Live now
Live now
Masquer
pexels-jonathan-borba-medecin hopital
Société

Fin de vie : l’Ordre des médecins s’oppose à l’euthanasie et préconise une « clause de conscience »

Une clause de conscience, comme celle invoquée par les médecins qui refusent de pratiquer des IVG, c’est ce que défend l’Ordre des médecins. Une idée soutenue par l’avis du CCNE rendu cette semaine.

Les débats citoyens n’ont même pas encore débuté, mais le sujet s’installe déjà dans l’actualité. La question de la fin de vie, et la possibilité d’une loi pour encadrer l’aide active à mourir a émergé cette semaine, à la faveur d’une annonce d’Emmanuel Macron, mais surtout grâce à l’avis rendu par le Comité consultatif national d’éthique (CCNE).

Un avis nuancé et prudent, mais qui ouvre des perspectives de réflexion sur la mise en œuvre d’une telle loi. Une convention citoyenne doit débuter en octobre, afin de rendre des conclusions au printemps 2023.

Pour l’Ordre des médecins, une clause de conscience est nécessaire

Interviewé dans Le Quotidien du médecin, le Dr François Arnault, président du Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom), a rappelé le « retard » de la France sur la question de la fin de vie et la nécessité de « lutter contre ces inégalités d’accès aux soins palliatifs ». Il a en outre donné la position du Cnom sur le sujet de l’euthanasie et l’implication des médecins :

« Le CCNE ne détaille pas plus avant le rôle qui pourrait être celui du médecin, si une assistance au suicide était acceptée. Nous serons très attentifs : doit-il être accompagnateur ? Sûrement. Effecteur ? Je ne crois pas. Ce n’est pas son rôle. Et l’Ordre n’est pas favorable à l’euthanasie ».

Plus loin, il évoque l’idée d’une clause de conscience applicable aux médecins qui refuseraient de pratiquer une aide à mourir :

« Cela doit passer par une clause de conscience, à l’instar de celle qui existe pour l’interruption volontaire de grossesse (IVG), avec le devoir de réorienter le patient vers un médecin qui accepte de le prendre en charge. Elle doit être spécifique, par sécurité, pour éviter toute mauvaise interprétation. »

Une opposition qui va dans le sens de l’avis du CCNE. Toutefois, le parallèle avec l’IVG n’est peut-être pas le plus adéquat, lorsqu’on sait aujourd’hui que la clause de conscience spécifique, permettant à un médecin de refuser légalement de pratiquer une IVG, est régulièrement contestée.

La clause de conscience spécifique à l’IVG, maintenue mais contestée

Lors de l’examen de la proposition de loi visant à l’allonger le délai d’IVG à 14 semaines, la députée Albane Gaillot, rapporteuse du texte, avait tenté d’y ajouter la suppression de cette disposition. Néanmoins, lors du vote final du texte en février 2022, la clause de conscience a finalement été maintenue.

Pour le Planning familial, sa suppression contribuerait « à faire considérer l’avortement tel qu’il doit être : un soin comme un autre dans les parcours de vie affective et sexuelle ».

D’autant que cette clause de conscience a parfois le risque d’entretenir les inégalités d’accès à l’IVG, comme le montrait cette enquête du Monde : « En 2018, la médiatisation de la situation de l’hôpital du Bailleul (Sarthe) avait mis en lumière ce type de difficulté. Pendant une grande partie de l’année, aucune IVG n’avait pu être pratiquée dans cet établissement en raison du départ à la retraite d’un médecin et du choix de trois des quatre praticiens encore en poste de faire valoir leur clause de conscience. »

national-cancer-institute-unsplash – fin de vie
National Cancer Institute – Unsplash

Bien que recommandée par le CCNE dans le cadre de l’aide active à mourir, la clause de conscience pourrait donc prêter à débat lors de la convention citoyenne qui aura lieu dans les mois qui viennent, mais pas moins que bien des aspects de ce sujet d’ores et déjà très sensible.

À lire aussi : Affaire Vincent Lambert : comment préparer ta fin de vie avec des directives anticipées

Crédit photo : Jonathan Borba via Pexels

Les Commentaires
12

Avatar de Kaktus
20 septembre 2022 à 06h28
Kaktus
@Bloem
Même pour l'avortement je ne comprends pas.
Tu es contre les modifications corporelles ? Tu ne deviens pas chirurgien esthétique.
Tu es contre la prise d'hormones ? Tu ne deviens pas endocrinologue.
Tu es contre les transfusions sanguines ? Tu ne deviens pas urgentiste, chirurgien viscéral ou chirurgien cardio-thoracique.
Tu es contre l'avortement ? Tu ne deviens pas gynécologue.
(C'est un "tu" général).
12
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Société

Développement personnel
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

7
Actu mondiale
giorgia meloni vox – vertical

En Italie, la possible arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni fait craindre le pire aux féministes

Sciences
changement-date-automne

Pourquoi l’automne commence le 23 septembre cette année ?

Manon Portanier

22 sep 2022

9
Société
PPDA

Affaire PPDA : et si la justice pouvait contourner le délai de prescription ?

Maëlle Le Corre

22 sep 2022

8
Société
Capture d’écran 2022-09-22 à 10.11.30

Pourquoi la mort d’Elizabeth II nous impacte, alors qu’on ne la connaît pas ? Un spécialiste répond

Maya Boukella

22 sep 2022

Actu mondiale
adnan

Aux États-Unis, Adnan Syed est libéré après 23 ans de prison grâce au podcast Serial

Maya Boukella

21 sep 2022

1
Actu mondiale
Israel Sunseth / Unsplash

Les villes d’Europe s’éclairent à la lumière bleue, et ce n’est pas une bonne nouvelle

Aïda Djoupa

21 sep 2022

4
Politique
Capture d’écran 2022-09-21 à 14.02.43

Visé par des accusations de violences psychologiques, Julien Bayou se met en retrait

La société s'écrit au féminin