Live now
Live now
Masquer
Une garde-robe responsable, ça passe par -75% d’achats de vêtements neufs
Mode

Une garde-robe responsable, ça passe par -75% d’achats de vêtements neufs

Des chercheuses de l’université de technologie de Sydney en Australie viennent de publier un ensemble de mesures par rapport à la mode, à l’échelle individuelle et industrielle, mais aussi gouvernementale.

Vous commenciez à vous inquiéter des méfaits de la fast-fashion ? C’était sans compter sur ceux causés par l’ultra fast-fashion qui renouvelle ses collections toutes les semaines. De quoi ancrer plus profondément encore dans l’inconscient collectif l’idée d’une mode jetable.

La fast-fashion, déjà dépassée par l’ultra fast-fashion ?

Comme vient de le relever un article du média de vulgarisation de recherches universitaires The Conversation, H&M et Zara combinés ont eu le temps de sortir 11 000 nouvelles références depuis le début de l’année 2022. Et ce qui peut déjà sembler vertigineux de la part de ces mastodontes bien connus de la fast-fashion n’est rien comparé à ce que peut faire le géant de l’ultra fast-fashion Shein : près de 315 000 nouveaux produits sur la même période. De quoi consommer énormément de ressources naturelles, énergétiques et humaines à confectionner, et de dégâts sociaux et de déchets polluants…

D’après les directrices de recherche à l’Institute for Sustainable Futures de l’Université de technologie de Sydney (en Australie), Samantha Sharpe, Monique Retamal et Taylor Brydges, l’industrie de la mode pourrait à elle seule consommer un quart du « budget » carbone mondial restant si l’on veut maintenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C supplémentaire d’ici 2050 (oui car plus personne n’espère inverser le phénomène ou ne serait-ce que le stabiliser…). D’ici 2030, elle utiliserait 35% de terres supplémentaires pour produire des fibres servant aux matières premières.

Fashion Nova sort un dupe du fameux look découpé Miu Miu
Un look de Fashion Nova, une autre marque d’ultra fast-fashion.

On porte nos vêtements moins longtemps alors qu’on en produit 2 fois plus

Dans cette accélération pour aller droit dans le mur de l’écocide, la production de vêtements a eu le temps de doubler ces quinze dernières années, alors qu’on aurait tendance à reporter nos vêtements de moins en moins souvent et longtemps : la durée d’utilisation de nos fringues aurait réduit de 40% en Union Européenne entre aujourd’hui et il y a quinze ans, d’après cette étude de la fondation Ellen MacArthur (association caritative britannique pour une économie plus circulaire).

C’est pourquoi les directrices de recherche de l’université de technologie de Sydney proposent de repenser nos garde-robes. À commencer par réduire de 75% le nombre de vêtements neufs que nous achetons, se tourner uniquement vers des références conçues pour durer, et recycler nos pièces en fin de vie.

Améliorer les conditions des travailleuses textile qui frôlent l’esclavage moderne

Rien de bien nouveau sous le soleil, me direz-vous, mais une piqure de rappel de ces principes de bon sens, en pleine crise climatique partie pour s’aggraver de jour en jour, peut faire du bien. Et puisque l’écologie s’inscrit toujours dans des questions géopolitiques et sociales, les principaux pays fabricants le plus de vêtements que sont le Myanmar, le Cambodge, le Bangladesh et le Vietnam sont considérés comme à « risque extrême » d’esclavage moderne, rappellent les chercheuses.

C’est notamment pourquoi ces dernières proposent également des mesures pour l’industrie : mieux payer les travailleurs textile qui sont surtout des travailleuses, et soutenir les personnes qui risqueraient de perdre leur emploi durant cette transition sociale. Car même si l’industrie enchaîne les effets d’annonce de mesures plus écologiques flirtant souvent avec le greenwashing, elle préfère encore les opportunités économiques et la croissance aux préoccupations environnementales.

Les-géants-de-la-fast-fashion-renouvellent-leur-volonté-de-protéger-les-travailleuses-textile-au-Bangladesh
Dans l’industrie textile, les travailleurs sont surtout des travailleuses. © Pexels

Demander aux gouvernements d’agir pour réguler l’industrie de la mode

Les chercheuses appellent donc évidemment à consommer moins mais mieux : moins de vêtements de première main, se tourner à la rigueur vers la seconde main ou la location en cas de besoin, recoudre et raccommoder nos pièces endommagées, à l’échelle individuelle.

