Live now
Live now
Masquer
L’Espagne propose le congé menstruel, une première en Europe !
Actu mondiale

L’Espagne sur le point d’adopter le congé menstruel : une première en Europe !

L’Espagne devient le premier pays d’Europe à proposer jusqu’à trois jours par mois de congé pour règles douloureuses. Un projet de loi adopté par 190 voix contre 154 par les députés espagnols, le 15 décembre 2022.

Bonne nouvelle pour les personnes menstruées ! Dans ce pays gouverné par des socialistes, un nouveau projet de loi propose un ensemble de mesures pour la santé menstruelle, incluant d’accéder à trois jours de congés payés par mois, entièrement séparés des congés payés et maladie. Adopté par 190 voix contre 154, il a été adopté en première lecture par les députés espagnols le 15 décembre 2022. Ce texte doit désormais être voté par le Sénat et revenir à la Chambre des députés si modification, avant de devenir loi courant 2023.

3 jours de congés menstruels pour les 53% d’Espagnoles aux règles très douloureuses

Ce serait donc une première en Europe : 3 à 5 jours de congés menstruels en cas de règles très douloureuses, confirmées par un certificat médical. En 2017, quatre parlementaires en Italie avaient également émis cette idée sans qu’elle n’aboutisse en loi appliquée pour autant. Les personnes menstruées avec un certificat médical attestant qu’elles souffrent de dysménorrhée auraient alors pu prétendre à 3 jours de congés payés par mois pour règles douloureuses. Soit 60 à 90% des Italiennes, d’après L’Obs reprenant la proposition d’introduction de loi des parlementaires.

De quoi craindre d’accentuer des discriminations sexistes au travail, de la part d’entreprises effrayées à l’idée de voir une grande partie de sa masse salariale menstruée prendre 3 jours de congés supplémentaires par mois ?

Pourtant, des mesures semblables se pratiquent déjà dans certaines entreprises privées occidentales, et même à l’échelle nationale au Japon ou en Corée du Sud, rapporte le journal espagnol El Periódico.

Angela Rodríguez Martínez, secrétaire d’État à l’égalité et à la lutte contre les violences basées sur le genre, en Espagne
© pexels-thirdman-8485839

Ángela Rodríguez Martínez, secrétaire d’État à l’égalité et à la lutte contre les violences basées sur le genre, en Espagne, a ainsi déclaré auprès d’El Periódico concernant cette proposition de loi de congés menstruels :

« Une étude dit que 53% des femmes souffrent [de dysménorrhée]. Lorsqu’il y a un problème qui ne peut pas être résolu médicalement, nous pensons qu’il est très judicieux d’avoir un congé de maladie temporaire. Il importe d’être clair sur ce qu’on considère comme des règles douloureuses : nous ne parlons pas d’un léger inconfort, mais de symptômes graves tels que la diarrhée, la fièvre et de violents maux de tête. »

En Espagne, tout un projet de loi pour la santé menstruelle et contre la précarité

La dysménorrhée, l’endométriose, ou encore le trouble dysphorique prémenstruel ouvriraient donc à ce genre de congés en Espagne si la loi sur le point d’être proposée est adoptée. Des serviettes et des tampons gratuits devraient également être distribués aux personnes les plus précaires, tandis que la TVA serait supprimée de ce genre de produits dans les commerces (à l’heure actuelle, elle s’élève à 10%), dans le cadre de ce projet de loi.

1 femme / 2 concernées par des règles très douloureuses.

1 femme / 4 dans la précarité menstruelle.

— Toni Morillas, directrice de l’Institut des femmes, en Espagne

Ce dernier s’inscrit dans un ensemble de mesures prises au fil du temps et des régions en Espagne, en faveur d’une meilleure prise en compte et en charge de la santé menstruelle. Comme le résume le média espagnol Magnet, le conseil municipal de Gérone en juin 2021, puis celui de Castelló de la Plana en septembre de la même année, ont décidé d’inclure ce droit dans leurs accords de travail, ouvrant aux personnes menstruées la possibilité de s’absenter jusqu’à huit heures par mois.

La ministre de l’Egalité, Irene Montero, porte maintenant cette réforme en faveur de la santé menstruelle à l’échelle du pays auprès du Conseil des ministres. Car d’après la directrice de l’Institut des femmes en Espagne, Toni Morillas, auprès de Público, une femme sur deux à des règles très douloureuses, et une femme sur quatre peine à accéder à des produits de gestion menstruelle.

