Live now
Live now
Masquer
Source : Pexels / Clayton Webb
Célib

Tinat, 40 ans : « Difficile de trouver un partenaire sexuel régulier »

Chaque semaine dans Célib, des personnes en tout genre nous racontent les joies et les questionnements de leur célibat, qu’il soit choisi ou subi. Aujourd’hui, Tinat aborde la façon dont elle est passée d’un célibat subi a choisi, et comment elle gère la recherche de partenaires sexuels réguliers sans passer par la case « plan cul ».
  • Prénom : Tinat*
  • Âge : 40 ans
  • Célibataire depuis : février 2019
  • Orientation romantique et sexuelle : hétérosexuelle
  • Lieu de vie : une ville de banlieue verdoyante en Île-de-France

Depuis quand êtes-vous célibataire ? 

Je dirais que j’ai toujours été célibataire. Cela a été interrompu par une période de 5 ans en couple monogame et 3 ans en couple non monogame.

Comment décririez-vous votre rapport au célibat ? 

Au cours de ma vingtaine, je vivais le célibat comme une expérience subie. De 20 à 25 ans, j’ai vécu l’expérience du couple monogame. À la trentaine, j’ai vécu mon célibat comme un état choisi, même si j’ai eu quelques moments de doute. 

Maintenant que j’ai 40 ans, j’assume beaucoup plus mon choix. Ma vie de célibataire me convient parfaitement. Par ailleurs, je ne veux pas enfanter, et c’est aussi une décision que j’arrive à assumer de plus en plus facilement, sans avoir besoin de me justifier. 

Votre célibat a-t-il un impact sur votre moral au quotidien ? 

Au quotidien non. En tant que femme cis et n’étant pas sous traitement hormonal, en fonction de mon cycle, je peux plus ou moins avoir des moments de baisse de moral et/ou envie de partager mon quotidien. Ces moments restent très fugaces et j’ai appris à reconnaître le lien avec les phases de mon cycle.

Pensez-vous qu’être célibataire vous permet des choses que vous ne pourriez pas faire en couple ?

Ah oui, carrément. Je peux gérer comme je le souhaite mon indépendance financière, mes choix de carrière et / ou de voyages. Mais aussi ma stabilité émotionnelle, le maintien de l’état de rangement (ou pas) de mon appartement, les choix de mon corps, l’intensité et le rythme des activités que j’effectue.

Celib_Tinat_Citation_Carre

Cherchez-vous activement à trouver une relation amoureuse ? 

Je ne sais pas si on peut appeler ça la recherche d’une relation amoureuse, mais je me suis remise sur OK Cupid depuis l’automne. Pour moi, c’est la plus safe, les gens qui y sont sont souvent intéressants. J’y ai fait une rencontre intéressante depuis novembre 2022, qui se traduit par des relations sexuelles régulières. Il s’agit d’un homme âgé d’un an de plus que moi, très calme et très agréable. Sexuellement, c’est génial. Je ne sais pas encore si cette relation sera amenée à évoluer.

Je suis passée par plusieurs phases par rapport aux rencontres. D’abord, une phase d’exploration au début de ma trentaine : je testais plusieurs applis et j’avais des dates plusieurs fois par semaine. Puis, j’en ai eu marre et j’ai tout arrêté. Là, je m’y remets doucement, avec parcimonie, dans l’idée de rencontrer de belles personnes avec qui partager de bons moments et créer des souvenirs. 

« Je refuse les plans cul car ça pose la question de ma sécurité sexuelle »

Aujourd’hui, trouver un partenaire sexuel régulier est mon principal moteur de présence sur les applis. Mais c’est compliqué à trouver. Je trouve que les gens ne sont pas en accord avec eux-mêmes, et moi j’ai du mal à envisager des relations ponctuelles. Sur les sites de rencontres, les gens écrivent souvent « je veux un plan cul », ou « je veux une relation sérieuse », ou « je veux une relation suivie ». Mais entre ce qu’ils écrivent, ce qu’ils attendent et ce qu’ils recherchent, j’ai toujours l’impression qu’il y a un décalage, en tout cas dans le cadre des relations hétérosexuelles. Les hommes ne font pas ce qu’ils pensent et ils ne font pas ce qu’ils disent, et c’est très perturbant. Là, il se remet à faire beau, alors je reçois des messages de personnes dont je n’avais plus de nouvelles depuis des mois, voire des années, et qui pensent avoir un plan cul avec moi, mais à leur rythme. Il y a par exemple un homme que je connais depuis 7 ans, on a couché ensemble 3 fois. Ça n’a pas de sens pour moi d’avoir ce genre de rythme. 

