Instagram pousse-t-il les femmes à se dénuder pour des likes ?

Une enquête de Mediapart suggère que l'algorithme d'Instagram boosterait les photos dénudées, plus particulièrement celles des femmes.

Instagram pousse-t-il les femmes à se dénuder pour des likes ?Wesley Carvalho / Pexels

As-tu déjà fait l’expérience de poster une photo de toi en maillot de bain sur Instagram, et d’avoir plus de likes qu’à l’accoutumée ?

Moi oui.

Est-ce parce que l’exposition de son corps fait plus cliquer ? Sûrement.

Est-ce, aussi, parce que l’algorithme du réseau social offre plus de reach (c’est-à-dire le nombre de personnes qui vont voir la publication) aux images sur lesquelles nous nous dénudons ?

Selon une enquête de Mediapart parue ce lundi 15 juin, la seconde hypothèse pourrait être valide…

Poster des photos dénudées pour gagner des likes sur Instagram

Mediapart a interrogé plusieurs influenceuses ou influenceurs, et leurs réponses sont unanimes : leurs publications les plus dénudées sont celles qui ont le plus de succès.

Juliette A. explique :

« Le taux de couverture explose dès qu’on se dénude un peu. »

Même son de cloche du côté des hommes. Basile témoigne ainsi :

« Mes photos les plus likées sont celles où je suis presque nu. […] C’est très difficile d’obtenir beaucoup de likes sur Instagram. Alors, je fais comme tout le monde ! »

La nudité attire-t-elle les likes sur Instagram ?

Pour expliquer ce phénomène, Mediapart invoque l’hypothèse que les photos dénudées seraient favorisées par l’algorithme d’Instagram.

Cet algorithme donne un « score d’engagement » à chaque publication, qui détermine le nombre de personnes la voyant apparaître dans leur fil d’actu.

Les critères sont tenus secrets par la firme, mais Mediapart s’appuie sur un brevet déposé en 2015 par Facebook, qui détient Instagram, pour tisser une hypothèse.

Selon ce document, le score d’engagement varierait en fonction de plusieurs critères.

Il y aurait, bien sûr, des critères qui relèvent des goûts personnels : si tu adores regarder des vidéos d’animaux mignons, ton fil d’actualité devrait vite s’en retrouver rempli !

Mais d’autres critères existeraient, comme « le genre », « l’ethnicité » ou « le niveau de nudité ». Le même document indique :

« L’interface de programmation peut évaluer le niveau de nudité de personnes sur une image, en détectant des bandes de couleurs spécifiques, identifiées comme des nuances couleurs de peau. »

Les femmes dénudées, ça marche mieux que les hommes

Mediapart a également mené une étude de rétro-ingénierie en partenariat avec le European Data Journalism Network et Algorithm Watch pour calculer le taux d’exposition de 2400 images postées sur Instagram entre février et mai 2020.

Selon cette étude, les photos d’hommes et de femmes en sous-vêtements ou maillots de bain auraient une meilleure exposition. Avec une dimension genrée, toutefois.

Une femme dénudée obtiendrait 1,6 fois plus de likes que sur une photo d’elle plus habillée. Pour un homme, ce score serait un peu inférieur, à 1,3.

Des résultats à prendre avec des pincettes, cependant : une étude à très grande échelle serait nécessaire pour obtenir des chiffres plus fiables.

La ligne éditoriale implicite d’Instagram

Quelles sont les conséquences de cette mise en avant des corps dénudés, surtout féminins ?

L’algorithme créerait une ligne éditoriale implicite encourageant les utilisateurs et utilisatrices à privilégier certains types de photos.

C’est ce que rapporte l’avocate Ala Krinickyte dans l’enquête Mediapart :

« Les utilisateurs des réseaux perçoivent et anticipent le mode de fonctionnement de l’algorithme, parfois même de façon inconsciente. »

Autrement dit, si tu sais inconsciemment que poser en bikini t’attirera plus de likes, tu posteras plus de photos de toi à la plage qu’en pyjama.

Instagram et les corps des femmes

À la lecture de cette enquête de Mediapart, je me pose plusieurs questions.

Je me demande si l’algorithme d’Instagram, s’il valorise la nudité, valorise TOUS les corps de la même façon.