À lire aussi : Précarité menstruelle : « Nous voulons que le gouvernement tienne ses engagements »

Crédit photo de Une : pexels-thirdman-8485839


Construisez avec nous l’avenir de Madmoizelle en répondant à ces questions !

Les Commentaires
17

Avatar de Mnemosyn
13 mai 2022 à 17h14
Mnemosyn
Je suis assez d'accord avec le fait que les jours soient flottant, comme ça devrait l'être pour toute maladie chronique. Pour ma part j'ai choisi de ne pas avoir mes règles plus de deux fois par an, et je choisis des semaines "à vide", où je pourrai gérer les inconvénients, mais je vis souvent une situation similaire à celle d'une personne ayant des règles douloureuses et régulière. J'ai des maux de ventre extrêmement fort (pas d'idée de causes donc pas de solution/justification médicale) régulièrement, souvent qui dure bien une journée, ça m'est arrivé au travail récemment j'aurais aimé juste pouvoir me lever et dire "désolée aujourd'hui ça va pas être possible" et ramper jusque chez moi. Mais non il faut prouver avoir eu une "vraie" maladie attestée par un généraliste, et encore. Si en tant qu'employeur tu te mets à soupçonner tes employés de se dire incapable physiquement de venir bosser afin juste d'éviter le travail, faut se questionner sur le cadre du bureau je pense. Bref c'est décousu mais pour dire que les jours de règles ou autres maux on devrait pouvoir avoir un dialogue avec son employeur comme toute personne grippée en aurait. Et ça éviterait de s'inquiéter sur les conséquences néfastes d'une loi comme celle évoquée. Pour faire un parallèle douteux, si les hommes pouvait pareillement avoir tendance à prendre des congés parentaux (que ce soit dans la loi ou la pratique permise par un nouveau système de "congés" à lâcher l'équipe à 16h, ou même avoir des enfants seuls, les employeurs seraient renvoyer à leur bêtise de s'interroger sur le recrutement des gens avec un utérus fonctionnel.
0
Voir les 17 commentaires

Plus de contenus Actu mondiale

GGNZ_Swearing_of_new_Cabinet_-_Jacinda_Ardern_2
Actu mondiale

Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise, démissionne, à la stupeur générale

Anthony Vincent

19 jan 2023

5
SEXO

La table de chevet, cette fenêtre sur l’intime, revisitée par des illustratrices

Humanoid Native
trans rights terfs fuck off flickr mat hrkac
Actu mondiale

Pourquoi une loi pour les personnes trans en Écosse a été retoquée par le Royaume-Uni

Maëlle Le Corre

17 jan 2023

Un drapeau chinois qui flotte au vent © glaborde7 de la part de pixabay via Canva
Actu mondiale

En Chine, la population décroit pour la première fois en 60 ans

Anthony Vincent

17 jan 2023

Femme dépitée
Psychologie

Le Blue Monday, le jour le plus déprimant du monde, n’existe pas

Emilie Laystary

16 jan 2023

25
Le footballeur français Benjamin Mendy a été reconnu non-coupable de six viols
Actu mondiale

Le footballeur français Benjamin Mendy reconnu non-coupable de six viols

Anthony Vincent

13 jan 2023

11
lisa marie presley
Pop culture

Lisa Marie Presley, fille unique du King est morte à 54 ans

Maya Boukella

13 jan 2023

libraire jaredd craig unsplash
Actu mondiale

Filippo Bernardini, l’éditeur qui volait des livres très attendus avant leur publication

Maya Boukella

10 jan 2023

Le palais de Westminster, chambre des députés britanniques © NenonJellyfish de la part de Getty Images Signature
Actu mondiale

Sept députées dénoncent le sexisme toxique au Parlement britannique

Anthony Vincent

10 jan 2023

golden-globes-2021
Pop culture

Enlisés dans les scandales, les Golden Globes misent sur des mesures inclusives (et des stars) en 2023

Maya Boukella

09 jan 2023

docu netflix complot
Pop culture

Ce documentaire est une théorie du complot, mais Netflix ne fait rien

Maya Boukella

09 jan 2023

5

La société s'écrit au féminin