Live now
Live now
Masquer
Source : Pexels / Vlada Karpovich
Quand on aime, on compte

Anna dépense 576,5 € pour ses 2 enfants : « J’ai renoncé aux achats en vrac et petits producteurs, je n’ai ni le temps ni l’énergie ! »

Selon l’âge du ou des enfants, le budget dépensé par les parents n’est pas le même. Cette semaine, nous allons éplucher le compte d’Anna et son mari, parents de deux enfants de 5 et 3 ans.

N’oubliez pas, dans les commentaires, que les personnes qui participent à la chronique sont susceptibles de vous lire. Merci de rester bienveillant.

Combien coûte réellement la charge d’un ou plusieurs enfants tous les mois ? Quel est le budget des parents ? Les frais engagés évoluent-ils en fonction de l’âge des enfants ? Toutes les deux semaines, dans notre rendez-vous « Quand on aime, on compte », des parents ouvrent leurs comptes et partagent avec nous ce que leur coûte un ou plusieurs enfants, mensuellement.

Cette semaine, c’est Anna qui se prête à l’exercice.

Les revenus d’Anna et son mari, parents de deux enfants

  • Prénom : Anna
  • Âge : 33 ans
  • Métier :  consultante en mobilité durable pour les entreprises
  • Nombre et âge des enfants : deux enfants de 3 et 5 ans
  • Budget net de la famille au total : 6158 €
  • Lieu de vie : Bruxelles, Belgique

Anna est mariée au père de ses deux enfants de 5 et 3 ans. Ils vivent tous ensemble dans une maison à Bruxelles dont ils sont propriétaires, après avoir vécu 8 ans en appartement.

Nous habitons Bruxelles, une ville qui nous plaît, car assez petite, mais avec une vie culturelle florissante. La plupart de nos amis y vivent également. Nous préférions vivre là et pouvoir nous déplacer autant que possible sans voiture plutôt que d’acheter plus grand en banlieue. Nous venons d’y acheter une petite maison de rangée pour avoir un garage (nous ne nous en sortions plus avec nos vélos, les sièges enfants, remorque, etc.) et un petit jardin.

Mensuellement, Anna et son mari touchent, à eux deux 5550 € de salaires. En plus de ces revenus, ils perçoivent également 328 € d’allocations familiales, et 280 € de chèques-repas, utilisables dans les supermarchés pour les courses, et que l’on compte ici dans les revenus.

Le couple dépense 1800 de prêt pour leur maison, qu’ils se partagent équitablement. De plus, Anna précise qu’ils ont chacun mis la même somme en apport lors de l’achat, afin qu’en cas de séparation, tout soit facilement partageable en deux. En plus de leur crédit, le couple dépense 650 € dans des factures courantes, comme le gaz, l’électricité et l’abonnement à internet.

QOAOC_Anna_Revenus

Les dépenses de puériculture et d’hygiène pour deux enfants de 3 et 5 ans

Après avoir expliqué leurs revenus totaux, Anna partage les sommes que le couple dépense pour ses deux enfants.

À la naissance, les cadeaux de la part de la famille et des amis ont été appréciés :

Nous avons beaucoup récupéré d’amis et famille, et le reste était en seconde main. De leur part, nous avons eu une petite baignoire, une poussette, un parc avec fond réglable, une chaise haute, des serviettes de bain, tous leurs vêtements, un sac à langer, nos baby-phones… et j’en oublie sûrement ! La plupart déjà utilisés, mais pour certains, c’était du neuf, sur notre liste de naissance.

Beaucoup nous ont aussi donné une petite enveloppe, via la liste de naissance en ligne. Ces montants ont pas mal été consacrés au baby-sitting. On a aussi reçu un sac publicitaire à la maternité. Les échantillons de shampooing, crèmes de change, etc. nous ont tenu les premiers 6 mois !

