Live now
Live now
Masquer
the-power-of-the-dog
Cinéma

Jane Campion remporte l’Oscar de la meilleure réalisatrice et rentre une nouvelle fois dans l’histoire

Avec son puissant The Power of The Dog, Jane Campion faisait figure de grande favorite aux Oscars 2022. En effet auréolée de la statuette de la meilleure réalisatrice, elle poursuit son ascension fulgurante dans l’univers si masculin du cinéma.

Le 27 mars, dans la nuit, s’est tenu la cérémonie des Oscars, qui a cette année été marquée par la baffe de Will Smith à Chris Rock.

Outre ce scandale, la cérémonie a aussi et surtout été celle du sacre inattendu du film Coda et de Jane Campion.

Jane Campion, un Oscar historique

The Power of the Dog | Bande-annonce officielle VF | Netflix France

Première femme à avoir remporté la Palme d’or au festival de Cannes, Jane Campion est une réalisatrice majeure (bien que très discrète) de notre époque. Elle est par ailleurs la première femme réalisatrice de l’histoire du festival de Cannes à avoir présidé le jury.

Cinéaste émérite, elle vient désormais de gagner un nouveau galon puisqu’elle a gagné l’Oscar de la meilleure réalisatrice.

Un prix qui n’avait été remporté que par deux femmes avant elle, Kathryn Bigelow et Chloe Zhao.

La réalisatrice néo-zélandaise d’aujourd’hui 67 ans, a toujours baigné dans les arts-dramatiques, grâce à un père directeur de théâtre, qui l’a initiée au monde du spectacle dès son plus jeune âge. Mais très vite, la cinéaste s’est émancipée de l’apprentissage paternel pour façonner son art à elle : un art tourné vers les femmes.

Ainsi, les femmes sont toujours au cœur des films de Jane Campion — qui se revendique féministe depuis ses débuts — que ce soit dans La leçon de piano bien sûr (qui a, par ailleurs, des années après sa sortie, été réprimé pour la glamourisation de l’emprise du personnage masculin sur son héroïne), dans Portrait de femme, Sweetie, Holy Smoke, Bright Star (l’un de nos films favoris de tous les temps) et même dans sa série très pointue Top of the Lake.

Il n’y a guère que dans The Power of The Dog (co-écrit par Thomas Savage), justement oscarisé, qu’elle explore le terrain de la masculinité, mais avec puissance et psychologie, comme on la voit peu sur nos écrans.

The Power of The Dog, splendide film sur la masculinité toxique

phpib813q

Si Netflix ne s’est pas vu couronné de la récompense suprême de l’Académie, à savoir celle de meilleur film, il s’en sort tout de même très bien.

Il faut dire que The Power of The Dog est sans aucun doute l’un des meilleurs films de son catalogue.

Dedans, Jane Campion quitte quelques instants ses héroïnes bousculées par la vie pour explorer un monde très testosteroné.

En effet, la cinéaste y explore les relations conflictuelles de Phil et George Burbank, deux frères que tout oppose.

Autant Phil est raffiné, brillant et cruel, autant George est flegmatique, méticuleux et bienveillant. À eux deux, ils sont à la tête du plus gros ranch de la vallée du Montana. Une région loin de la modernité galopante du XXème siècle, où les hommes assument toujours leur virilité et où l’on vénère la figure de Bronco Henry, le plus grand cow-boy que Phil ait jamais rencontré.

Lorsque George épouse en secret Rose, une jeune veuve, Phil, ivre de colère, se met en tête d’anéantir celle-ci. Il cherche alors à atteindre Rose en se servant de son fils Peter, garçon sensible, comme d’un pion dans sa stratégie sadique et sans merci.

Avec une maitrise singulière d’un récit dont elle est a priori très éloignée, Jane Campion explore les affres de la masculinité toxique.

La réalisatrice a expliqué au Guardian :

« Le film parle de masculinité toxique. Essayer de la comprendre et de la reconnaître, c’est la seule façon de changer cette masculinité. Vous ne pouvez pas simplement vous y opposer, cela reviendrait à mettre de l’huile sur le feu. Vous devez comprendre pourquoi ces hommes causent des dommages aux autres et à eux-mêmes. Aborder et remettre en question la masculinité toxique n’est pas suffisant. »

Un sujet puissant, manié avec virtuosité par celle qui demeure, des années après son premier sacre à Cannes, l’une des meilleures conteuses d’histoires de son époque.

Voir The Power of The Dog sur Netflix

À lire aussi : Jane Campion présidera le festival de Cannes 2014 !

Crédit photo à la Une : The Power of The Dog via Netflix

Les Commentaires
2

Avatar de KtyKoneko
30 mars 2022 à 10h09
KtyKoneko
j'ai vu The power of the dog
surtout parce qu'il y a Benedict Cumberbach... et je n'ai pas été déçue, il est tout en nuance
0
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Cinéma
l’origine du mal

Thriller imprévisible, L’Origine du mal est le meilleur film au cinéma cette semaine

Maya Boukella

05 oct 2022

Cinéma
novembre david koskas

Novembre : le film sur les attentats de 2015 avec Jean Dujardin est à l’affiche

Maya Boukella

05 oct 2022

14
Cinéma
incroyable mais vrai gaumont

Quentin Dupieux : la bande-annonce de Fumer fait tousser est aussi délirante que son casting

Maya Boukella

04 oct 2022

Cinéma
film français 5

Critiqué pour sa Une 100% blanche et masculine, Le Film français s’excuse… mais est-ce assez ?

Maya Boukella

03 oct 2022

6
Cinéma
Sacheen Littlefeather creative commons

Sacheen Littlefeather, voix des amérindiens à Hollywood, est morte à 75 ans

Maya Boukella

03 oct 2022

6
Cinéma
bones and all

L’horreur monte d’un cran dans la bande-annonce de Bones & All, la romance cannibale avec Timothée Chalamet

Maya Boukella

30 sep 2022

2
Cinéma
rogue harry potter

Alan Rickman révèle pourquoi il a continué Harry Potter malgré la maladie, dans ses mémoires

Maya Boukella

28 sep 2022

7
Interviews cinéma
les cinq diables

« Comment filmer l’invisible ? » entretien avec Léa Mysius, réalisatrice des Cinq Diables avec Adèle Exarchopoulos

Maya Boukella

28 sep 2022

Cinéma
woman king 4

The Woman King prouve que l’afroféminisme rend les films meilleurs

Maya Boukella

27 sep 2022

Cinéma
bryce-dallas-howard

Oui, la prod de Jurassic World 3 a demandé à Bryce Dallas Howard de perdre du poids

Manon Portanier

26 sep 2022

12

La pop culture s'écrit au féminin