Live now
Live now
Masquer
Couple-téléréalité-naked-and-afraid-of-love
Amours

Un Koh-Lanta NSFW est la meilleure émission de dating du moment (et ça dure depuis 13 ans)

Naked and Afraid of Love, l’émission de télé-réalité dans laquelle les candidats doivent survivre nus dans la jungle tout en essayant de conclure, en est à sa 13e saison. La recette miracle du dating et du divertissement ?

Nus comme des vers, vêtus d’un simple tissu drapé dissimulant timidement leurs parties intimes, les candidats et candidates de Naked and Afraid of Love se battent pour leur survie tout en cherchant l’amour. Depuis 2013, une centaine d’apprentis Tarzan et Jane a déjà tenté de trouver l’âme sœur derrière les buissons vénéneux d’une forêt tropicale.

Dans la bande-annonce de la nouvelle saison, diffusée depuis la fin du mois d’août, on peut observer d’un oeil inquiet et amusé, depuis le confort de notre canapé, de pauvres hères tourner de l’oeil au coin du feu, pleurer à chaudes larmes dans la poussière du désert, se traîner péniblement dans des montagnes enneigées et se confronter à des éléphants courroucés — le tout mêlé à des scènes contrastées de flirts au crépuscule.

Sorte d’hybride entre Koh-Lanta, Man vs. Wild et Adam recherche Ève, Naked and Afraid of Love semble avoir trouvé la recette idéale pour perdurer, puisque l’émission fête ses huit ans. Un miracle, quand on sait que la plupart des dating shows qui fleurissent chaque année dépasse à peine les trois saisons.

Quel est donc le secret de sa longévité ?

L’amour naturiste et survivaliste

En 2015, The Guardian n’hésitait pas à qualifier Naked and Afraid of Love de « la meilleure émission de télé-réalité sur le petit écran ».

Il faut dire que contrairement à la plupart des dating shows, le scénario de l’émission ne se calque pas sur le sempiternel modèle du Bachelor. Car on en a soupé, des versions revues et corrigées de la même intrigue usée où des candidats sont jetés dans des scénarios similaires aux soirées speed dating du bistrot du coin.

Ce qui fait le succès de Naked and Afraid of Love, c’est sa recette unique, entre aventure survivaliste, naturisme et quête de l’âme soeur.

Chaque année, d’autres émissions tentent de changer de formule avec plus ou moins de succèsLove is Blind, où les candidats à l’amour ne peuvent se voir qu’après avoir demandé la main de leur favori, Séduction haute tension où le sexe est formellement interdit, et on en passe.

Mais ce qui fait le succès de Naked and Afraid of Love, c’est sa recette unique, entre aventure survivaliste, naturisme et quête de l’âme soeur. Les protagonistes, qui doivent survivre dans un milieu hostile pendant 21 jours, forment des connexions au milieu des herbes hautes, dans le plus simple appareil. Les modalités sont tellement tirées par les cheveux qu’on croirait à une partie de Kamoulox. 

Et c’est justement ce qui plaît : sans révolutionner le petit écran, l’émission met l’accent sur le courage et la survie plutôt que sur la séduction ou l’appât du gain ! À la clef, aucune récompense si ce n’est une potentielle connexion et une anecdote à raconter en soirée — en plus de l’exposition médiatique bien sûr.

Au lieu de nous montrer des candidats horny et tiraillés par l’embarras du choix qui s’offrent à eux, le plan est resserré sur un couple à la fois et montre l’évolution de leur relation mise à l’épreuve par un quotidien peu hospitalier.

Le coeur et le corps à rude épreuve

Privés de leurs apparats et des artifices, les candidats de Naked and Afraid of Love sont plus vulnérables et se montrent tout entiers à leur promis ou promise — et ce, dès les premières secondes de leur rencontre.

Plutôt que d’élaborer des tactiques pour attirer leur crush dans leurs filets, ils se démènent à chercher du bois et de quoi se remplir la panse ou encore à construire un abri où dormir au chaud. S’ils veulent survivre, pas le temps de niaiser.