De son côté, Anna explique avoir acheté, pour la naissance de son premier, un siège auto neuf, et quelques petites bricoles :

Les seules choses que nous avons achetées neuves, c’était un siège auto pour notre premier enfant — je ne voulais pas acheter d’occasion, on ne sait jamais s’il n’y a vraiment pas eu de choc — un coussin à langer pour mon deuxième enfant (le premier, qui était de récup, tombait en morceaux). J’avais aussi acheté un tapis d’éveil pour mon premier. C’était un caprice complet, mais j’avais quand même envie de faire un mini-shopping bébé, et c’était si choupi !

Côté hygiène, Anna nous explique ne pas avoir de budget spécifique sur cette partie, surtout depuis que ses enfants sont plus grands. Plus besoin de couches jetables ou lavables, de carrés de cotons, de liniment, de sérum physiologique… :

Nous avons de la chance. Depuis que nos enfants ont quitté la crèche, le budget s’est considérablement allégé ! C’est d’ailleurs ce qui nous a permis d’envisager le crédit pour la maison. Pour l’hygiène, il n’y a plus de savon spécial, juste du dentifrice et des brosses à dents, qui sont inclus dans le budget courses.

Pour la santé, Anna dépense, pour ses enfants, 25 € par mois de pédiatre ou de médicaments non remboursés, et 36 € de mutuelle :

Niveau médical, ils n’ont pas de problème de santé particulier, mais ma fille doit être suivie régulièrement pour la vue et l’ouïe, car j’ai contracté le cytomégalovirus durant ma grossesse. Entre les rendez-vous de suivi pédiatre, le rendez-vous dentiste annuel, et les quelques bronchites hivernales, je pense que nous payons à peu près 300€ par an et par enfant, mais les trois quarts nous sont remboursés par notre mutuelle.

Le budget vêtements, jouets et loisirs de deux enfants de 3 et 5 ans

Pour ce qui est du budget des vêtements de ses enfants, Anna dépense 50 € par an et par enfant, soit 8 € par mois environ, et use beaucoup de la seconde main :

En vêtements, nous récupérons beaucoup des cousins — il y en a 6 plus grands ! — et quand il y a un vêtement qui manque vraiment, j’achète en seconde main, ou au carrefour tout près de chez nous.

Je fais pas mal de couture et de teinture aussi pour faire durer les vêtements plus longtemps, même si en général, le temps que je m’y mette (quelques semaines), ils ont déjà grandi et le pantalon ne leur va plus. L’autre source d’économie, c’est que pour les quelques vêtements que j’achète moi-même, j’essaie de faire en sorte que ce ne soit pas genré, pour que ma fille les mette après mon fils. C’est win win pour mon portefeuille et pour déconstruire les attentes de genre !

Pour les jouets et les livres, Anna estime dépenser environ 16 € par mois :

Pour les jouets, nos enfants sont déjà pas mal chouchoutés par les grands-parents, c’est rare que nous achetions quelque chose. Mais tout est concentré sur la période automne/hiver (anniversaires et Noël) donc souvent, au printemps et en été, on achète des choses pour eux.

Par exemple, l’an dernier, il a fallu acheter un vélo un peu plus grand pour mon ainé. L’année prochaine, il y aura peut-être des rollers. J’achète toujours en seconde main, je dirais que ça fait à peu près 100€ par an et par enfant.

À ce budget s’ajoute aussi celui dépensé pour les cadeaux d’anniversaire des amis de ses enfants, pour 5 € par mois.

L’écologie et la seconde main sont des points très importants pour Anna, dans sa façon d’acheter et de consommer :

J’achète pour eux quasi tout d’occasion, pour limiter l’empreinte écologique. Parfois, c’est du neuf, si on a un jouet très précis que l’on voudrait. Par exemple, je voulais acheter quelques livres de Céline Alvares, pour mon grand qui est fasciné par les lettres et commence à lire, mais impossible de trouver d’occasion, donc j’ai été en librairie. Mais ce n’est pas la norme.

