Live now
Live now
Masquer
Have I never // Source : Netflix
Culture

Mes premières fois saison 4 : ode à la série la plus drôle, féministe et sexy de Netflix

Le 8 juin 2023 est un jour de joie puisque Netflix a mis en ligne la quatrième et dernière saison de l’une des meilleures séries de son catalogue, Mes premières fois. L’occasion de revenir sur les six raisons qui en font l’une des séries les plus drôles, sexy, malines, et délicieuses de ces dernières années.

Toutes les bonnes choses savent se terminer. Le 8 juin, la quatrième et ultime saison de Mes premières fois est sortie sur Netflix. Cet article est dédié à nos chères lectrices qui ont déjà vu et revu la série créée par Mindy Kaling, mais aussi à celles qui auraient raté les trois premiers trains.

Véritable bonbon acidulé ultra divertissant, drôle et facile à binge-watcher, Mes premières fois est aussi une série politique et profonde par bien des aspects. Voici les raisons qui en font une véritable pépite, élue meilleure série adolescente de Netflix par le magazine Forbes.

Mais avant de poursuivre, on a une question pour celles qui ont déjà vu la série : êtes-vous plutôt team Ben, Paxton…ou Fabiola ?

Tout ce qu’on aime, mais en mieux

Si vous êtes à la recherche d’une série délicieusement réconfortante, vous êtes au bon endroit. Le plot de Mes premières fois a beau être très simple, elle est plus maligne qu’il n’y paraît. Devi, une ado indienne vivant en Californie décide de changer son statut d’intello invisible pour devenir populaire. Tous les ingrédients du programme adolescent feelgood sont là : un lycée, la vie d’une ado, ses amis et sa famille, des scènes de fête et de pyjama parties, un triangle amoureux et un beau-gosse tellement beau-gosse que c’en est irréaliste.

Sur le papier, la série nous invite à nous lover dans notre zone de confort. Seulement, à partir de cette base composée des poncifs du genre (dont on ne se lassera décidément jamais), elle apporte en toute discrétion et en toute humilité une originalité, une intelligence et une écriture remarquables, qui en font finalement bien plus qu’une teen-série parmi d’autres.

premières fois netflix
© Netflix

Un casting inclusif et largement féminin pour une série féministe

Quand on fait le bilan, on se rend compte que dans Mes premières fois, il y a surtout des meufs. Devi est un personnage rayonnant. Il faut à peu près douze secondes pour s’identifier à elle. Remplie de paradoxes, Devi est tellement control freak qu’elle en devient maladroite. Elle résume bien toutes les contradictions qui peuvent nous traverser quand on est une jeune femme. Elle doit jongler entre les normes (de féminité, de blancheur, etc), ses envies, les attentes de ses proches, et la gestion de ses traumatismes…

mes premières fois
© Netflix

Pourtant, les personnages secondaires n’ont rien à lui envier. Des meilleures amies Eleanor et Fabiola, à la cousine Kamala ou la mère Nalini, le casting presque exclusivement féminin propose des portraits de femmes d’une richesse rares. Du handicap au coming-out, en passant par la question du mariage ou encore de la carrière, la série traite d’enjeux féminins et féministes importants en évitant les stéréotypes.

mes premières fois netflux
© Netflix

Des personnages masculins passionnants (et torrides)

Impossible également de parler de Mes premières fois sans parler de ses personnages masculins, qui changent radicalement de tout ce qu’on a l’habitude de voir. Les crush de Devi sont des personnages à part entière, et plusieurs épisodes racontés de leur point de vue nous donnent accès à leur intériorité, ce qui renverse complètement la possibilité de les objectifier, de les percevoir simplement comme des corps.

Si la série est largement située depuis la perspective des femmes, elle montre aussi les contradictions et les poids qui pèsent sur la masculinité, surtout lorsqu’elle croise des enjeux d’identité raciale et culturelle – Paxton, le beau-goss ultime, est métisse japonais. Comment ne pas parler de toutes ces situations tout en tension, en attraction et en sensualité qui feront monter la température !

