Live now
Live now
Masquer
bébé-bras
Parentalité

« Je ne veux rien oublier » : pourquoi il faut retenir même les pires moments de la maternité

L’autrice et militante féministe Illana Weizman a partagé sur son compte Instagram un post particulièrement touchant et vrai, pour parler de l’importance de se rappeler aussi des mauvais souvenirs dans la maternité.

Article publié initialement le 18 mai 2021

C’est fou, cette faculté que peuvent avoir les parents à oublier. Je ne parle pas de l’oubli de son enfant à la crèche, ou de l’oubli de prendre un rendez-vous pour le rappel des vaccins chez le pédiatre, mais bien de l’oubli des pires moments que peuvent traverser les parents, et surtout les mères, après la naissance de leur enfant.

Illana Weizman, autrice du livre Ceci est notre post-partummilitante féministe et sociologue, ne veut pas oublier.

Dans un post Instagram très touchant, elle écrit une lettre à son fils de trois ans, pour lui raconter ce qu’elle ressent en faisant défiler les photos de son enfant depuis la naissance, et, en seulement quelques phrases, décrit toute l’ambivalence de la maternité.

L’amnésie sélective décrite par Illana Weizman

Dans son texte, l’autrice se rappelle les premières fois de son fils, que tous les parents ont pu connaître : les premiers mots, les premiers pas, les premières purées, les premiers sourires, les premiers rires, les premiers anniversaires, les premières découvertes.

D’abord émue et nostalgique, elle est également rapidement frappée par tout ce qu’elle a pu oublier, maintenant que le temps a passé. Les peurs, les doutes, la frustration, les pleurs, les nuits hachées, tout ce qui entourait cette période du début de la vie de son fils.

Comme elle le dit très justement, elle se sent frappée par « l’amnésie sélective », mais aussi par sa « maternité complexe et ambivalente ». Plus elle regarde les photos, plus elle se souvient qu’il n’y avait pas que des bons moments, pas que des instants doux et pleins de plénitude.

Nous oublions, peu à peu, les pires moments. Nous oublions le post-partum, nous oublions les angoisses, nous oublions les peurs.

Et tout cela, Illana Weizman ne veut pas l’oublier, même si notre cerveau et notre corps peuvent nous y pousser. Elle veut se souvenir, par « respect pour elle, pour son fils et pour les mères ». Se souvenir de toutes les étapes, de tous ces moments bons, comme mauvais, qui constituent l’histoire entière avec notre enfant.

À lire aussi : Accoucher va-t-il vraiment ruiner ma vie sexuelle ? 6 femmes témoignent

Crédit photo image de une : Pexels

Les Commentaires
7

Avatar de Mystra
21 septembre 2021 à 17h23
Mystra
Elle est très belle cette lettre, c'est un beau message <3
Ma petite a bientôt quinze mois, j'ai fait une dépression post-partum de la reprise de mon travail à ses quatre mois jusqu'à ses onze mois environ - j'espère en être réellement sortie, on verra avec le temps ; et je suis également d'avis qu'il faut se souvenir de tout ça, ne pas enjoliver, ça fait partie de la difficile beauté de devenir maman (dans mon cas) et si jamais il y a un deuxième un jour, hors de question de repartir de zéro comme si tout était facile, je veux pouvoir me souvenir de toutes les difficultés pour les affronter au mieux.
1
Voir les 7 commentaires

Plus de contenus Parentalité

Pop culture
Jennifer Lopez introduit un duo avec son enfant en employant des pronoms neutres

Jennifer Lopez désigne son enfant par les pronoms neutres « they/them » pour l’inviter à chanter sur scène

Anthony Vincent

20 juin 2022

5
Mode
Sponsorisé

Roxy et Stella Jean s’associent pour une collection qui sent bon l’été

Humanoid Native
Parentalité
enfant-reponse-question

Voici une liste de questions à poser à votre enfant pour qu’il raconte sa journée d’école

Manon Portanier

12 juin 2022

8
Grossesse
don-de-sperme-explications

J’ai testé pour vous : donner son sperme

Jean-Noël Baschung

03 juin 2022

Parentalité
mere-fatigue-enfant

Voici ce qu’on veut vraiment pour la fête des mères

Manon Portanier

28 mai 2022

1
Parentalité
anastasiia-chepinska-B7JVo5y3gL8-unsplash

Être séropositive n’empêche pas d’avoir un bébé et de mener une grossesse sans risque de transmission

Daronne
allaitement-lieu-public

Le regard des hommes sur nos seins qui allaitent

Parentalité
marieclaire_workin_moms

Besoin de partager votre expérience de mère ? Voici 5 cercles de parole et d’écriture féministes

Camille Abbey

21 mai 2022

Parentalité
allaitement-paternel

L’allaitement paternel, une possibilité inexplorée ?

Parentalité
Capture d’écran 2022-05-19 à 15.48.52

Besoin de rigoler ? Cette illustratrice raconte son quotidien un peu fou avec des jumeaux

Camille Abbey

19 mai 2022

Pour les meufs qui gèrent

1 2 3 4 5 6 7 8 9
10 20 30