Live now
Live now
Masquer
queens-critique-film-2019
Revues de films

Queens, le film sur le strip-tease qui m’a donné envie de twerker

Si tu ne dois faire qu’une seule chose le 16 octobre, c’est de foncer voir Queens, le film survolté sur des strip-teaseuses qui arnaquent leurs riches clients, avec Jennnifer Lopez et Constance Wu.

En partenariat avec Metropolitan Film Export (notre Manifeste)

— Publié le 10 octobre 2019

Si j’ai Jennifer Lopez dans les oreilles depuis que j’ai la taille d’un tabouret, je ne l’ai vue au cinéma qu’assez tardivement.

C’est dans Coup de foudre à Manhattan, de Wayne Wang, que j’ai pu admirer ses talents d’actrice pour la première fois, alors qu’elle avait une carrière déjà bien entamée.

Depuis, je n’ai que timidement exploré sa filmographie, mais je compte bien m’y mettre sérieusement puisqu’elle m’a rendue complètement accro dans le nouveau long-métrage de Lorene Scafaria : Queens.

Queens, de quoi ça parle ?

QUEENS - Bande annonce VOST

Destiny (Constance Wu) fait souvent passer les autres avant elle-même, surtout sa grand-mère avec laquelle elle vit, et qu’elle compte bien choyer.

Pour joindre le deux bouts, elle intègre un club de strip-tease dans lequel la compétition est rude. En effet, les danseuses sont toutes talentueuses et à l’aise sur scène… Surtout Ramona, la star du lieu.

Ramona se déhanche comme personne, lance des regards sulfureux à tout va et récolte des quantités astronomiques de billets dès qu’elle monte sur scène.

Destiny la regarde danser avec admiration et lui demande de l’aider à lui apprendre quelques moves.

Entre les deux femmes, c’est le début d’une amitié fusionnelle et d’une carrière prolifique.

Leurs clients sont riches et leur permettent de mener une vie faste… Jusqu’au krach boursier de Wall Street qui met tout le monde sur la paille.

Destiny et Ramona, accompagnées d’autres strip-teaseuses, ont alors l’idée d’arnaquer leurs anciens et nouveaux clients, pour retrouver le luxe d’antan.

Queens, un film sulfureux et badass

queens-critique-2

La première partie du film est UN VRAI DÉLIRE.

À tour de rôles, les danseuses montent sur scène, enchaînent les chorégraphies ultra-compliquées, hurlent de rire dans les loges, boivent du champagne, twerkent sur Usher (oui tu as bien lu).

Tout n’est que paillettes et booty shakes. Crois-moi douce lectrice, j’avais moi aussi envie d’intégrer la bande souple et survoltée de Ramona. La moindre action de cette dernière confirme son statut de queen du club.

Même sa manière de fourrer ses dollars dans ses cuissardes la rend ultra badass.

La seconde partie du film verse l’intrigue dans le drame, et analyse ses personnages avec plus de profondeur. Exit le côté glorieux et incandescent des premières minutes, et bonjour à l’âpreté de la réalité.

Queens est un film vraiment intéressant dans sa manière de faire progresser son récit sans jamais revenir en arrière.

J’en ai aimé chaque minute, d’autant plus parce que chacune des actrices est FORMIDABLE.

Queens, un casting idéal

queens-critique

À l’annonce du casting de Hustlers, de son titre original, il y a quelques mois, j’ai froncé les sourcils et relu les noms à plusieurs reprises.

En même temps : Jennifer Lopez, Constance WuLili Reinhart, Julia Stiles, Cardi B, et Lizzo sur une même affiche, ça a de quoi intriguer !

Franchement, cette bande de meufs envoie une énergie qu’il est difficile de ne pas envier.

J’ai surtout été bluffée par le duo Jennifer Lopez/Constance Wu qui s’harmonise à merveille. Les deux semblent avoir joué ensemble toute leur vie tant elles sont complices et naturelles.

