Live now
Live now
Masquer
sexisme-ecole-reponse-mere
Société

Après être tombée sur un exercice sexiste donné à sa fille, une mère décide de le réécrire

Quand une mère tombe sur un exercice sexiste donné à sa fille, elle décide de ne pas se laisser faire… Et de le réécrire !

Comme beaucoup de parents, Lynne Polvino aide sa fille Hazel, 6 ans, à faire ses devoirs.

Mais le 23 mai dernier, cette mère est tombée sur un exercice assez dérangeant. On demandait aux enfants de compléter un texte avec les mots manquant. Le problème, c’est que l’histoire comportait des clichés sexistes.

Elle raconte la vie d’une petite fille nommée Lisa, qui est triste parce que sa mère retourne au travail, ce qui engendre plein de problèmes en conséquence à la maison…

Par exemple, à cause de cette situation, le papa doit cuisiner. Sauf que bien évidemment, il n’est pas doué à ça.

Mmmmmoui

Agacée par un exercice sexiste donné à sa fille, un mère réagit

Agacée par cet exercice, Lynne Polvino a décidé de le publier sur Facebook…. Mais elle ne s’est pas arrêtée là, car elle a également proposé une version réécrite de l’énoncée, de manière non-sexiste !

Dans la version originale, on peut par exemple lire :

« Ce matin était horrible. Lisa devait arriver à l’école à l’heure. Son père devait arriver au travail à l’heure. Maintenant, sa mère était aussi dans le rush.

Le père de Lisa a fait le petit-déjeuner, mais il n’était pas vraiment bon. Il a demandé à Lisa de faire la vaisselle. Elle n’a pas vraiment aimé non plus. »

Donc si on comprend bien, quand la maman travaille, ça ne se passe plus bien du tout à la maison. Sympa. Heureusement, l’histoire se finit bien car elle revient plus tôt de son emploi pour passer la soirée avec sa fille. Quelle est cette morale ?!

À lire aussi : Comment le sexisme fait du mal aux enfants

La réponse d’une mère à un exercice sexiste donné à sa fille

La version corrigée par Lynne Polvino présente un tout autre message :

« La matinée s’est très bien passée. Lisa devait arriver à l’école à l’heure. Sa mère devait arriver au travail à l’heure. Son père est en congé paternité pour s’occuper du petit frère de Lisa et contribuer à l’égalité de la répartition des tâches ménagères.

Personne n’était dans le rush parce que le papa avait tout sous contrôle. (…)

Il a fait laver la vaisselle par Lisa, car tous les êtres humains devraient apprendre à nettoyer leurs affaires et celles des autres. (…)

Le soir, sur le chemin du retour à la maison, elle a pensé : « Je me demande si je deviendrai ingénieure comme maman quand je grandirai, ou prof ou quelque chose d’autre encore. Je peux faire tout ce que je veux ! (…)

Lisa était contente de grandir dans une société libérée de sexisme et de misogynie. »

Et bam, dans les dents !

Les représentations stéréotypées ont un impact

Interrogée par Pride qui relaie l’histoire, la mère à l’origine de ce post Facebook explique son mécontentement :

« À notre époque, continuons-nous à dire aux enfants que les femmes qui travaillent en dehors de la maison rendent leur famille malheureuse ?

Et que les pères ne font habituellement pas des tâches telles que la cuisine ou la vaisselle ? »

Car on ne le dira jamais assez mais les représentations stéréotypées ont un impact sur les enfants et sur la société en général.

Dans un article de Justine publié en juillet 2016, on pouvait lire :

« Psychologiquement, la menace du stéréotype est dangereuse : l’une de ses conséquences peut être le désinvestissement des personnes stigmatisées dans certains domaines. 

Pour les chercheur•ses, cela peut expliquer en partie pourquoi les filles se tournent moins vers les filières scientifiques, ou pourquoi certains groupes sociaux subissent des échecs académiques importants. »

L’important est donc de toujours faire attention à présenter des schémas différents et non de répéter encore et encore des stéréotypes !

À lire aussi : Une enseignante donne ses astuces pour lutter contre les stéréotypes sexistes à l’école


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

9
Avatar de Olimeli
3 juin 2017 à 20h06
Olimeli
je me souviens d un exercice de compta au lycée (sur une histoire de cadeaux a offrir aux clients) ou pour la fete des mères il y avait des aspirateurs et pour la fete des pères il y avait un coffret degustation... ma prof etait tellement outrée qu elle avait changé les intitulés en nous expliquant que c etait ultra sexiste
4
Voir les 9 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Robin JARRY
Sport

3 conseils pour mieux gérer sa pratique sportive quand on a ses règles

1
Source : SHVETS production de Pexels
Société

Une enquête du Parisien révèle des violences sexuelles à l’Institut national de jeunes sourds de Paris

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences sexuelles à l’Hôpital : Roselyne Bachelot, émue, confie son expérience dans C à vous

police pixabay
Société

À Metz, un policier qui frappait son ex-femme et ses enfants a été relaxé par la Cour d’Appel

7
Source : Capture d'écran du compte X de Paris 2024
Société

JO 2024 : accusé de harcèlement, Baptiste Moirot ne portera finalement pas la flamme olympique

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

15
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Actualités mondiales

La Suède adopte une loi qui autorise les transitions de genre à partir de 16 ans

football // Source : Unsplash / Emilio Garcia
Actualités

PSG-Barça : Les supportrices parisiennes agressées sexuellement lors des fouilles ?

Source : Canva
Société

En Seine-Saint-Denis, 51 femmes enceintes dorment à la rue

La société s'écrit au féminin