Live now
Live now
Masquer
emmaus-boutique-en-ligne
Société

Emmaüs : un responsable accusé de racisme et de violences sexuelles par des bénévoles

Plusieurs anciens bénévoles d’Emmaüs Déols dans l’Indre ont dénoncé les comportements racistes et les violences sexuelles qu’ils affirment avoir subi au sein de la communauté, de la part de leur responsable. Ce dernier est toujours en poste.

« Racisme et arianisme slave font bon ménage. » C’est ainsi qu’un témoin d’une enquête de StreetPress résume son expérience au sein de l’organisme Emmaüs Déols dans l’Indre. Dans l’article, le média en ligne révèle que le responsable de cette antenne a fait subir à de nombreux bénévoles racisme et violences sexuelles. Plusieurs victimes présumées l’ont dénoncé à la justice. Pourtant, le responsable mis en cause a été maintenu à son poste, malgré de nombreux signalements.

Le responsable accusé de racisme et discriminations

Dans cette enquête, les témoins décrivent « un régime de peur », comme l’a déclaré une ancienne présidente de Emmaüs Indre, surnommée Mathilde*. Selon elle, les bénévoles « Africains du Nord ou subsahariens et des Colombiens noirs de peau sont régulièrement traités de singes, de macaques, de sous-hommes par les fidèles du responsable ». En effet, de nombreux d’entre eux ont affirmé auprès de nos confrères avoir régulièrement subi « des discriminations, des insultes racistes, des violences psychiques ». Des récits confirmés par le dépôt de plainte de l’un des anciens bénévoles.

Six autres compagnons originaires du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne confirment avoir été victimes de discriminations ou de racisme du fait de leur origine. Certains se seraient même vu refuser l’accès à des formations, sans explication. Tandis que l’un déclare que le responsable mis en cause le « traitait d’esclave, et m’humiliait en me nourrissant de banane à la bouche ».

De nombreuses violences sexistes et sexuelles

Outre les comportements racistes, de nombreuses bénévoles femmes déclarent avoir subi du harcèlement et des agressions sexuelles. Comme Owana* qui relate avoir été obligée par le directeur de nettoyer régulièrement son bureau en sa présence : « Il en profitait pour me tripoter les fesses et les seins (…) Il m’appelait ‘la petite pute’ ». La mère de famille dit avoir repoussé à plusieurs reprises les avances « agressives » de son responsable. Il aurait pris la décision de la séparer de son mari – lui aussi bénévole – envoyé dans une autre communauté en mai 2020.

Ou encore Assia*, qui évoque « des avances » qu’elle aurait reçues de la part du responsable. « Il m’a demandé deux fois si je voulais faire l’amour avec lui. Son comportement a changé quand j’ai refusé, il est devenu méchant », affirme-t-elle. Alex G. lui aurait, affirme-t-elle, imposé de faire le ménage tout au long de ses quatre années de présence dans la communauté, malgré ses demandes de changement de poste.

« Il m’a proposé de l’argent et de me mettre à un poste de travail plus facile. Il a même osé taper à la porte de ma chambre le soir. Comme j’ai refusé ses avances, il m’a fait vivre un enfer », relate-t-elle à StreetPress.

Emmaüs France au courant depuis 2017

Dès 2017, des adhérents de l’association ont envoyé des courriers à Emmaüs France pour signaler de graves dysfonctionnements en lien avec le comportement du responsable. Contactée par StreetPress, la fédération dit avoir diligenté une enquête interne en 2018 mais déclare : « Aucun témoignage n’a confirmé les faits évoqués dans les signalements. »

En 2019, plusieurs courriers ont également été envoyés aux services de la préfecture de l’Indre, dénonçant les agissements du responsable. Plusieurs témoins auraient tenté à deux reprises de porter plainte contre l’association au commissariat de police de Châteauroux, sans succès. Malgré toutes ces procédures, le responsable a été maintenu à son poste.

*Les prénoms ont été modifiés.


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Source : SHVETS production de Pexels
Société

Une enquête du Parisien révèle des violences sexuelles à l’Institut national de jeunes sourds de Paris

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Violences sexuelles à l’Hôpital : Roselyne Bachelot, émue, confie son expérience dans C à vous

police pixabay
Société

À Metz, un policier qui frappait son ex-femme et ses enfants a été relaxé par la Cour d’Appel

4
Source : Capture d'écran du compte X de Paris 2024
Société

JO 2024 : accusé de harcèlement, Baptiste Moirot ne portera finalement pas la flamme olympique

Source : TF1 - Capture d'écran de l'émission Sept à Huit
Actualités France

Les nouvelles mesures autoritaires de Gabriel Attal pour lutter contre les violences entre mineurs

9
Bâtiments du 4° bataillon de l'école spéciale militaire de Saint-Cyr Coetquidan ; au premier plan, celui de la 13e compagnie en 2018 // Source : Wikimedia Commons / Alain.Darles EOR Saint-Cyr à Coetquidan 1971 / Licence Creative Commons
Actualités France

Violences sexistes et sexuelles à l’académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan : l’enquête choc de FranceTV

4
Source : Ted Eytan // Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License
Actualités mondiales

La Suède adopte une loi qui autorise les transitions de genre à partir de 16 ans

football // Source : Unsplash / Emilio Garcia
Actualités

PSG-Barça : Les supportrices parisiennes agressées sexuellement lors des fouilles ?

Source : Canva
Société

En Seine-Saint-Denis, 51 femmes enceintes dorment à la rue

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France // Source : Capture d'écran Twitter
Actualités France

La mairie de Paris décroche les pubs pour le livre transphobe des TERF les plus célèbres de France

1

La société s'écrit au féminin