Have I never // Source : Netflix
Have I never // Source : Netflix

Un casting inclusif et largement féminin pour une série féministe

Quand on fait le bilan, on se rend compte que dans Mes premières fois, il y a surtout des meufs. Devi est un personnage rayonnant. Il faut à peu près douze secondes pour s’identifier à elle. Remplie de paradoxes, Devi est tellement control freak qu’elle en devient maladroite. Elle résume bien toutes les contradictions qui peuvent nous traverser quand on est une jeune femme. Elle doit jongler entre les normes (de féminité, de blancheur, etc), ses envies, les attentes de ses proches, et la gestion de ses traumatismes…

mes premières fois
© Netflix

Pourtant, les personnages secondaires n’ont rien à lui envier. Des meilleures amies Eleanor et Fabiola, à la cousine Kamala ou la mère Nalini, le casting presque exclusivement féminin propose des portraits de femmes d’une richesse rares. Du handicap au coming-out, en passant par la question du mariage ou encore de la carrière, la série traite d’enjeux féminins et féministes importants en évitant les stéréotypes.

mes premières fois netflux
© Netflix

La représentation du deuil

Parmi les qualités les plus surprenantes de Mes premières fois, il y a la justesse avec laquelle la série traite du deuil. Malgré l’attitude d’évitement affichée par une Devi survoltée et trop bavarde, on apprend que l’héroïne a perdu son père, brusquement décédé d’une crise cardiaque un an plus tôt.

En apparence, tout va bien pour Devi, toujours déterminée à atteindre ses objectifs et à résoudre ses problèmes de cœur et d’amitié à coup de stratagèmes et de manigances. Mais rapidement, la mise en scène nous fait comprendre qu’ignorer ce traumatisme ne permettra en rien de le résoudre. Ce déni donne lieu à des séquences d’une grande beauté, notamment lorsque les jambes de Devi cessent tout simplement de fonctionner, ou que son père apparaît sous forme de flash-back ou de présence bienveillante quand elle a besoin de lui.

La série n’expédie pas ce deuil. Elle prend le temps de laisser advenir ces différentes étapes dans tout ce qu’elles peuvent avoir de bizarre, de bouleversant ou de déconcertant, faisant à nouveau preuve d’un réalisme remarquable.

mes premieres fois netflix
© Netflix

Une masterclass d’écriture

En plus d’être un divertissement très accessible, Mes premières fois est extrêmement bien écrite. Tout au long des trois saisons, on ne trouve aucun temps mort ou de cliffhanger paresseux. Chaque épisode ne dure que vingt ou trente minutes et semble passer à une vitesse folle au rythme de dialogues intelligents, malins et pétillants. Sur Internet, la plupart des spectateurs de la série témoignent l’avoir dévorée en un week-end (et je rajoute mon propre témoignage, ici on relate).

On se surprend souvent à rire à voix haute et… à pleurer. Car, oui : derrière son apparente légèreté, Mes premières fois donne des leçons de scénarios dramatiques qui promettent d’offrir de grands moments d’émotion.

Have I never // Source : Netflix
Have I never

Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

9
Avatar de Bowzilla
11 juin 2023 à 20h06
Bowzilla
Et on en parle de John McEnroe qui fait la voix off dans la version originale ? J'adore cette série et ses personnages mais pour moi c'est vraiment la cerise sur le gâteau. Prendre un tennisman ultra sanguin, connu pour ses craquages, pour narrer le parcours chaotique d'une ado qui dérape en permanence : pour moi, c'est parfait !
3
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Culture

Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Cinéma

Cinéma : ce qui pourrait bientôt changer dans les tournages où il y a des enfants

Source : Madmoizelle
Livres

Fête des mères : 5 livres féministes qui se dévorent d’une traite

Captive
Culture

Netflix : 5 mini-séries tirées de faits réels littéralement addictives à regarder ce week-end

Source : @AsocialmntVotre sur X
Humeurs & Humours

Les trouvailles d’internet de la semaine du 13 mai

Source : Netflix
Culture

 Dans Bridgerton, Nicola Coughlan cloue le bec des grossophobes

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Maxton Hall // Source : Prime Video
Culture

Cette série cartonne sur Prime Video et détronne Fallout

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-16T102108.308
Culture

Exit le male gaze : Tomb Raider va être adaptée en série par Phoebe Waller-Bridge

La pop culture s'écrit au féminin