Live now
Live now
Masquer
picsea–d6sy-eKQ8s-unsplash
Daronne

On dit tous « c’est pas grave » quand un enfant tombe, mais est-ce la bonne réaction ?

« C’est pas grave », « Ça va, t’as pas mal », voici ce qu’on dit et entend à peu près à chaque fois quand un enfant tombe… Mais est-ce ce qu’il faut dire ?

Vous avez déjà remarqué que quand un enfant tombe, on se précipite vers lui dans un premier temps et on dit tout de suite : « C’est pas grave ! » Je ne m’en étais pas rendu compte avant d’avoir des enfants, et qu’on me le fasse remarquer.

Mes jumeaux de 16 mois passent leur temps à se péter la gueule, et je passe mon temps à dire : « C’est pas grave, tout va bien ». Comme une réaction instinctive, puis après, je vais regarder si c’est vrai ou si j’ai été une grosse menteuse.

Mais pourquoi fait-on ça ? Et est-ce une bonne idée ?

jordan-whitt-KQCXf_zvdaU-unsplash
(© Unsplash/Jordan Whitt)

Pourquoi on réagit de cette manière ?

On a tout de suite l’envie de minimiser, peut-être se croit-on pourvues d’un pouvoir magique avec une parole performative ! Si je dis que c’est pas grave, ça ne sera pas grave…

Ou peut-être est-ce aussi une réaction naturelle ou instinctive. Ou encore on imite ce que l’on a déjà entendu. Nos parents ne disaient-ils pas déjà à l’époque « C’est pas grave » aussi ?

Pour Héloïse Junier, docteure en psychologie du développement de l’université de Paris, qui a publié Pour ou contre ?, Les grands débats de la petite enfance à la lumière des connaissances scientifiques :

« À la base, il s’agit d’une volonté naturelle et spontanée du parent de vouloir rassurer son enfant.

On a peur que l’enfant se mette à pleurer ou à crier. On redoute sans doute cet élan émotionnel de la part de l’enfant, comme si on arriverait pas à le gérer s’il explosait. On se dit alors que si on arrive à le rassurer, la sensation de douleur qu’il peut ressentir sera peut-être moins vive »

Pour Marie Chetrit, docteure en sciences, qui vient de publier Éducation positive : une question d’équilibre ? Démêler le vrai du faux de la parentalité bienveillante :

« Peut-être aussi qu’en tant que parent, on aime pas que notre enfant pleure car on associe ces pleurs à une manifestation de malheur, de tristesse, de quelque chose qui n’irait pas dans sa vie.

On se sent responsable de son bonheur en tant que parent. On a tendance à vouloir chasser la tristesse. »

On fait donc à la fois ça pour se rassurer mais aussi pour rassurer l’enfant.

C’est une réaction saine et utile

Bien sûr cela dépend de la gravité de la chute ou du bobo. Caroline Goldman, psychologue pour enfants et adolescents, docteur en psychopathologie clinique, auteure de File dans ta chambre ! Offrez des limites éducatives à vos enfants, nous l’indique :

« S’il a mal, on le câline et on met en mots ce qu’il éprouve : “tu as mal mon chaton ! Et tu as dû avoir un petit peu peur !“ puis on parle des perspectives sympas à venir.

Et si c’est une chute sans douleur, on fait un grand sourire et on embraye sur la suite pour ne pas l’inquiéter et faire émerger une plainte inutile : “waou ! Quelle championne ! Et hop, on retourne faire du galop ! À nous la cavalcade !“ »

Notre réaction rassurante, à base de « C’est pas grave » ou « Tout ira bien » permet à l’enfant de savoir lui-même comment réagir. Héloïse Junier nous l’indique :

« Il est classique que les plus jeunes enfants, quand ils tombent, regardent le parent dans les yeux avant de se mettre à pleurer.

