Live now
Live now
Masquer
Une illustratrice efface la prothèse d’une activiste pour une campagne « body-positive » qui fleure bon le validisme
Body positive

Une illustratrice efface la prothèse d’une activiste pour une campagne « body-positive »

Commandée par le ministère de l’Égalité espagnol, la campagne « L’été est aussi à nous » procède de l’inverse de ce qu’elle prône. L’illustratrice qui l’a réalisée, Artemapache, s’est librement inspirée du corps de certaines femmes. Dont celui de l’activiste contre le validisme Siân Lord, de qui elle a effacé la prothèse de jambe.

Cette histoire absurde pourrait être drôle si elle n’était pas représentative du validisme et des limites du body-positive et de la sororité. Pour une campagne baptisée « L’été est aussi à nous » se voulant inclusive autour des corps à la plage, le ministère de l’Égalité espagnol a récemment pris commande d’une illustration auprès de l’artiste Artemapache. Celle-ci, qui a l’habitude de créer des visuels voulant lutter contre la grossophobie, a été payée 4 490 € pour réaliser le travail ci-dessous, dévoilé fin juillet 2022.

Visuel Madmoizelle (12)
À gauche, l’illustration du ministère de l’égalité espagnol commandé à Artemapache ; à droite, une publication Instagram de Raissa Galvão.

Derrière cette campagne prônant l’acceptation, du vol d’image et du validisme

Le hic, c’est que l’illustratrice s’est fortement inspirée de photos de vraies personnes sans leur demander leur consentement, ce qui peut déjà poser question. Mais surtout, Artemapache a remplacé la prothèse de jambe de l’une des mannequins-activistes dont elle a spolié l’image sans autorisation : Siân Lord.

À droite, une publication Instagram de Siân Lord, dont la prothèse a été effacée par l’illustratrice Artemapache
À droite, une publication Instagram de Siân Lord, dont la prothèse a été effacée par l’illustratrice Artemapache.

Une campagne se voulant body-positive qui fait l’inverse de ce qu’elle prône

Cette dernière a extrêmement mal vécu cet exemple manifeste de validisme qui s’ignore, comme elle le raconte dans une publication Instagram publiée le 2 août :

« Cette photo ne me représente plus en train de passer un bon moment au bord de la piscine avec mes amis… Maintenant, cette image me rend extrêmement triste !

Depuis que j’ai découvert vendredi dernier ce qui a été fait de mon image, ma confiance est au plus bas, l’anxiété prenant la première place ! Mes tactiques d’auto-motivation habituelles me font défaut et je me retrouve maintenant dans un endroit étrange !

[…] Je n’ai pas honte de ma jambe ! C’est un produit de force, de résilience et d’indépendance. »

En story Instagram (qui ne dure donc que 24 heures), Siân Lord a également expliqué combien c’est une chose d’utiliser son image sans sa permission, mais c’en est une autre de modifier son corps pour remplacer sa jambe prothétique.

Un mot d’excuse, une promesse, et puis s’en va

Ce qui décuple la violence de cette affaire réside dans le fait qu’il s’agit d’une campagne pour inviter toutes les femmes à s’accepter telles qu’elles sont à la plage.

Sur Twitter, des yeux attentifs ont attrapé la veste de Artemapache. Face à l’esclandre grandissant, l’illustratrice a fini par présenter des excuses, et promis de partager sa rémunération de 4 490 € euros avec les femmes dont elle s’est librement inspirée (et Dafont dont elle a plagié une police de caractères sans en payer la licence d’exploitation) :

Capture d’écran 2022-08-03 à 10.54.41
Capture d’écran Twitter du thread d’excuse de l’illustratrice incriminée.

« Après la polémique, justifiée, autour des droits à l’image de l’illustration, j’ai considéré que la meilleure façon d’atténuer les dommages pouvant découler de mon comportement est de répartir les bénéfices qui découlent de ce travail à parts égales

[…] J’espère pouvoir résoudre tout ça au plus vite, j’assume mes erreurs et c’est pourquoi j’essaie maintenant de réparer les dégâts causés, pour le moment je vais rester à l’écart des réseaux sociaux et essayer de résoudre cette affaire avec les parties concernées en privé. »

Entre prôner le body-positive et la réalité, il y a bien plus que quelques coups de pinceaux numériques.

À lire aussi : Pourquoi la couverture de Vogue d’Olena Zelenska, première dame ukrainienne, fait polémique

Crédit photo de Une : capture d’écran Instagram

Les Commentaires
9

Avatar de Elodie VaZo
4 août 2022 à 08h28
Elodie VaZo
Mais personne ne sait dit que c'était une énorme très mauvaise idée de modifier les photos, quand le message est la tolérance ??
1
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Body positive

Body positive
Le naturisme explose au Royaume-Uni, peut-être grâce à la pandémie

Le naturisme explose au Royaume-Uni, peut-être grâce à la pandémie

Anthony Vincent

08 août 2022

1
Food
Sponsorisé

On démêle le vrai du faux autour des céréales

Humanoid Native
Sorties
Une femme en patins à roulette et robe à sequins assise au sol

Wheelz and Feet, la soirée en patins à roulette ou à pieds qui va vous faire tourner la tête

Anthony Vincent

20 mai 2022

Body positive
thought-catalog-fnztlIb52gU-unsplash

« Je créais des régimes mais tout ce que je pensais était faux » : une diététicienne fait son mea culpa

Marie Chéreau

22 avr 2022

16
Body positive
ok_2

À quoi ressemble un corps de 70, 90, 100 kg ? Des femmes le montrent sur TikTok et ça fait du bien

Barbara Olivieri

19 avr 2022

Grossesse
Capture d’écran 2022-04-19 à 09.58.28

Chez Vogue, on adore Rihanna mais on retouche sa ligne de grossesse dans le plus grand des calmes

Camille Abbey

19 avr 2022

Actualité mode
Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Lizzo vit sa meilleure vie le cul à l’air (enfin à moitié) dans une masterclass d’amour de soi

Anthony Vincent

12 avr 2022

Body positive
[Site web] Visuel vertical Édito

Cette nouvelle tendance TikTok refuse les filtres et célèbre la beauté « vraiment » naturelle

Marie Chéreau

05 avr 2022

Body positive
Camila Cabello s’épanche sur son mal être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Camila Cabello s’épanche sur son mal-être renforcé par les paparazzis et leurs photos volées

Anthony Vincent

04 avr 2022

Société
Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Surprise (non) : chez Goop, le « bien-être » est toxique as fuck

Anthony Vincent

29 mar 2022

2
Parentalité
Capture d’écran 2022-03-25 à 10.19.31

« J’aime quand ton corps dit : pompe, pompe, pompe » : Ashley Graham dévoile l’allaitement sans filtre

Camille Abbey

25 mar 2022

La vie s'écrit au féminin