Concernant les loisirs de ses deux enfants, Anna les inscrit, lorsque l’école est fermée pendant les vacances, à des stages qui coûtent en moyenne 120€ la semaine. Par an, Anna inscrit ses enfants 4 semaines chacun en tout, ce qui lui revient, lorsque le budget annuel est lissé, à 40 € par mois, pour les deux. De plus, la mutuelle d’Anna intervient pour 50€ an et par enfants, et ces frais sont déductibles fiscalement.

NDLR : Nous n’enlèverons pas le décompte de la mutuelle dans le total final.

En plus des stages, Anna a souscrit à un abonnement annuel au zoo, qui revient à 19 € par mois :

Nos enfants n’ont pas encore d’activité extrascolaire. Nous avons par contre pris un abonnement à un zoo proche de chez nous, qui a aussi de super plaines de jeux. Cela nous a coûté 229 € pour un an, pour tous les quatre. On y va à peu près une fois par mois, donc c’est bien rentabilisé !

Les dépenses de nourriture pour une famille de deux adultes et deux enfants

Concernant le budget alimentation, Anna explique que ses enfants déjeunent à la cantine tous les jours de la semaine, et qu’ils mangent tous la même chose lorsqu’ils sont à la maison. Uniquement pour ses enfants, Anna dépense 170 € par mois, comprenant les collations, ou les repas des soirs et des week-ends, que pour les deux. En plus de cela, s’ajoutent 60 € de repas chaud à la cantine de l’école par mois et par enfant, soit 120 €.

Anna nous confie ne pas être pas sollicitée par ses enfants pour des demandes particulières pendant les courses familiales, puisqu’elle les fait sans eux le plus possible :

C’est rare que je fasse les courses avec les enfants. On fait majoritairement des courses en ligne et quand ce n’est pas possible, je profite de mes jours de télétravail pour faire les courses sur le temps de midi, sans eux.

Je trouve que les supermarchés sont des endroits trop stimulants et même temps trop ennuyeux pour eux (tout est coloré, mais ils ne peuvent rien toucher…). Par contre, pour des petites courses de dépannage, pour racheter du fromage râpé ou du yaourt, je les amène volontiers.

Je ne cède jamais pour des jouets (on a déjà assez de bazar à la maison !) mais par contre, je dis souvent oui pour des aliments qu’ils souhaitent gouter, si ce n’est pas trop la catastrophe diététiquement parlant.

Ça me sort aussi un peu de mes habitudes alimentaires ! Ils savent que les bonbons, c’est non (bien sûr, ils demandent quand même, mais se résignent vite), mais j’accepte souvent des chocolats, charcuterie, des légumes rigolos ou inconnus, des laitages, etc.

Elle privilégie, pour l’alimentation de la famille, les courses en supermarché :

J’ai un peu renoncé au marché, achats en vrac et petits producteurs. Tant que les enfants sont petits et qu’on fait des travaux dans la maison, je n’ai ni le temps ni l’énergie !

Je privilégie absolument la praticité et j’achète quasi tout en supermarché. Parmi leur gamme, je prends généralement la marque de magasin, qui est moins chère, mais en bio ou en qualité un peu meilleure que le premier prix. 

J’essaie autant que possible de consommer belge, ou à défaut européen. Cela transforme certains produits de base en produits de luxe, comme le miel, qui est à 2€ (origine non EU) vs 10€ maintenant pour du miel belge ou français.

Nous avons de bons revenus et le prix n’est donc pas un problème, mais je pense qu’il est important de garder ses dépenses à l’œil et de rester raisonnable. On a donc ajouté une règle : maximum une tartine de miel par petit déjeuner. Le reste, c’est confiture de mamie aux framboises du jardin (de toute façon, elle est ultra bonne cette confiture !) 