Cette conduite peut être mal interprétée. Certains parents peuvent penser, à tort, que leur enfant “joue la comédie“ ou qu’il “fait exprès“ et que “en réalité, il n’a pas vraiment mal“. »

oleksandr-koval-eo6V_BA0s5w-unsplash
(© Unsplash/Oleksandr Koval)

L’enfant ne cherche pas à attirer l’attention (et casser les pieds de ses parents) mais juste à savoir s’il y a de quoi s’inquiéter, et ainsi comprendre comment réagir.

« Il y a fort à parier que si le parent affiche une expression faciale de peur, l’enfant risque de se mettre à pleurer.

À l’inverse, si le parent affiche une expression faciale détendue, l’enfant va probablement passer à autre chose ! »

L’enfant appréhende l’acte suivant la réaction du parent. Héloïse Junier nous l’explique, le parent est le référent social de l’enfant :

« Cette conduite, bien étudiée en psychologie du développement, s’appelle le mécanisme de “référenciation sociale“.

Depuis son plus jeune âge, l’adulte joue le rôle de référent social de l’enfant. Dès qu’il y a un danger dans son environnement, dès qu’il sent quelque chose d’inhabituel, il est programmé pour se référer à l’expression faciale de son interlocuteur pour évaluer la dangerosité ou non de l’environnement ou de ce qu’il vit. 

Les adultes entre eux fonctionnent de la même manière ! Par exemple, si un grand bruit retentit dans le train dans lequel vous voyagez, il y a de grandes chances pour que votre premier réflexe soit de dévisager le passager qui est assis en face de vous ! »

Pour Marie Chetrit également, ce n’est évidemment pas pareil s’il tombe du haut d’un toboggan ou de sa hauteur. En effet, il faut adapter son comportement à la circonstance :

« Bien sûr il ne s’agit pas de nier le ressenti de l’enfant et de lui faire croire que rien n’est grave et qu’il faut prendre sur soi, ce n’est pas ça la bonne attitude.

Selon les circonstances, on peut encourager l’enfant à poursuivre son activité ou son jeu. On ne peut pas tout mettre au même niveau de gravité. Il faut aussi accueillir ses émotions, rassurer, écouter, consoler. C’est un équilibre à trouver. »

Plus que les paroles, c’est aussi l’attitude rassurante qu’on l’on va avoir qui va aider l’enfant à affronter l’événement.

Les parents colorent les émotions de l’enfant

Caroline Goldman nous le dit, c’est plus la charge affective que l’on met dans l’événement que le discours qui aura un impact sur l’enfant :

« Vous interrogez la notion passionnante de “présentation de l’objet“ théorisée par Winnicott, grand psychanalyste d’enfant.

Cette notion décrit la puissance des parents à colorer émotionnellement les évènements qu’ils présentent à leur enfant. C’est en effet cette charge affective, circulant dans ce contexte précis, que l’enfant retiendra ; bien plus que l’information verbale et rationnelle qui lui sera offerte. »

Elle donne une exemple concret pou illustrer cela :

« Si une mère accueille la chute de son enfant en criant, avec des tremblements dans la voix et en prévenant : “holala mon chéri ! Mais tu n’as pas fait attention ! Mais tu t’es blessé ? J’espère qu’on ne va pas être obligés d’aller aux urgences !“ puis lui répète ensuite plusieurs fois que “ça n’est pas grave“…

L’enfant ne retiendra que les pleurs maternels et l’idée qu’il faut se défendre d’une certaine gravité, à laquelle il n’aurait probablement pas pensé tout seul.

Rappelons ici que l’enfant est, au départ, vierge de toute association entre faits et émotions. Si cette mère avait annoncé sur le même ton à son enfant que ses lacets sont bleus et pas verts, il est à parier qu’il aurait pleuré tout autant. »

La façon de réagir des adultes est donc très importante pour colorer l’émotion de l’enfant. Et instinctivement, le parent, dans un premier temps, est rassurant. Donc tout va bien !

Dans un second temps, il convient aussi de partager avec lui ses émotions car la peur peut-être très présente.

Comment réagir dans un second temps ?

Pour nos trois spécialistes, la première réaction qui consiste à rassurer, en disant que ce n’est pas grave est donc normale, et saine.