L’autre contrainte que je me suis imposée, c’est que je refuse les plans cul, car ça pose la question de ma sécurité sexuelle. Même s’il y a port du préservatif pour la pénétration, les rapports de sexe oral sont à risque. Comment le gérer dans le cadre d’une relation non suivie avec des inconnus ? 

Quant à la relation avec la personne que j’ai rencontrée en novembre – qui est pourtant très satisfaisante -, je la vois environ une fois par semaine. C’est un rythme qui me convient bien, même si j’aimerais bien plus. 

Avez-vous un budget dating ? 

Non pas vraiment. Mais j’ai récemment investi dans une petite tenue sexy que je n’aurais pas acheté autrement.

Ressentez-vous une forme d’injonction à être en couple ? 

Non pas vraiment. Ponctuellement, surtout lorsque je veux réserver un voyage ou quand je suis dans une soirée où ce ne sont que des couples qui parlent de leur rencontre et que je n’ai rien à raconter sur le sujet… Mais c’est vraiment très anecdotique. Je pouvais ressentir cette pression à un certain moment, mais maintenant, je suis beaucoup plus sereine sur le sujet.

Quels sont vos projets pour le futur ? 

J’ai des projets de voyage et des projets professionnels. Le seul impact du célibat est que je choisis mes destinations de voyages principalement en cherchant des destinations safe pour femmes seules.

Merci à Tinat* d’avoir répondu à nos questions !

* Le prénom a été modifié.

Participez à notre format Célib !

Envie de nous raconter votre rapport au célibat ? Vous pouvez nous écrire à l’adresse [email protected], et nous vous indiquerons la marche à suivre.
On a hâte de vous lire !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

4
Avatar de alice-louve
25 avril 2023 à 12h04
alice-louve
Contenu caché du spoiler.
6
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Célib

Source : Midjourney
Célib

Lili, 19 ans et célibataire depuis 2 ans : « Je suis en quête d’une vie libre et décomplexée »

17
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Midjourney
Célib

Sophie, 29 ans, solo depuis 3 ans et demi : « Le célibat a eu un impact plus que positif sur ma vie sexuelle »

"Se connaitre queer hors de la jeunesse et de la conso, des fêtes, est encore compliqué. Ça me manque pour penser à l’identité et l’amour sur le long terme", témoigne Alex, lesbienne célibataire de 39 ans, auprès de Madmoizelle // Source : Midjourney
Célib

« Je suis sortie avec des filles de façon fusionnelle, avant d’exploser et recommencer » : Alex, lesbienne célibataire de 39 ans

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d'Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans // Source : Midjourney
Célib

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d’Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans

2
Prune, 31 ans : « J'ai toujours sécurisé mon prochain crush avant de rompre » // Source : Midjourney
Célib

« J’ai toujours sécurisé mon prochain crush avant de rompre » : Prune, célibataire de 31 ans

Source : Midjourney
Célib

Mélissa, 25 ans, célib depuis 2 ans : « Être en couple n’empêche pas forcément de finir sa vie seule »

Source : URL
Célib

Patricia, 38 ans : « Je me considère comme une célibataire radicale »

2
Source : Midjourney
Célib

Margaux, 24 ans, célibataire depuis 5 ans : « À un moment, je cherchais et je voyais l’amour partout »

11
Source : Midjourney
Amours

Sophie, 39 ans : « J’essaye de soigner ma dépendance affective » 

Source : Unsplash / Daniel Lezuch
Célib

Chloé, 25 ans : « Pour les dates, je me dis toujours ‘au pire, je découvre un bar ou un resto sympa’ »

La vie s'écrit au féminin