Les dépenses du mode de garde de deux enfants de 3 et 5 ans

Ses enfants étant scolarisés, Anna ne paye que la garderie de l’école, qui lui revient à 40 € par mois et par enfant, soit 80 € au total. Anna et son mari font également appel à une baby-sitter une fois par mois, pour 50 € :

On les fait aussi garder à peu près une fois par mois par une baby-sitter, et ça nous coûte à chaque fois une cinquantaine d’euros. On a de la chance d’avoir des grands-parents qui n’habitent pas trop loin et les gardent volontiers, ce qui nous permet d’avoir des sorties sans baby-sitter assez régulièrement aussi.

Pour la scolarité de ses enfants, Anna paye 7,5 € par mois de matériel scolaire pour ses deux enfants, un forfait de 45 € étant demandé pour chaque élève en début d’année pour leur fournir ce qu’il leur faut. Si on ajoute à cela la cantine (120 €) et la garderie, le montant de la scolarité de ses deux enfants lui coûte au total 172,5 € par mois.

À lire aussi : Justine dépense 425,5 € par mois pour sa fille : « On essaie de lui faire comprendre le rôle de la publicité dans ses envies d’acheter »

Transmission de la valeur de l’argent et argent de poche

Anna aimerait réduire un poste budgétaire familial, celui de la livraison de nourriture :

Ce n’est pas pour les enfants, mais souvent, c’est « à cause » d’eux qu’on se fait livrer. Après une journée où ils ont été hyper infernaux, on a envie de manger sans eux le soir (en temps normal, on mange à 4), et souvent, pour ça, on se fait livrer.

Avec les travaux que l’on fait, on est plus souvent crevés et ça arrive plus. Bon, ça, ce n’est pas leur faute évidemment !

Anna raconte quel était le rapport à l’argent dans sa famille, ce qu’on lui a transmis, et son rapport actuel avec son enfant :

Chez moi, on a toujours beaucoup parlé d’argent. Ma maman trouvait essentiel de nous transmettre la façon dont elle gère ses comptes, qu’est-ce que ça coûte un prêt, comment on remplit une fiche d’impôts, etc.

Elle a toujours été assez transparente sur les montants hérités de sa famille, et à combien nous pouvions nous attendre le jour où elle ne serait plus là, et combien elle avait décidé que nous n’hériterions pas, car des œuvres caritatives en avaient plus besoin. Elle reste ma référence quand j’ai une question financière !

Du côté de la famille de son mari, le rapport à l’argent n’est pas le même :

Chez mon mari, la culture familiale est plutôt à la discrétion. Une faillite et des problèmes financiers ont rendu le sujet sensible pour certains membres de la famille, et on tentait plutôt de cacher, par fierté.

Cela a créé beaucoup de problèmes familiaux lors de successions, certains découvraient la situation financière réelle qui avait été cachée pendant des années… et ont accusé les autres d’avoir vidé les comptes avant le décès.

Du coup, la génération suivante essaie d’être plus transparente, mais on voit bien que ce n’est pas dans les habitudes et que ça ne vient pas naturellement.

Anna essaie d’apprendre à ses enfants la valeur des choses et de l’argent, et en parle ouvertement avec eux, et envisage de leur donner de l’argent de poche vers leurs 6 ans :

Je compte bien le faire, je trouve que c’est une éducation essentielle. On n’est pas encore très au clair avec mon mari si ce sera un montant régulier (type 50 cents chaque dimanche) comme mes parents l’ont fait ; ou en fonction de « services rendus ». I

Il y a des coups de main obligatoires, et donc gratuits (débarrasser la table, ranger sa chambre, etc.) mais si on fait plus, comme laver les vitres, tondre la pelouse, alors des petits montants peuvent être octroyés – comme les parents de mon mari faisaient.

Je réfléchis aussi, pour un peu plus tard, à les encourager à revendre les jouets avec lesquels ils ne jouent plus. Moins de bazar dans la maison, des jouets qui servent au lieu de s’empiler. Si les montants ainsi obtenus les motivent, ça me semble tout bénéf ! Je me chargerai évidemment de la mise en ligne et gestion des acheteurs.