On peut dans un second temps lui dire que l’on a compris qu’il pouvait avoir eu peur et mettre des mots sur les émotions.

« On oublie trop souvent que lorsqu’un enfant tombe, il peut aussi ressentir de la peur, et pas seulement de la douleur. 

Imaginez-vous tomber, en tant qu’adulte, sur le sol. Même si vous ne vous êtes pas fait mal, vous avez sans doute eu drôlement peur !»

Bien sûr, il est important de lui demander s’il a mal ou non mais il ne faut pas se limiter à cela, l’émotion de peur peut être importante. Héloïse Junier poursuit :

« Il ne faut pas obligatoirement se limiter aux dommages corporels et au fameux “Ça saigne“ versus “ça ne saigne pas“. L’émotion de peur est probablement présente.

Idéalement on pourrait lui dire, sur un ton de voix rassurant : “Je ne sais pas si tu t’es fait mal mais tu as sans doute eu peur !“ »

Pour résumer : la première réaction qui consiste à rassurer l’enfant est saine car elle indique à l’enfant comment réagir. Les mots sont importants mais le comportement générale aussi, car l’enfant s’y fiera également.

Bien évidemment, on s’adapte à la situation, on ne réagira pas de la même manière si l’enfant a seulement eu peur ou s’il s’est fait vraiment mal. Et dans tous les cas, l’idée n’est pas de minimiser à tout prix ce qu’il s’est passé.

Dans un second temps, qui peut intervenir très rapidement, l’idée est de rassurer, cajoler et d’inciter l’enfant à partager ses émotions.

Dans tous les cas, pas de pression, on réagit aussi comme on peut. En effet, en tant que parents, on peut aussi avoir très peur et du mal à le cacher.

On ne peut pas mettre ses enfants dans des grosses boîtes remplies de coton (et c’est bien dommage), donc leur enfance va être parsemée de chutes et de bleus. Alors autant avoir une petite idée de comment réagir !

À lire aussi : Faut-il punir les enfants ? On s’attaque au sujet du siècle dans Débats de parc

Image en une : © Picsea/Unsplash

Les Commentaires
11

Avatar de hellopapimequepasa
19 avril 2022 à 05h57
hellopapimequepasa
@Xiarik je suis tellement choqué!ça fait si mal les poussé dentaire..je suis surprise vennant d'un pays full hygiéniste comme le japon
0
Voir les 11 commentaires

Plus de contenus Daronne

Parentalité
mere-fatigue-enfant

Voici ce qu’on veut vraiment pour la fête des mères

Manon Portanier

28 mai 2022

1
Lifestyle
Sponsorisé

Deux femmes se confient sur leur réorientation professionnelle

Humanoid Native
Parentalité
anastasiia-chepinska-B7JVo5y3gL8-unsplash

Être séropositive n’empêche pas d’avoir un bébé et de mener une grossesse sans risque de transmission

Daronne
alicia keys speechless

6 chansons qui captent parfaitement ce que c’est d’être mère

Daronne
allaitement-lieu-public

Le regard des hommes sur nos seins qui allaitent

Chère Daronne
femme-tatouage

Mon mec ne veut pas que je me fasse tatouer, je fais quoi ?

Chère Daronne

25 mai 2022

59
Daronne
amazon-shopping-puericulture-promo

5 objets de puériculture en promo, une occasion à ne pas louper

Manon Portanier

24 mai 2022

Santé
femme-enceinte-nausees-grossesse-solution

Une solution toute simple contre les nausées de grossesse, ça vous dit ?

Manon Portanier

23 mai 2022

Parentalité
marieclaire_workin_moms

Besoin de partager votre expérience de mère ? Voici 5 cercles de parole et d’écriture féministes

Camille Abbey

21 mai 2022

Livres
Capture d’écran 2022-05-20 à 16.14.45

Dans sa nouvelle BD « Ça se met où », Emma s’en prend aux hommes qui fuient les tâches ménagères

Camille Abbey

20 mai 2022

18
Parentalité
allaitement-paternel

L’allaitement paternel, une possibilité inexplorée ?

Pour les meufs qui gèrent