Live now
Live now
Masquer
Source : Pexels / Cottonbro-studio
Célib

Margot, 22 ans : « Il a fallu attendre 2 ans avant que je réinstalle une appli de dating »

Chaque semaine dans Célib, des personnes de tous genres nous racontent les joies et les questionnements de leur célibat, qu’il soit choisi ou subi. Aujourd’hui, c’est Margot qui nous raconte son célibat « depuis toujours » et sa déception de ne pas réussir à dépasser le deuxième date.
  • Prénom : Margot
  • Âge : 22 ans
  • Lieu de vie : Lyon (Rhône)
  • Orientation sexuelle et/ou romantique : bisexuelle

Depuis combien de temps êtes-vous célibataire ? 

Depuis toujours. J’ai toujours été célibataire mais j’ai quand même eu quelques dates : en moyenne 3 ou 4 par an. J’ai commencé à en faire vers mes 20 ans. Je pense que c’est parce qu’on sortait du confinement et sans dire que je me sentais seule, j’avais envie de rencontrer du monde. Et puis je me suis mise sur TikTok et après quelques videos, j’avais eu des commentaires plutôt positifs donc j’avais eu un petit boost de confiance. 

Concernant les personnes que je date, j’aimerais dire que je n’ai pas de style particulier mais quand au bout de 5 dates avec 5 personnes différentes, je réalise qu’ils étaient tous en école d’art ou de design, et je me dis que finalement, j’ai peut-être un peu un style en particulier

Je fais plus souvent des dates avec des filles que des garçons. Ça me fait mal de l’admettre, mais je n’ai pas toujours confiance avec un garçon et j’ai peur qu’il m’arrive quelque chose. On entend tellement de choses, de dates qui finissent tragiquement… 

Après, j’ai rarement passé le cap du deuxième rencard. Parfois, c’est moi qui ne suis pas spécialement intéressée par la personne et je ne vois donc pas l’intérêt de persister. Parfois, c’est l’inverse, j’ai passé un bon moment et la personne me plaît, mais ce n’est pas réciproque. Alors ça s’arrête là. Ça ne me rend pas particulièrement triste, je n’ai pas l’impression d’avoir perdu l’amour de vie parce que je n’ai pas eu de deuxième date. Ce qui me rend triste, c’est les « après deuxième date » qui ne mènent à rien. Ça peut paraître idiot, mais un deuxième date, c’est un petit espoir, on se dit que peut-être la personne est là pour rester et qu’on va vivre une petite histoire. L’espoir c’est dangereux quand on fait des dates.

Celib_Margot_quote_carre

Comment décririez-vous votre célibat ? 

Comme je n’ai jamais connu autre chose, le célibat m’est familier, un peu comme un bijou de famille qu’on a depuis la naissance et qu’on garde un peu malgré nous.

Votre célibat a-t-il une incidence sur votre vie amicale ou familiale ?

Je ne dirais pas que ça a une influence amicale. Ou alors, dans le sens où j’ai peut-être un peu plus d’amis que d’autres. Des crush qui s’effacent, des dates qui deviennent des ami·e·s…

Au niveau familial, je ressens bien que je suis célibataire. Ça n’est pas pesant, mais on me le fait remarquer ou on me reproche d’être cachotière. Je pense que ça rassure ma famille de s’imaginer que j’ai une vie romantique secrète plutôt que d’admettre que je suis toujours célibataire.

Estimez-vous que le célibat a un impact sur votre moral, au quotidien ?

Plutôt non que oui. Ma vie a toujours été comme ça, donc je ne ressens pas un grand impact. De temps en temps ça me rend un peu triste, j’ai l’impression que je rate un truc ou j’ai l’envie de partager ce qui se passe, mes envies et mes émotions. Mais comme tout, ça passe.

Être célibataire vous permet-il des choses que vous ne pourriez pas faire en couple ?

