Live now
Live now
Masquer
l’Imagier
Livres

Un fantastique imagier de la « vraie vie » pour les petits

Inclusif, mordant, réaliste, juste, beau, poétique… L’imagier signé par le duo Emilie Chazerand et Anna Wanda Gogusey (La ville brûle) est une merveille qui réinvente ce format jeunesse en faisant entendre aux enfants, dès 3 ans, la rumeur du monde tel qu’il est.

« Vache », « veau », « poule », « poussin », « voiture », « assiette », « biberon », « pot », « mouton », « avion », « hélicoptère »… Comme de nombreux parents ou adultes ayant des mouflets dans leur entourage, on a passé de très (trèèès !) longues heures à éplucher des imagiers en tous genres, pointant méticuleusement chaque illustration pour l’associer à un mot qui viendrait enrichir le vocabulaire et l’imaginaire de notre progéniture.

Naviguant dans la production éditoriale pléthorique de ce segment jeunesse, on a été souvent déçu par des catalogues aussi plats qu’inesthétiques. Mais on a aussi plongé dans des trésors tels Les couleurs c’est comme ça, (Gallimard jeunesse) d’Agnès Rosenstiehl – la créatrice de Mimi Cracra – , les différents Imagiers d’Ernest et Célestine (Casterman) d’après l’œuvre intemporelle de Gabrielle Vincent, L’inventaire de la terre au ciel (Actes Sud junior) par Guillaume Reynard ou encore, chez le même éditeur, Tant et tant de choses d’Anna Kövecses dont le graphisme tendre nous fait fondre. 

À lire aussi : Livres pour enfants : les albums jeunesse coup de cœur en mars 2023

Un imagier du « monde partagé » 

Et puis, on a découvert L’imagier, signé par le duo Emilie Chazerand/Anna Wanda Gogusey et édité en mars dernier par la super maison d’édition montreuilloise La ville brûle. Dès la couverture, on est tombé totalement en amour de ce petit livre qui réinvente le genre en faisant entendre aux enfants, avec finesse et poésie, la rumeur du monde, tel qu’il est.

Un monde où les corps sont un « mille-feuille d’organes, de peau, et d’émotions pouvant prendre toutes les formes et toutes les couleurs ». Où fleurissent les collages féministes sur les murs comme les fleurs au printemps. Où les familles, les amours et les ami.e.s ne se ressemblent pas. Un monde fait de beauté, de colères, d’apéros et de goûters, de fatigue, de tatouages, d’imperfections, de rêves, de pluie, de sourires ou de pizzas.

Gouter : apéro

En bref, un imagier « du monde partagé », selon les mots de la cofondatrice de La ville brûle, Marianne Zuzula : « En regardant de près les imagiers qui existent en librairie, j’ai réalisé qu’ils décrivaient un monde parfait, hors sol ou qu’ils s’intéressaient exclusivement à l’univers des enfants. Comme s’il n’y avait pas de porosité entre le monde des grands et celui des petits, alors qu’ils marchent dans les mêmes rues que nous, voient des choses chouettes, mais aussi des gens qui se disputent, sont fatigués ou bien des situations qui les interrogent comme une manifestation ou des collages féministes » explique-t-elle. De ce constat est né l’idée d’un imagier du monde réel qui sorte du strict champ de l’enfance. 

Travail:vacances

Tendresse et humour mordant

Pour ce faire, la maison a fait appel à l’illustratrice Anna Wanda Gogusey dont chaque dessin est un pur régal. On connaissait déjà son trait coloré et contemporain qu’on a croisé dans la presse (Néon, Libération, Le Monde) mais surtout à l’illustration de Herstory – Histoire(e) des féminismes (La ville brûle).

Son talent pour mêler réel et fantaisie explose dans cet album. Elle y déploie un univers gai, en perpétuel mouvement, où les animaux se mêlent aux humains dans des planches qui fourmillent de détails.

Parents-11

À ces dessins répondent les courts textes de l’autrice jeunesse Emilie Chazerand qui a récemment signé chez l’éditeur Parfait.e, enthousiasmant manifeste pour être soi-même.

Ses mots résonnent avec justesse et parviennent en quelques signes seulement à réveiller et aiguiser les regards des petits comme des grands. On adore par exemple sa définition de l’ « Amour(s) : sentiment-ruban qui nous relie les un.es aux autres », de la « Fierté : bonheur d’être soi et bonheur que l’autre soit autre », ou encore d’un « Concert : moment magique durant lequel des personnes qui ne se connaissent pas sont heureuses ensemble ».

Capture d’écran 2023-04-24 à 15.47.31

Jamais niais, cet album regorge de tendresse, de malice et d’humour. On sourit franchement en découvrant les pages consacrées au « Smartphone : outil qui remplace le cerveau des adultes »,  à la « Pause : quand des adultes fatigués discutent des raisons de leur fatigue autour d’un café » ou au « Dessin animé : livre choisi quand les parents sont trop fatigués pour lire ». 

Promenade:manif

Inclusif, mordant, réaliste, juste, beau et poétique, cet imagier est aussi un outil intéressant pour discuter avec les enfants, du monde que nous partageons, mais aussi de leurs inquiétudes ou engouements. On l’a d’ailleurs testé à la maison avec un petit cobaye de 3 ans et demi qui se l’est directement approprié, passant de longues minutes à débusquer les détails des illustrations et posant des questions sans fin – et parfois sans réponses ! – particulièrement sur le monde des adultes. Son verdict : « Ça me donne de la bonne humeur ! ». ( Et :  « je voudrais inviter un bébé éléphant à jouer à la maison» ).  On est bien d’accord. 

Colère:collage

Un album au goût d’évidence à offrir donc sans modération, d’autant que la maison qui l’édite, La ville brûle, est un éditeur indépendant qui mérite sacrément le détour. Installée à Montreuil, la structure déploie depuis une quinzaine d’années une ligne éditoriale engagée, (vraiment) accessible et généraliste (essais, littérature, jeunesse, bd…).

On trouve notamment à leur catalogue une dystopie féministe pour ado (et adulte d’ailleurs) de Louise Mey, L’orage qui vient (2022), le très chouette Herstory : histoire(s) des féminismes de Marie Kirschen et Anna Wanda Gogusey ou l’album jeunesse On n’est pas si différents de Sarah Kollender et Claire Cantais qui arrive à parler de handicap aux enfants en évitant les nombreux écueils habituels.

En bref, une maison d’édition produisant peu, mais bien, qui s’impose comme une valeur sûre et dont le catalogue apparaît comme un vaste vivier de cadeaux à (s’)offrir. 

limagier

L’imagier par Emilie Chazerand et Anna Wanda Gogusey à La ville brûle, 96 pages, 16€

 


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

bruno-gomiero-jp7J14W9sSg-unsplash
Livres

On a trouvé l’application e-book dont vous n’allez plus vouloir vous passer

Livres

Avec Galatea, découvrez des histoires exclusives en format audio ou ebooks

Humanoid Native
Source : Madmoizelle
Livres

Fête des mères : 5 livres féministes qui se dévorent d’une traite

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
Portrait de l'autrice de La Charge raciale, Douce Dibondo, par Céline Nieszawer // Source : Céline Nieszawer
Société

« La suradaptation des personnes racisées est une épée de Damoclès » : Douce Dibondo (La Charge raciale)

2
ovidie-1
Culture

Et si les chiens étaient les meilleurs amis des femmes ?

Chloé Delaume
Culture

« Je suis en saturation des hommes », rencontre avec Chloé Delaume, autrice de Phallers, un roman féministe jubilatoire

nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024
Daronne

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

La pop culture s'écrit au féminin