Anna a ouvert des comptes bancaires pour ses enfants, mais elle ne place pas d’argent dessus personnellement :

Dès leurs naissances, mes grands-mères (donc leurs arrières grands-mères) ont commencé à leur donner des enveloppes à Noël et leurs anniversaires. C’était une manière de préserver ces montants, de ne pas tout mélanger avec nos propres comptes. Mais nous, on ne verse pas d’argent dessus.

Anna parle parfois d’argent à ses enfants, en choisissant les bons mots :

On ne parle pas spécialement de montants puisqu’ils ne comptent pas encore super bien. Mais on dit souvent « ça, c’est trop cher », ou qu’on va faire plus attention ce mois-ci parce qu’on a eu de gros frais.

J’essaie juste de faire attention dans la manière dont je le dis, qu’ils sachent que même les mois où on est plus juste (par exemple quand on achète une grosse quantité de matériaux pour la maison), on a quand même budgétisé pour les dépenses et qu’il n’y a pas de soucis à se faire.

QOAOC_Anna_Depenses

À la fin du mois, il reste 3456 à la famille, dont le couple se sert pour leurs dépenses personnelles, mais aussi des dons à des organismes et la rénovation de leur maison. Lorsque la totalité des sommes dépensées uniquement pour leurs enfants est additionnée, Anna et son mari dépense 576,5 € mensuellement.

Merci Anna d’avoir répondu à nos questions !

« Quand on aime, on compte » comment participer ?

Si vous avez aussi envie de participer, rien de bien compliqué : envoyez-moi un mail à temoignage[@]madmoizelle.com avec en objet « Quand on aime, on compte » ou utilisez le formulaire ci-dessous et je vous enverrai le questionnaire et la marche à suivre.

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Nous acceptons les candidatures de toute la France et même du monde entier, tant que vous pouvez répondre aux questions qui vous seront posées, et remplir un tout petit tableau Excel (promis, il ne fait pas flipper).

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Quand on aime, on compte

Source : Tetiana Nekrasova de corelens
Quand on aime, on compte

Samantha, mère solo, dépense 630 € par mois pour ses enfants : « J’ai eu un parcours assez chaotique »

7
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
QOAOC_NELLY_UNE_V
Quand on aime, on compte

Nelly dépense 757 € pour ses 2 enfants : « Je réfléchis toujours à bricoler quelque chose plutôt que d’acheter »

1
Source : Ivan - Pexels
Quand on aime, on compte

Virginie dépense 637 € pour ses 3 enfants : «J’assume complètement mon statut de mère au foyer »

9
Source : Getty Images Signature
Quand on aime, on compte

Angélique dépense 1042 € pour ses 2 enfants : « Leur mode de garde ne me coûte rien du tout ! »

5
Source : Pexel
Quand on aime, on compte

Alma dépense 565 € par mois pour son enfant : « C’est du gaspillage d’acheter neufs des vêtements qui vont durer quelques mois »

11
Source : Pexels - Katie E
Quand on aime, on compte

Pauline dépense 2 069 € pour son enfant : « Ça nous met un peu dans le rouge à la fin de chaque mois »

5
Source : Pexels - Karolina Grabowska
Quand on aime, on compte

Lydie dépense 310 € pour ses 4 enfants : « Mes finances sont une réelle angoisse »

1
Créa Vertical (1)
Quand on aime, on compte

Appel à témoignages : participez à notre rubrique Quand on aime, on compte

Source : midjourney
Quand on aime, on compte

Aurore dépense 1038 € par mois pour son enfant : « Je lui achète 10 paires de chaussures par an »

Source : Midjourney
Quand on aime, on compte

Lucia dépense 299 € pour son enfant : « Je souhaiterais arrêter d’acheter de la nourriture industrielle »

1

Pour les meufs qui gèrent