À l’échelle industrielle, demander aux gouvernements d’agir pour réguler l’industrie de la mode, sa consommation de ressources naturelles et son art de jouer avec le code du travail prendra du temps mais doit commencer dès maintenant, expliquent les chercheuses :

« Passer d’un modèle de croissance perpétuelle à une approche durable ne sera pas facile. Passer à une industrie de la mode post-croissance exigerait que les décideurs politiques et l’industrie introduisent un large éventail de réformes et réinventent les rôles et les responsabilités dans la société. »

Renouer un lien émotionnel avec nos vêtements pour sortir de la mode jetable

De façon peut-être plus surprenante, les chercheuses recommandent également de favoriser davantage de diversité dans nos cultures vestimentaires. Ce, dans le but de mieux comprendre les différents us et coutumes autour des fringues à travers le monde, car d’autres cultures ont une approche beaucoup plus respectueuse de l’environnement que la plupart des sociétés occidentales. Une telle diversification pourrait également contribuer à reconstruire des liens émotionnels avec nos vêtements, et donc à s’éloigner d’une conception de la mode comme étant jetable.

Les chercheuses concluent finalement avec bon sens :

« Il vaut mieux agir pour façonner l’avenir de la mode et travailler vers une garde-robe bonne pour les gens et la planète – plutôt que de laisser un raz-de-marée de vêtements gaspillés absorber les ressources, l’énergie et notre budget carbone très limité. »

À lire aussi : Shein a du souci à se faire : AllyLikes, la marque mode d’AliBaba, débarque dans l’ultra fast-fashion

Crédit photo de Une : pexels-lucas-queiroz-1852382


Vous aimez nos médias ? Dites-le nous dans cette enquête !

Les Commentaires
17

Avatar de hellopapimequepasa
19 avril 2022 à 06h59
hellopapimequepasa
même la mulplication des marques éthique me posent question par ce qu'on reste dans le "faire vendre"alors qu'on croule sous les fringues(a titre perso les 3/4 de mes fringues m'ont été donné ou acheté par d'autre du coup je sais pas d'ou elle viennent ).A la limite faire plus de boutiques de revente (pour éviter les colis et pallier au manque de fripe plus proposer des vêtement de tout style ).Si encore les fabriquant de marque éthique faisait des tenue inclusive pour ceux qui n'arrive pas a se vétir dans le vestiaire "classique" (grand,petit,gros,certains handicap ect)mais c'est pas tellement le cas.
2
Voir les 17 commentaires

Plus de contenus Mode

Le défilé Christian Dior haute couture printemps-été 2023 rend femmage à Joséphine Baker
Actualité mode

À la fashion week, le défilé Dior rend femmage à Joséphine Baker

Anthony Vincent

26 jan 2023

argent-couple
Daronne

Pourquoi il faut impérativement parler d’argent avant de faire un enfant

Le court métrage de présentation de la collection Iris van Herpen haute couture printemps-été 2023, révélé le 23 janvier 2023
Actualité mode

Pour la fashion week haute couture, la créatrice Iris van Herpen présente un film sous-marin

Anthony Vincent

25 jan 2023

Les créations haute couture de Schiaparelli pour représenter un lion (pour symboliser la fierté), un léopard (la luxure), et une louve (l'avarice)
Actualité mode

Les têtes de lion, louve et léopard du défilé Schiaparelli scandalisent les réseaux et Peta

Anthony Vincent

24 jan 2023

4
Une femme en manteau à carreaux, pantalon rouge et escarpins au milieu d'un terrain vague en béton © Nappy de la part de Pexels via Canva
Actualité mode

Mode In Seine-Saint-Denis, l’appli pour une mode engagée localement, fera-t-elle des émules ?

Anthony Vincent

23 jan 2023

La couverture de Vanity Fair France décembre 2022-janvier 2023
Mode

Comment la mode se lasse du body-positive et revient à la maigreur heroin chic

Anthony Vincent

22 jan 2023

37
La marque de culotte menstruelle Thinx, reconnue coupable de contenir des substances nocives.jpg
Actualité mode

Les culottes menstruelles Thinx contiendraient des substances nocives, conclut un procès

Anthony Vincent

19 jan 2023

3
Un drapeau chinois qui flotte au vent © glaborde7 de la part de pixabay via Canva
Actu mondiale

En Chine, la population décroit pour la première fois en 60 ans

Anthony Vincent

17 jan 2023

La machoire de Bella Hadid fascine encore et toujours TikTok
Conseils Beauté

La technique TikTok pour avoir la mâchoire de Bella Hadid

Anthony Vincent

16 jan 2023

Un vêtement de sport en matière technique, du polyester © RecycleMan de la part de Getty Images.
Conseils mode

Qu’est-ce que le polyester ? Tout savoir sur ce tissu synthétique

Anthony Vincent

14 jan 2023

La mode s'écrit au féminin