Live now
Live now
Masquer
Femme lisant un roman fantasy à la lueur de bougie // Source : Anete Lusina/Pexel
Livres

Ce roman de fantasy inspiré d’un conte coréen va enchanter votre printemps

La Fiancée du dieu de la mer est attendu le 4 mai dans les librairies françaises. Écrit par Axie Oh, ce roman a de quoi devenir le prochain phénomène de fantasy. Mais saviez-vous qu’il était inspiré d’un ancien conte coréen ?

Il est des écrivains qui puisent leur inspiration dans l’histoire, la mythologie et le cinéma, c’est le cas d’Axie Oh. L’autrice américaine rend hommage au Pays du Matin Calme en remettant au goût du jour un mythe populaire dans son pays d’origine.

Axie Oh situe régulièrement l’intrigue de ses romans en Corée, cependant, c’est la première fois que son univers s’inscrit dans le genre littéraire de la fantasy à la limite du merveilleux. Une fable qui nous plonge dans les tréfonds des mers, emplis de créatures millénaires et mystiques, ce nouveau roman, La Fiancée du dieu de la mer, paraîtra le 4 mai aux éditions Lumen.

Profitez des premières pages de « La Fiancée du dieu de la mer » en exclu !

La Fiancée du dieu de la mer, de quoi ça parle ?

Dans un petit village en bord de mer, tous les ans, la plus jolie jeune fille est choisie pour devenir la prochaine fiancée du dieu de la mer. Admirée par tous les villageois pour sa beauté sans pareil, cette année, c’est Cheong Shim qui est désignée pour être sacrifiée.

Mais la jeune femme est amoureuse de Joon et le soir du sacrifice, c’est Mina, la sœur du jeune homme, qui fait irruption dans le tableau ! Dans un élan de témérité, elle prend la place de Cheong Shim au fond de l’océan, pour éviter à son frère d’avoir le cœur brisé.

Couverture du roman d'Axie Oh, La Fiancée du dieu de la mer.
Couverture du roman d’Axie Oh, La Fiancée du dieu de la mer. Source : Éditions Lumen

Emportée dans le royaume des Esprits — une cité magique peuplée de déités, de démons et de créatures mythiques — la courageuse jeune fille va découvrir que le dieu de la mer a été plongé dans un profond sommeil. Aux côtés du mystérieux Shin, Mina va tout tenter pour le réveiller afin de sauver son royaume. Mais elle n’aura qu’un mois pour y arriver. Si elle échoue, elle risque d’être transformée en esprit pour l’éternité.

La richesse d’un univers littéraire

À travers un récit mêlant un monde sous-marin magique et une vielle légende coréenne, Axie Oh plonge les lecteurs et les lectrices au cœur d’une aventure merveilleuse rappelant l’univers enchanteur du Voyage de Chihiro (2000).

Chef-d’œuvre d’Hayao Miyazaki, le long-métrage d’animation fait partie des inspirations de l’autrice, à l’instar de Mon Voisin Totoro (1998). Passionnée par les animés, mais aussi par les mangas et la littérature jeunesse – qu’elle étudie à l’Université de Lesley aux États-Unis – Axie Oh n’hésite donc pas à puiser dans ces sources.

Le roman d'Axie Oh rappelle l'univers du Voyage de Chihiro de Miyazaki.
Le roman d’Axie Oh rappelle l’univers du Voyage de Chihiro de Miyazaki. Source : Le Studio Ghibli

Or, les références de l’autrice ne s’arrêtent pas là. En effet, l’écrivaine qui vit aujourd’hui à Las Vegas dans le Nevada, s’inspire aussi des contes et des récits mythologiques de son pays d’origine, la Corée.

Le conte à l’origine du roman

Dans son nouveau livre, paru il y a un an outre-Atlantique, l’autrice a choisi de moderniser le conte de Cheong Shim, mythe connu sous le nom de La jeune fille dévouée. À l’origine, l’histoire raconte la vie de Cheong, dont le père, un noble déchu et aveugle, a dû prendre soin seul, après le décès en couche de sa femme.

Sa dévotion est telle que lorsqu’elle grandit, Cheong est bien décidée à s’occuper de son père en retour, et à faire tout ce qui est en son pouvoir pour qu’il recouvre la vue. La jeune fille, âgée de 17 ans, est déterminée à s’offrir en sacrifice au Roi Dragon de la mer. 

Profitez des premières pages de « La Fiancée du dieu de la mer » en exclu !

Emportée par les marins au milieu de l’océan, et espérant secrètement que son sacrifice aux dieux pourra enfin guérir son père, Cheong se jette à l’eau. Mais c’est sans compter sur le Roi Dragon, qui, frappé et ému par son geste, l’accueille dans son royaume aquatique. 

