous les records. En seulement 15 jours, le film a enregistré plus de 1,7 million d’entrées et a même détrôné Parasite pendant quelques jours dans le classement des meilleurs films de tous les temps sur le site Letterboxd.

Il faut dire qu’Everything Everywhere All at Once est un film A24, qui est un peu l’équivalent en studio de Steven Spielberg : en gros, c’est à A24 que l’on doit un nombre incalculable de chefs-d’œuvre. Vous connaissez désormais le point commun entre Ex Machina, Euphoria, Lady Bird, Midsommar, The Witch ou encore Moonlight.

Autant dire qu’en allant le voir, on s’attendait à ce que ce soit bien. En fait, c’était encore mieux que ça.

De quoi parle Everything Everywhere All at Once ?

Everything Everywhere All at Once a un personnage principal qu’on ne voit jamais dans les blockbusters d’action. Le film décentre complètement de l’increvable figure du mec blanc à la musculature surdéveloppée pour lui préférer celle d’Evelyn Wang (interprétée par la géniale Michelle Yeoh), une femme d’une cinquantaine d’années, immigrée chinoise et précaire.

Evelyn est écartelée entre sa famille qu’elle ne comprend plus, son travail pénible dans une laverie et une gestion chaotique de ses finances. Mais un beau jour, elle se retrouve plongée dans un multivers. Elle découvre les vies plus ou moins étranges qu’elle aurait menées dans chacun de ces mondes parallèles… et apprend que le multivers va devenir sa principale arme pour sauver le monde.

[Site web] Template Produit – Paysage (4)
© Leonine

Un bijou de culture pop entre action, comédie et émotion

Malgré son titre imprononçable, Everything Everywhere All at Once est une pépite et ne ressemble à rien d’autre. Dès les premières minutes, le montage survolté annonce un film bourré d’une énergie euphorisante par laquelle on est heureux d’être emportés. Le concept de multivers permet aux réalisateurs de laisser le champ complètement libre à leur créativité.

Cette voie ouverte sur l’imaginaire amène des idées de personnages et de séquences tantôt hallucinatoires ou hilarantes, tantôt bouleversantes. Visuellement, certaines séquences de transition entre les univers sont aussi éblouissantes que celles de 2001 : L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick. Quant aux combats de kung-fu, on n’ose pas cligner des yeux de peur de perdre une miette de ces chorégraphies hypnotiques.

everything everywhere all
© Leonine

Quand le blockbuster raconte une chronique intime sur la maternité et la dépression

Malgré la richesse des mondes parallèles qu’il imagine, Everything Everywhere All at Once ne perd jamais de vue ses thèmes principaux. Outre la qualité de l’action, du suspens et du divertissement, c’est aussi un grand film sur la famille, l’identité et la quête du sens de la vie. Certes, il y est question de sauver le monde, comme à peu près tous les films de superhéros. Seulement, les vrais enjeux autour de cette mission immenses sont étonnamment réalistes et intimes.

Le thème du multivers et ses mondes parallèles parfois absurdes (il y a par exemple une réalité alternative où les humains ont des saucisses à la place des doigts) ouvre une réflexion philosophique. Comment trouver du sens à la vie quand on réalise l’infinité de détails anodins qui influencent notre existence ? Comment ne pas être désespéré lorsqu’on commence à imaginer la vie qu’on aurait menée en faisant des choix différents ?

Ainsi, Everything parle aussi de sentiment de vide, de perte de sens et de dépression. Si le drame intime fonctionne, c’est qu’il est agencé autour d’Evelyn et sa fille Joy. Finalement, tous ces mondes extraordinaires ne sont qu’une version imaginaire des difficultés qu’elles rencontrent dans leur relation. Mais à force d’épreuves communes, insolites ou terrifiantes, elles apprendront à s’apprivoiser, à communiquer et à se comprendre.

[Site web] Template Produit – Paysage (5)
© Leonine

À lire aussi : Leila et ses frères : le meilleur film de l’année est au cinéma, et on a rencontré son réalisateur

Crédit de l’image à la Une : © Leonine

Les Commentaires
1

Avatar de Margay
13 septembre 2022 à 21h47
Margay
Merci Madz de m'avoir fait connaître ce film, j'ai été le voir avec mon frère et c'était assez ouf! J'étais morte de rire une bonne partie dubfilm, et le propos sur lequel s'appuie tout le film me parle beaucoup beaucoup! Ça fait très plaisir d'avoir un film drôle, et intelligent, et qui sorte des stéréotypes habituels! (Humour absurde attention! Normalement je suis pas fan, mais là ça a très bien marché sur moi! )
1
Réagir sur le forum

Plus de contenus Revues de films

Cinéma
I’m your man film

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Revues de films
Sweat 3

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
Cinéma
MEN ALEX GARLAND

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Cinéma
Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

Revues de films
critique-licorice-pizza

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

Revues de films
matrix-4-critique

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
Revues de films
une-femme-du-monde-critique-film

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

Revues de films
dernier-duel-jodie-comer

Le Dernier duel, la fresque médiévalo-féministe de Ridley Scott, mérite-t-elle tout ce foin ?

Kalindi Ramphul

15 oct 2021

28
Interviews cinéma
ozon-verticale

« C’était beau, mais j’ai eu peur » : François Ozon aborde la fin de vie digne dans Tout s’est bien passé

Kalindi Ramphul

21 sep 2021

Revues de films
dune-vertical

On a adoré Dune, et en plus on a presque pigé toute l’histoire

Kalindi Ramphul

15 sep 2021

5

La pop culture s'écrit au féminin