Difficile de cacher qui on est vraiment quand on est à poil et pressé par ses besoins vitaux.

On pourrait croire le contexte stressant et épuisant du jeu peu propice aux rencontres, mais le cadre permet aux joueurs d’apprendre à mieux se connaître, sans triche. Difficile de cacher qui on est vraiment quand on est à poil et pressé par ses besoins vitaux !

Les échanges sont plus honnêtes, le corps exhibé H24 est presque désexualisé, et la lumière est braquée sur des qualités et des travers que les candidats auraient mis plus de temps à découvrir autour de verres en terrasse. Dans la saison 5 de Naked and Afraid, un couple s’est même fiancé !

Pourquoi la version française a-t-elle fait un flop ?

En 2015 sur D8 (à l’époque), la France avait lancé sa propre émission de dating dénudée, Adam recherche Ève, basée sur une version hollandaise du programme. Mais le show n’a pas connu le même destin que sa déclinaison survivaliste américaine : au bout de 6 épisodes, faute d’audience, sa diffusion fut brutalement interrompue.

adam-recherche-eve
C’est plus cosy que Koh-Lanta quand même : y a un hamac.

Certes, dans le programme français, tous les joueurs se baladent foufounes et quéquettes au vent, mais contrairement au dating show d’outre-Atlantique, le focus est de nouveau porté sur la séduction. La survie, qui fait ressortir des facettes intéressantes de l’humain et attise la curiosité des spectateurs, y est totalement absente, et la nudité comme les quelques activités superficielles ne servent que de prétextes à peine voilés.

Les mises en garde du CSA pour connotation sexuelle et « non respect de l’image des femme » ont également précipité l’annulation de l’émission.

Sans éviter tous les écueils classiques des télé-réalités, Naked and Afraid of Love a le mérite de nous divertir et d’offrir une belle métaphore de l’amour, qui bien des fois se montre comme une épreuve de survie où chacun se met à nu et doit faire preuve de courage comme de patience.

Alors il ne reste plus qu’à espérer une version française à hauteur de l’originale ! Netflix, t’es pas chaud ?

Crédit photo : Discovery +


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Amours

Source : Srecko Stipovic / Getty Images
Amours

Ancienne nonne, j’ai découvert les applis de rencontre à plus de 60 ans 

1
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Midjourney
Célib

Lili, 19 ans et célibataire depuis 2 ans : « Je suis en quête d’une vie libre et décomplexée »

17
Source : HBO
Amours

La « girlfriend fluffer », ou quand votre partenaire vous utilise comme pansement

4
Source : Midjourney
Célib

Sophie, 29 ans, solo depuis 3 ans et demi : « Le célibat a eu un impact plus que positif sur ma vie sexuelle »

Source : Midjourney / image générée par IA
Psycho-sexo

Les français font moins l’amour : les raisons de cette « récession sexuelle » vont vous surprendre !

2
Lassées d’enchaîner les relations amoureuses déceptives qui les font douter de l’existence de l’amour, le vrai, certaines femmes décident de rejoindre le mouvement “Boysober”. L’idée ? Se “désintoxiquer” temporairement des relations avec le sexe opposé pour mieux appréhender ses relations amoureuses futures.
Psycho-sexo

C’est quoi la tendance « Boysober » qui préconise de se désintoxiquer… des hommes

"Se connaitre queer hors de la jeunesse et de la conso, des fêtes, est encore compliqué. Ça me manque pour penser à l’identité et l’amour sur le long terme", témoigne Alex, lesbienne célibataire de 39 ans, auprès de Madmoizelle // Source : Midjourney
Célib

« Je suis sortie avec des filles de façon fusionnelle, avant d’exploser et recommencer » : Alex, lesbienne célibataire de 39 ans

couple-de-dos
Psycho-sexo

Qui sont les « Passport bros », ces masculinistes à la recherche de femmes soumises et dévouées ?

21
"Crédit : ROMAN ODINTSOV / Pexels"
Amours

J’ai ouvert mon couple, et je l’ai très mal vécu

36
« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d'Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans // Source : Midjourney
Célib

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d’Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans

2

La vie s'écrit au féminin