Hmm, oui. C’est pas non plus le jour et la nuit, mais quand je pense à mes amis qui sont en couple et qu’ils me parlent de leur relation, je me rend compte que j’ai certaines « libertés » : je me suis jamais stressée ou même demandée si une coupe de cheveux,  une couleur, un tatouage, un piercing pouvait affecter mon couple. Je n’ai jamais eu à me demander si la personne avec qui je sors prenait mal que je vois telle ou telle personne. Je n’ai pas peur qu’on me trompe, je n’ai pas à partager mon lit… Rien de bien exceptionnel, mais faut bien qu’il y ait des avantages !

À l’inverse, est-ce que cela vous empêche de faire des choses que vous pourriez faire si vous étiez en couple ? 

Là aussi je pense c’est pareil, rien d’incroyable mais du coup je ne peux pas vraiment faire de truc un peu romantique comme un dîner en couple. Je peux manger seule bien sûr, mais je dois faire une croix sur les gestes tendres. En y réfléchissant, il y a beaucoup de choses que je peux faire moi-même ou avec un.e ami.e, mais l’intention n’est pas la même. Certaines expériences seraient peut-être mieux en couple.

Cherchez-vous activement à trouver une relation amoureuse ? 

Activement c’est pas le mot. Je suis sur Tinder, mais je n’y vais pas tous les jours, ou alors sur une courte période. Tous les 2-3 mois pendant 2-3 semaines j’y vais régulièrement, parle avec quelques matchs, je fais 1 ou 2 dates et après j’arrête parce que je me lasse de l’appli.

J’ai téléchargé pour la première fois l’appli à une soirée pyjama avec ma meilleure amie pendant ma première année de fac. Mais j’avais vraiment pas aimé l’ambiance, les garçons voulaient que des plans d’un soir et les filles, bah il fallait les trouver… Il a fallu attendre 2 ans avant que je réinstalle une appli, Fruitz. C’était prometteur et fun, mais après 2 dates un peu décevants avec des filles, j’ai supprimé l’appli et réinstallé Tinder.

Aujourd’hui, je suis plus détendue sur les applis, je me prends moins la tête. Je sais que pas mal de personnes sont là pour des plans d’un soir, mais maintenant y a une petite vignette qui dit ce que les gens cherchent c’est plus clair. Et puis, je le fais moins avec la volonté de trouver l’amour absolu, donc j’ai moins de pression.

Le célibat amoureux a-t-il un impact sur votre vie sexuelle ? Cherchez-vous activement à rencontrer un.e ou plusieurs partenaire.s sexuel.s (ponctuels ou réguliers) ? 

Parce que quitte à rien avoir, autant ne rien faire, je suis vierge. Alors c’est sûr que sur les applications et même lors de rencontres tout court, ça crée tout de suite un petit blocage. D’un côté, on a une petite gêne partagée, même si on entend souvent parler de ceux qui ont comme mission d’être la première fois de plusieurs filles, la réalité c’est que c’est rarement le cas. Les filles n’ont pas spécialement envie de passer la nuit à t’expliquer comment le faire et les garçons ont un peu peur que tu changes d’avis au dernier moment ou que tu ne sois pas à l’aise. Et bien qu’on essaye de nous dire qu’être vierge c’est pas si important, je vous mets au défi de faire un saut en parachute avec un.e inconnu.e en espérant qu’iel sache comment faire ! C’est pareil pour la première fois avec quelqu’un·e qu’on ne connaît pas.

Plus sérieusement, c’est toujours une petite anecdote marrante à sortir en soirée, les nouveaux sont choqués, on te demande si c’est parce que tu as vocation de bonne soeur et ça entraîne des conversations sur la sexualité très intéressantes, mais ça rend les choses de plus en plus compliquées avec le temps.

Ressentez-vous une forme d’injonction à être en couple ?