Cheong y commence une nouvelle vie ; mais inquiète du sort de son père, elle ne peut s’empêcher de vouloir remonter à la surface. Aidée du Roi Dragon qui la place dans une feuille de lotus, elle regagne donc le monde des humains.

Son retour cause la surprise dans tout le royaume, et provoque l’émerveillement de l’Empereur. Sous le charme de la jeune femme, il décide de la demander en mariage. Cheong accepte cette union, dans l’espoir de pouvoir demander une faveur à son époux : celle d’organiser un banquet en l’honneur des aveugles afin de retrouver son père. 

Ayant sombré dans la pauvreté et ignorant le retour de sa fille, le père de Cheong se rend aux célébrations organisées par le palais. La jeune fille le guette dans la foule. Au moment où elle l’aperçoit et crie son nom, le vieil homme recouvre instantanément la vue, surpris d’entendre la voix de sa fille. 

Réunis, le père et sa fille s’installèrent dans l’édifice royal, Cheong Shim, devenue Impératrice, jure de partager les richesses impériales avec son peuple afin que chaque membre puisse mener une vie heureuse. 

Entre fidélité et modernité

Si le clin d’œil à Cheong Shim est évident dans La Fiancée du dieu de la mer, c’est en réalité Mina qui endosse le rôle de l’héroïne originelle du conte. Dans la réécriture d’Axie Oh, Mina et Cheong partagent d’ailleurs des traits communs : leur détermination à sauver ceux qu’elles aiment, ainsi que l’engagement et la ferveur dont elles font preuve pour venir en aide à leur peuple.

Par ailleurs, Axie Oh est parvenue à décrire à merveille l’univers aussi mystérieux que féérique du royaume du dieu de la mer. En s’inspirant du conte d’origine — on notera d’ailleurs sa couverture aux influences coréennes traditionnelles imaginée par Kuri Huang — l’autrice plonge ses lecteurs et lectrices dans un monde passionnant, et en fait le point de départ d’une aventure palpitante. 

Profitez des premières pages de « La Fiancée du dieu de la mer » en exclu !

Preuve de la modernité insufflée à La Fiancée du dieu de la mer par son écrivaine, Mina est une héroïne qui prend en main son destin. C’est elle aussi qui doit sauver le Dieu, tout en se sauvant elle-même.

La divinité — représentée par une figure masculine — n’a aucun pouvoir ; elle devient même impuissante, contrainte au sommeil. Ce trait diffère largement des personnages masculins évoqués dans le conte, notamment le roi Dragon, et l’Empereur, à qui devra s’allier Cheong pour espérer vivre heureuse et sauver son père. 

À lire aussi : 3 autrices de fantasy à découvrir

À la fois féministe et merveilleuxMadmoizelle ne pouvait que vous recommander chaudement La Fiancée du dieu de la merEntre hommage à un conte coréen et réécriture, Axie Oh nous offre avec ce roman inédit une histoire fantaisiste, prenante, mais surtout dans l’ère du temps. 

Avec une bonne dose d’aventure, de mystère et de romance, ce livre propose un personnage féminin courageux et un univers sous-marin passionnant.

Outre-Atlantique, nombreux sont les lecteurs et lectrices à s’être déjà laissés embarquer dans les profondeurs du monde des esprits aux côtés de Mina, conférant à La Fiancée du dieu de la mer, le titre sacré de best-sellers du New York Times. Et vous, vous laisserez-vous tenter ?

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Livres

Couverture des livres "Les Liens qui empêchent", "Révéler mes visages" et "Art Queer" // Source : Éditions B42 / Harper Collins / Double Ponctuation
Livres

Neuf livres LGBT+ pour s’éduquer sur les identités et luttes des personnes queers

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source :  pixelshot
Daronne

Les 3 livres pour enfants les plus problématiques, d’après nos lectrices

1
Portrait de l'autrice de La Charge raciale, Douce Dibondo, par Céline Nieszawer // Source : Céline Nieszawer
Société

« La suradaptation des personnes racisées est une épée de Damoclès » : Douce Dibondo (La Charge raciale)

2
ovidie-1
Culture

Et si les chiens étaient les meilleurs amis des femmes ?

Chloé Delaume
Culture

« Je suis en saturation des hommes », rencontre avec Chloé Delaume, autrice de Phallers, un roman féministe jubilatoire

nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash
Culture

Violences sexuelles : comment la littérature Young Adult prolonge le combat de #MeToo

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024
Daronne

Livres pour enfants : les 10 meilleurs albums jeunesse en avril 2024

Copie de [Image de une] Horizontale (6)
Culture

3 nouveaux livres d’Audrey Ouazan en avant-première

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4

La pop culture s'écrit au féminin