Live now
Live now
Masquer
pub-wish-facebook-pourquoi
Culture Web

Pourquoi les pubs Wish envahissent tes réseaux

D’étranges pubs pour cagoules pour chats et repulpeurs de lèvres s’incrustent régulièrement dans ton feed Facebook ou Insta ? Voici pourquoi Wish te harcèle.

À chaque fois que je checke mon Facebook ou que je perds mon temps sur Insta, un sombre site de shopping me colle au feed.

Wish, le spécialiste des objets WTF, semble convaincu qu’il me faut un string autocollant et une laisse pour hamster, alors que je n’ai pas de hamster et que je ne porte pas de sous-vêtements.

Alors POURQUOI est-il si présent ?

Comment fonctionne Wish

MEL Magazine a voulu percer le mystère de ce ciblage commercial peu ciblé.

Les objets vendus sur Wish sont tellement loin de mes besoins (et de ceux de l’ensemble de l’humanité) qu’un compte Twitter a même été créé pour recenser les produits les plus dingues du site.

Pour une plateforme d’e-commerce qui s’incruste sans vergogne sur mes réseaux, Wish donne très peu d’informations publiques sur la nature de son business.

Ce que l’on sait, c’est que le site a été créé en 2011 par un homme d’affaires canadien répondant au doux nom de Piotr Szulczewski et qu’il devait à l’origine permettre de créer des wishlists et de donner aux vendeurs des précisions sur ce dont on a besoin.

Le but était de fournir aux marchands un maximum d’informations sur les désirs de leurs futurs clients, pour que les produits auxquels ils aspirent leur soient directement proposés, sans qu’ils aient à les rechercher.

L’entreprise est basée dans la Silicon Valley, mais la plupart de ses réseaux de distribution sont situés en Chine et elle touche un pourcentage sur les ventes.

Wish fonctionne un peu comme Amazon dans le sens où il utilise les réseaux sociaux pour cibler les consommateurs à l’aide d’algorithmes.

Mais alors pourquoi me propose-t-il sans arrêt des produits qui n’ont RIEN à voir avec mon historique de navigation ? 

Pourquoi Wish envahit ton Facebook

La réponse à ce mystère se situe probablement dans le nouvel algorithme publicitaire de Facebook, mis en place en 2015.

Avant ce changement, toute entreprise qui souhaitait annoncer sur le réseau social devait choisir manuellement une image accompagnant la publicité, et fournir des infos sur les personnes à cibler.

Mais en 2015, Facebook a lancé

un système de « pubs dynamiques » censé faciliter la tâche des annonceurs. 

Mais comme le souligne cet article de The Atlantic, si ce système est efficace pour les compagnies aériennes ou hôtelières qui ont un nombre limité de places et de chambres à vendre, il n’en est pas de même pour Wish.

Le site propose une manne toujours grandissante de plus de 170 millions de produits différents.

Et parce que ces produits sont mis en ligne avec peu ou pas du tout de description et de mots-clés, l’algorithme peut s’en retrouver confus…

Des pubs Wish pour vendre un max

Les marchands, qui visent un nombre de ventes maximales, peuvent profiter de cette faille en utilisant des catégories ultra-génériques et simples dans leurs publicités.

Ce qui fait qu’une recherche pour des leggings pas chers mènera Facebook à te proposer la version Wish qui inclut un gode intégré (elle existe).

Pour le fondateur Piotr Szulczewski, une autre raison pourrait expliquer que les étranges pubs Wish persistent à popper dans ton feed : parce que TU CLIQUES DESSUS.

En 2017, il en riait lui-même dans les colonnes de Daily Beast :

« Les gens cliquent sur ces pubs parce que les produits sont WTF. Personne ne va vraiment les acheter. »

Eh oui, l’humain est curieux, et il faut dire qu’il est parfois difficile de résister à l’envie de savoir à quoi servent ces inventions incongrues.

En attendant, ces clics de curiosité font les affaires de Wish, tant que Facebook les interprète comme un signe que le consommateur souhaite plus de produits de ce genre !

J’avoue, j’ai moi-même cliqué à maintes reprises, mais c’était pour en apprendre naïvement plus sur les cagoules liftantes et les masques BDSM pour chats…

Et toi, est-ce que tu es parfois tentée de cliquer sur les pubs de Wish ? 

À lire aussi : Les produits « minceur », en vogue sur Insta, dans le viseur de la loi


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

1
Avatar de Vie2Scorpion38
28 janvier 2020 à 12h01
Vie2Scorpion38
Mon mari et moi on en rigole car nous n'avons pas du tout les mêmes articles proposés. Par contre, sur lui ça a marché car il a installé l'appli et déjà commandé plusieurs objets... mais des trucs normaux
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Culture Web

Source : Capture écran Instagram
Culture Web

« Abrège frère » : des Tiktokeuses dénoncent cette tendance aux relents misogynes

12
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Humanoid Native
Copie de [Image de une] Horizontale (3)
Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

So baby girl
Culture

C’est quoi un mec « so baby girl » ? On vous explique pourquoi Jacob Elordi a attendri tout Internet

6
Copie de [Image de une] Verticale (1)
Culture

De la fiction Young Adult en bande dessinée : c’est le pari du nouveau label Combo

Photographie de Michelle Perrot, historienne, militante féministe et autrice de "Le Temps des féminismes". // Source : © JF ROBERT
Féminisme

Quand la grande historienne Michelle Perrot raconte comment elle est devenue féministe

Lea-Elui
Culture Web

Google n’est plus le site le plus consulté au monde. C’est… TikTok !

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-11-27T151311.742
Culture

La ministre de la Culture veut que l’Arcom régule Frenchie Shore, mais c’est impossible

Pépites_films_Noël_VPN // Source : olga-korolenko-jeR1c6Ok9zI-unsplash
Cinéma

En manque de films de Noël ? Voici trois pépites que vous n’avez probablement jamais vues !

poupee-peur-halloween
Parentalité

Voici la preuve que les enfants sont les êtres les plus flippants

8
Copie de [Image de une] Horizontale (49)
Culture

« Je viens de la classe ouvrière » confie Victoria Beckham (qui allait en Rolls-Royce au collège)

9

La pop culture s'écrit au féminin