Le casting de Queens est définitivement l’un des gros atouts du film, et celui qui devrait d’ailleurs achever de te convaincre de courir jusqu’au cinéma le plus proche, le 16 octobre prochain.

À lire aussi : Découvre la bande-annonce de Birds of Prey, le film sur Harley Quinn

Les Commentaires
6

Avatar de Nastasja
16 octobre 2019 à 13h14
Nastasja
@Nastja ha non pas du tout! justement j'ai beaucoup aimé le fait que le personnage principal, une femme, pauvre, ancienne toxicomane (il me semble), sex-worker, soit aussi badass et courageuse (dans la scène à laquelle je fais référence en spoiler par exemple). et j'ai toujours trouvé que la critique avait été injuste avec ce film. il a ses défauts, ok. mais il a le mérite d'avoir des personnages, qui au final sont plutôt réalistes et nuancés, surtout à une époque où on faisait encore beaucoup dans le stéréotype (coucou les teen movies avec lea méchant-e de l'histoire toujours beau / belle et populaire et le héros / héroïne est forcément une personne ordinaire mais elle vaut mieux, elle, car elle n'est pas superficielle )
je veux dire, contre un "Show Girls" et son héroïne qu'il ne faut pas chercher, on a combien de personnages de maheureuses prostituées ou strippers assassinées froidement dans des séries policières, qui ne sont même pas faites pour que le public compatisse (ces personnages sont traités comme des Kleenex: peu de valeur, pas de personnalité, interchangeables, jetables), mais qui se concentrent sur la personnalité du tueur et / ou du flic (des mecs blancs hétéro généralement).

et quand je vois le succès de certaines bouses misogynes genre 50 Shades, alors qu'elles sont super rétrogrades et malsaines, j'te jure, ça m'énerve encore plus.

edit: je me suis relue et j'ai compris ce qui pouvait être mal interprété, j'ai changé la formulation
3
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Revues de films

ti west 7
Cinéma

Désir et âgisme : le film d’horreur X est aussi terrifiant que sensible

Maya Boukella

02 nov 2022

3
sexo
Sponsorisé

Enflammez les fêtes de fin d’année avec ce calendrier de l’Avent érotique

Humanoid Native
promising young woman
Pop culture

Promising Young Woman n’est pas un film féministe, c’est tout le contraire

Maya Boukella

24 oct 2022

17
everything leonine
Revues de films

Une mère chinoise met Marvel KO : foncez voir Everything Everywhere All at Once au cinéma

Maya Boukella

31 août 2022

1
I’m your man film
Cinéma

L’homme idéal est-il un robot ? On décrypte le film I’m your man

Maya Boukella

21 juin 2022

Sweat 3
Revues de films

SWEAT : une occasion manquée de parler de l’envers du décor de l’influence

Maya Boukella

15 juin 2022

1
MEN ALEX GARLAND
Cinéma

La masculinité toxique fait toute la terreur de MEN, nouveau film d’horreur d’Alex Garland

Maya Boukella

08 juin 2022

Affiche du documentaire Nous d'Alice Diop
Cinéma

Pourquoi Nous, le documentaire d’Alice Diop s’avère essentiel avant la présidentielle ?

Anthony Vincent

19 fév 2022

critique-licorice-pizza
Revues de films

Évadez-vous de cet hiver glacial avec Licorice Pizza, son acné, ses crop tops et sa romance adolescente

Kalindi Ramphul

06 jan 2022

matrix-4-critique
Revues de films

Matrix Resurrections : branlette intellectuelle ou génie méta ?

Kalindi Ramphul

22 déc 2021

4
une-femme-du-monde-critique-film
Revues de films

Naturaliste, nuancé, puissant : Une femme du monde parle de prostitution sans glamour ni misérabilisme

Kalindi Ramphul

10 déc 2021

La pop culture s'écrit au féminin