Les corps qui ne rentrent pas dans les normes de beauté du moment (minces, blancs, sans handicap…) vont-ils être boostés de la même façon que les autre ?

Que penser de la censure des corps féminins sur Instagram que je vois régulièrement dénoncée par certaines utilisatrices ?

Instagram a par exemple censuré la photo d’un cliché de la marque de couture Petit Patron représentant une femme faisant une taille 54 en sous-vêtements — avant de revenir sur sa décision.

Des photos de tétons sont également régulièrement supprimées. Les règles de la communauté Instagram stipulent en effet que « certains mamelons féminins » n’ont pas leur place sur la plateforme, mais ne mentionnent pas les torses considérés comme masculins.

Je n’ai pas entendu parler de censure d’homme gros ou de tétons masculins, ce qui me fait m’interroger : Instagram entretient-il un double standard entre les corps masculins et féminins ?

Questionner son comportement sur Instagram

Cependant, je pense qu’il est important de questionner aussi nos propres comportements sur les réseaux.

Si un double standard entre les corps masculins et féminins existe sur les réseaux sociaux comme il existe dans la société, il n’est pas seulement la conséquence des algorithmes, mais aussi de ce que likent les utilisateurs et utilisatrices.

Pendant un temps, j’ai moi-même suivi une majorité de comptes d’influenceuses et mannequins aux physiques très normés sans trop me demander pourquoi.

Qu’est-ce qui me poussait à m’abonner à tel compte, et pas à un autre ? À liker telle ou telle photo ? Avais-je tendance à aimer davantage une photo d’une femme en maillot taille 36, et pourquoi ?

Je ne jette pas la pierre aux femmes qui postent des photos en bikini sur Instagram. Je me pose plutôt la question de ce qui m’a poussée, moi, à observer, fascinée, les clichés de leurs corps dénudés.

Je ressentais un certain malaise sur Instagram, sans trop mettre des mots dessus. Puis j’ai compris : ce qui m’hypnotisait, dans les photos de corps nus (ou presque), c’était de me comparer.

Inconsciemment, je comparais nos tours de taille, de poitrine, la forme de nos fessiers… Parfois en me rassurant : « Ça va, je suis aussi bien en maillot », mais le plus souvent en me comparant négativement.

Sur Instagram, suis des comptes qui te font du bien !

Bref, j’ai déconstruit mes propres mécanismes et fait du tri dans mes abonnements en fonction de ce qui me faisait du bien ou pas.

La vie est trop courte pour perdre du temps à scroller sur du contenu qui te fait te sentir mal !

J’ai pour ma part été pas mal aidée par l’émergence de comptes bodypositive, qui représentent une plus grande diversité de corps et des femmes au naturel qui assument de ne pas toujours s’afficher tirées à quatre épingles.

À ce sujet, ma collègue Carotte t’a concocté une sélection de 5 comptes bodypositive, garantie 100% feel good !

Et toi chère lectrice, as-tu l’impression qu’Instagram booste les photos dénudées ? As-tu toi-même tendance à plus liker ce genre de clichés ?

Viens m’en parler dans les commentaires, ton avis m’intéresse !

À lire aussi : McFly et Carlito sont à poil sur YouTube (et ils ont bien de la chance)

Faustine M

Faustine M


Tous ses articles

Commentaires

Bicycle

@skippy01 par rapport à Black Mirror, il faut savoir qu’un algorithme de Machine Learning n’invente rien. Il se base sur des données existantes (des statistiques). Mais je comprends que ça fasse peur!

Comme l’a dit @MissMachine, si les photos de nudes sont plus likées, alors l’algo favorisera ces photos là.

Mais à l’origine, il s’agit bien du comportement d’humains. Si les photos de nudes marchent mieux, c’est juste parce que les gens s’y intéressent plus... on ne peut pas tout mettre sur le dos des machines... d’ailleurs un peu étonnée que Mediapart se soit engagé sur une piste si facile.

L’article donne un peu l’impression que y’a 2 geeks pervers qui se sont dit « ouais trop bien on va favoriser les photos de femmes nues !!!! » haha ... mais je vous rassure, ça ne se passe pas comme ça lol
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!