Pour l’instant ça va, mais je pense qu’une fois passé le cap des 25 ans, si je n’ai toujours pas eu quelqu’un, ça commencera à devenir une pression sociale et même un peu personnelle. 

En vrai, un an de plus ou de moins au fond, qu’est ce que ça change ? Pas grand chose, sauf que 25 ans, c’est un quart de siècle, beaucoup d’entre nous ont des parents qui ont eu leur premier enfant à cet âge ou alors se sont mariés. Alors même si aujourd’hui, on sait que les gens se marient et font des enfants plus tard, je pense que le nombre marque. 25 quart de vie, quart vide en amour, ça fait réfléchir. Et puis à cet âge-là, beaucoup ont connu l’amour ou quelque chose qui s’y apparente.

Quels sont vos projets pour le futur ? Le célibat a-t-il un impact sur ces envies et ces projections ?

Je veux definitivement me marier, ça toujours été un rêve. Cependant, je ne veux pas d’enfant, en tout cas je n’en veux pas à 80 %. Je pense que là encore, ça risque de jouer plus tard, mais beaucoup de gens sont dans le même cas que moi et n’en veulent pas. Pour l’instant, je ne me vois pas me marier avant encore quelque temps donc je ne pense pas que mon célibat affecte tant mes projets, en tout cas pas encore.

Avez-vous une anecdote sur le célibat à partager ?

Une fois par curiosité quand j’avais 18 ans, j’ai demandé à ma mère comment elle réagirait si je lui annonçais que j’étais enceinte. Sa réponse ? « Je serais contente pour toi, ça voudrait dire que tu as enfin rencontré quelqu’un. »

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

1
Avatar de alice-louve
16 juin 2023 à 16h06
alice-louve
Très intéressantes comme réflexions, merci de les avoir partagées!
Je n'arrive pas à déterminer si la réflexion de la daronne (à la fin de l'article) est attendrissante ou affreusement normative
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Célib

Source : Midjourney
Célib

Lili, 19 ans et célibataire depuis 2 ans : « Je suis en quête d’une vie libre et décomplexée »

19
Lifestyle

Fête des Mères : 5 idées d’activités cocooning pour se faire plaisir

Humanoid Native
Source : Midjourney
Célib

Sophie, 29 ans, solo depuis 3 ans et demi : « Le célibat a eu un impact plus que positif sur ma vie sexuelle »

"Se connaitre queer hors de la jeunesse et de la conso, des fêtes, est encore compliqué. Ça me manque pour penser à l’identité et l’amour sur le long terme", témoigne Alex, lesbienne célibataire de 39 ans, auprès de Madmoizelle // Source : Midjourney
Célib

« Je suis sortie avec des filles de façon fusionnelle, avant d’exploser et recommencer » : Alex, lesbienne célibataire de 39 ans

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d'Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans // Source : Midjourney
Célib

« Je co-parente mon enfant avec ma mère » : témoignage d’Olivia, lesbienne célibataire de 42 ans

2
Prune, 31 ans : « J'ai toujours sécurisé mon prochain crush avant de rompre » // Source : Midjourney
Célib

« J’ai toujours sécurisé mon prochain crush avant de rompre » : Prune, célibataire de 31 ans

Source : Midjourney
Célib

Mélissa, 25 ans, célib depuis 2 ans : « Être en couple n’empêche pas forcément de finir sa vie seule »

Source : URL
Célib

Patricia, 38 ans : « Je me considère comme une célibataire radicale »

2
Source : Midjourney
Célib

Margaux, 24 ans, célibataire depuis 5 ans : « À un moment, je cherchais et je voyais l’amour partout »

11
Source : Midjourney
Amours

Sophie, 39 ans : « J’essaye de soigner ma dépendance affective » 

Source : Unsplash / Daniel Lezuch
Célib

Chloé, 25 ans : « Pour les dates, je me dis toujours ‘au pire, je découvre un bar ou un resto sympa’ »

La vie s'écrit au féminin