Une vidéo teste la conscience écolo des Parisiens

A l'occasion de la journée mondiale du nettoyage, le YouTubeur John Demayo et le collectif féminin La Douche ont testé la fibre écolo des Parisiens. Et c'est drôle, en plus de faire un peu de bien au moral.

Une vidéo teste la conscience écolo des Parisiens

Comment ça jeter ses déchets négligemment par terre parce que « de toutes façons quelqu’un va nettoyer » ça ne passe plus…?

Hé non ! Il semblerait que petit à petit une conscience collective naisse. Et c’est ce que nous montre la vidéo Les Bobos pas Ecolos de John Demayo feat. le collectif féminin La Douche !

Jeter ses déchets par terre, ça ne passe plus

La vidéo est sortie la veille de la journée mondiale de nettoyage des déchets, vendredi 14 septembre, et elle compile les réactions des Parisiens quand John Demayo, Aude Gignac, et Camille de la Poëze jettent des bouteilles ou des paquets de gâteaux par terre dans un parc.

Les réactions sont diverses : de la sidération silencieuse au rentre-dedans hyper agressif.

Certain·es se confrontent directement aux acteurs et ne lâchent pas jusqu’à ce qu’ils daignent jeter leur déchet dans une poubelle.

D’autres ramassent eux-mêmes les déchets lâchés avec désinvolture en plein milieu du parc.

Une dame perd patience et en vient même à l’attaque physique à coût de paquet de chips sur John Demayo.

« Vous ramassez ça immédiatement oui ? Il y a une poubelle là, y en a deux juste-là, vous êtes aveugle ou quoi là ?! Vous avez bu ? Ou vous avez fumé la moquette ? »

Bref, une vidéo plutôt feel good qui personnellement m’a donné le sourire. Parce que non, la crise environnementale ne va pas se régler en ramassant trois déchets dans un parc.

Mais c’est un début, et il n’y a pas de petite prise de conscience ni de petite action !

À lire aussi : Le plastique, bourreau de nos océans pollués

Commentaires

Loupit

Cette vidéo est magnifique !

sinon l'autre jour en allant à la bibliothèque (10 min à pied), avec mon copain on a trouvé un cabas de magasin par terre, on l'a ramassé et au fur et à mesure on a mis les objets qu'on trouvait par terre qu'on a mis à la poubelle recyclable en arrivant chez nous. On a bien rempli la moitié du cabas entre les canettes, des papiers et des bouteilles vides. Comme on n'avait rien pour se nettoyer les mains, on a ramassé que ce qu'on pouvait attraper sans s'en mettre partout (pas de gant non plus) donc on a laissé pas mal de trucs quand même comme une bonne vingtaine de mégots...
Pourtant j'habite une ville de banlieue qui ne me semblait pas si crade...
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!