Kit Harington s’effondre après Game of Thrones et entre en cure de repos

Kit Harington, alias Jon Snow, a mal vécu la pression autour de Game of Thrones et va passer du temps à se reposer dans une clinique spécialisée.

Kit Harington s’effondre après Game of Thrones et entre en cure de repos

Kit Harington a connu une renommée mondiale en interprétant, pendant 8 saisons, Jon Snow, le bâtard de Winterfell.

Mais dire adieu à Game of Thrones n’est pas facile pour lui : l’acteur est entré en clinique spécialisée pour se ressourcer et prendre soin de sa santé mentale…

Kit Harington dans une clinique de repos

Variety explique que le trentenaire a des problèmes de gestion du stress mais aussi de consommation d’alcool.

Kit Harington, qu’on peut voir fondre en larmes en lisant la fin de Game of Thrones dans le documentaire The Last Watch, accuse difficilement le fait de devoir se séparer du personnage de Jon Snow.

En apprenant son destin dans la série, il s’est d’ailleurs tourné vers la thérapie. Pendant longtemps, explique-t-il :

« Je ne me sentais pas en sécurité, je ne parlais à personne. »

Kit Harington, Jon Snow, et la pression Game of Thrones

Jon Snow est devenu plus important dans l’intrigue de Game of Thrones autour de la saison 5, qu’il clôt avec un cliffhanger en étant laissé pour mort, poignardé par ses propres camarades de la Garde de Nuit.

Pour Kit Harington, porter une telle responsabilité a été écrasant :

« Ce n’était pas une très bonne période de ma vie. J’avais l’impression de devoir me sentir comme l’homme le plus chanceux du monde, alors qu’en réalité je me sentais très vulnérable.

Ma passe la plus sombre, ça a été quand la série a semblé se focaliser sur Jon — quand il est mort et qu’il a ressuscité.

Je n’aimais vraiment pas que Jon soit autant mis en avant. Quand on devient le cliffhanger d’une série, au moment où cette série est plus puissante que jamais, avoir un tel focus sur soi… c’est terrifiant, putain. »

Kit Harington a du mal à dire adieu à Jon Snow

Variety cite la détresse de l’acteur au moment où Game of Thrones s’est achevée, confiée dans une interview au magazine Esquire :

« Dernier jour de tournage. Je me sentais bien… je me sentais bien… je me sentais bien… puis je vais tourner mes dernières scènes et je commence à hyperventiler un peu.

Ils disent « coupez » et, bordel, je m’effondre. C’était un raz-de-marée de soulagement, et de deuil à l’idée de ne plus jamais pouvoir y retourner.

Le plus bizarre c’est quand on a quitté le plateau et qu’ils ont commencé à me retirer mon costume. C’était comme si on m’écorchait.

Comme s’ils m’arrachaient ce personnage, sans s’en inquiéter, pour la dernière fois. »

Les mots de Kit Harington me font penser à ceux de beaucoup d’acteurs et d’actrices ayant été si longtemps liés à un rôle, celui qui a lancé leur carrière, qu’il est douloureux de s’en détacher.

Je pense notamment à Daniel Radcliffe qui, par le succès d’Harry Potter et son jeune âge, a eu aussi à se dépêtrer de différents démons, en premier lieu l’alcoolisme…

Je ne peux que souhaiter à Kit Harington de trouver du repos, d’arriver à faire la paix avec son deuil de Game of Thrones et de sortir de sa cure serein, en forme et surtout heureux.

À lire aussi : Où vas-tu revoir les acteurs de Game of Thrones ?

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

MorganeGirly

Aussi difficile que ça ait pu être pour lui, en lisant comment Kit Harrington se sentait, je suis sûre que ça a donné de l'épaisseur à Jon Snow.

Je n'ai pas lu les livres et Jon me paraissait franchement plat et transparent pendant la moitié de la série. Son histoire d'amour avec Ygritte me paraissait vraiment sans étincelle, elle ne me touchait pas du tout, je ne la trouvais ni sexy ni drôle ni romantique mais pas non plus particulièrement horrible à regarder, c'était comme si je lisais le scénario sur un papier avec détachement au lieu de voir des acteurs vraiment jouer. L'intrigue de Jon était ok, parce que c'était bien écrit et qu'il y avait des paysages sympas, et qu'il y avait des rebondissements, mais son personnage était loin de me passionner. Parfois, ma mère me disait des trucs sur Jon (parce qu'elle avait lu les livres), et je trouvais pas tellement que c'était visible dans la série (genre qu'il se croit meilleur que les autres du fait de son éducation, ce genre de trucs) car ça me paraissait être un personnage assez unidimensionnel joué par un acteur assez unidimensionnel.
Et j'ai commencé justement à voir quelque chose d'humain en Jon, et pas juste un héros de papier, autour de la saison 5, et plus particulièrement après sa résurrection. Même si son personnage a eu un destin qu'on peut contester et un rôle qu'on peut trouver discutable, je trouvais ce qu'on voyait à l'écran très crédible et humain, j'y croyais. C'est comme ça que j'ai commencé à vraiment aimé le personnage, et même à me reconnaitre dans certaines de ses réactions.

Et je comprends mieux quand je lis que Kit Harrington dit ça :

"Ce n’était pas une très bonne période de ma vie. J’avais l’impression de devoir me sentir comme l’homme le plus chanceux du monde, alors qu’en réalité je me sentais très vulnérable.
(...) Je n’aimais vraiment pas que Jon soit autant mis en avant. Quand on devient le cliffhanger d’une série, au moment où cette série est plus puissante que jamais, avoir un tel focus sur soi… c’est terrifiant, putain
"

Je veux dire... ça ne vous rappelle pas quelqu'un?? Jon Snow justement! On dirait le Jon Snow des dernières saisons qui parle de lui-même et de sa position dans Westeros! Donc en fait, l'acteur s'identifiait clairement à ce que traversait Jon Snow, et ça se ressent à l'écran!

Après, ce qu'il a ressenti, je ne crois pas que ce soit spécifiquement lié au métier d'acteur. Je crois que quand notre vie tourne autour de quelque chose qui prend fin, c'est toujours très bouleversant et ça peut faire un choc violent quand on perd ce focus qui nous structurait, même si on a vécu des émotions contradictoires par rapport à ce focus.
J'ai déjà entendu des choses similaires avec des gens qui sortaient de thèse (le malaise pendant puis l'impression de perdre une partie de soi après la soutenance), ou d'autres projets. Avec en plus cette impression que ce que tu as fait était imparfait et que tu ne pourras pas rétablir cette imperfection car c'est fini.

Aussi, ce phénomène de la dépression au sommet se rencontre chez les stars, et c'est pas forcément causé par la pression en soi, mais la célébrité et le succès compliquent la guérison car comment guérir d'une situation "parfaite"? Quand tout semble aller si bien autour de toi, qu'est-ce que tu dois résoudre? Tu te heurtes aussi à l'incompréhension des gens qui pensent qu'une personne en situation de détresse mentale vit forcément une vie misérable, donc ça ne peut pas être toi, car tu n'as pas de vrais problèmes.
(J'avais fait un article sur mon blog il y a quelques années sur un ancien rugbyman et une actrice de Bollywood qui avaient expliqué leurs problèmes de dépression en plein succès : https://20anspasses.wordpress.com/2015/01/18/john-kirwan-deepika-padukone-depression-parler-acte-militant/ )
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!