Emmaüs lance sa plateforme de seconde-main, et elle est bien sûr solidaire !


Label Emmaüs lance la plateforme qui transforme le don d'objet en don financier ! Voilà comment ça marche et quelle est la différence avec les plateformes type Vinted.

Emmaüs lance sa plateforme de seconde-main, et elle est bien sûr solidaire !Junko Nakase Unsplash

2021 semble être l’année de la concurrence pour Vinted ! En effet, de nombreux sites du genre voient le jour les uns après les autres.

Le dernier en date, c’est Emmaüs, qui a lancé ce dimanche 25 janvier sa plateforme Trëmma. Le principe est similaire à celui de Vinted, Le Con Coin ou encore La Reboucle… à cela près que l’objectif de Trëmma est d’encourager le don plutôt que la vente, et que l’on ne vend pas exactement à des particuliers.

Ne vous inquiétez pas, on vous explique tout.

Emmaüs lance Trëmma pour développer sa présence numérique

Ces derniers temps, Emmaüs a rencontré une baisse des objets récoltés, et souhaite encourager de nouveau le don avec sa nouvelle plateforme.

Dans un communiqué, l’orgasnime parle d’une « urgence de la transition numérique ». En effet, la pandémie de Covid-19 a entraîné un besoin croissant d’outils numériques, et Emmaüs estime que le secteur de la solidarité est encore trop peu équipé pour y faire face.

« Trëmma reste fidèle à l’esprit combatif du mouvement fondé par l’abbé Pierre en proposant une nouvelle forme de solidarité qui permet de donner un objet en ligne pour financer un projet social et solidaire !

Prolongement en ligne des dépôts Emmaüs, Trëmma transpose dans le monde numérique l’acte de don matériel et investit le Web pour créer une alternative solidaire aux sites de vente entre particuliers. »

Avec le don d’objets en ligne, Trëmma espère toucher de nouveaux donateurs connectés, jeunes et engagés.

Trëmma par Emmaüs, c’est quoi exactement ?

L’objectif de Trëmma est de proposer une nouvelle manière de s’engager en agissant concrètement et depuis chez soi. En donnant un objet en ligne, vous favorisez la seconde-main, tout en participant au financement de projets sociaux et solidaires.

En 2016, Label Emmaüs avait déjà lancé sa plateforme d’e-commerce, dont le catalogue est exclusivement alimenté par ses partenaires de l’économie sociale et solidaire (ESS). C’est tout simplement l’équivalent d’une boutique en ligne, gérée par le groupe, sur laquelle nous pouvons acheter des produits.

Trëmma en revanche, c’est une plateforme sur laquelle les particuliers mettent eux-même leurs produits — lesquels, une fois validés par l’équipe, peuvent alors être achetés.

Mais lorsque vous achetez un objet sur Trëmma, l’argent ne revient pas à la personne qui l’a mis en ligne : il va à la structure solidaire que ladite personne a sélectionné.

Comment utiliser la plateforme Trëmma ?

Pour utiliser Trëmma, il suffit de créer une annonce comme on le ferait sur n’importe quelle autre plateforme de seconde main.

Vous choisissez à quel projet de solidarité vous voulez faire don de votre objet, puis vous n’avez plus rien à faire, l’équipe Emmaüs prend le relais.

Un modérateur (salarié en insertion, précise Emmaüs) complète ensuite l’annonce, la met en vente sur label-emmaus.co, et si elle trouve preneur, le prix de la vente est reversé au projet de solidarité que vous avez choisi.

Au lieu de vendre, vous donnez gratuitement ; c’est Emmaüs qui va gère la suite et reverse l’argent à des structures solidaires.

À qui bénéficient vos dons à Trëmma ?

Avec Trëmma, vous contribuez donc à faire marcher le secteur de la seconde-main en décidant de quelle structure profitera des bénéfices parmi une liste définie, que voici.

  • La ferme de réinsertion de Emmaüs Baudonne, un lieu d’accompagnement pour des femmes en fin de peine de prison.
  • Emmaüs Connect France avec l’association Les Eaux-Vives à Nantes, qui lutte contre l’exclusion numérique des plus fragiles en proposant équipement, moyens de connexion et accompagnement sur les compétences numériques essentielles.
  • Emmaüs Toulouse : l’une des plus grandes communautés Emmaüs de France, qui accueille près de 150 compagnons en situation de précarité.
  • La Ressourcerie du Pays d’Issoire collecte chaque année 140 tonnes d’objets, dont 90% sont réemployés ou recyclés. En plus de participer activement au réemploi des objets, l’association accueille 12 salariés en contrat d’insertion.

Le principe de Trëmma est le même que lorsque vous donnez vos affaires en main propre, sauf que vous pouvez désormais le faire de chez vous, en toute sécurité, à n’importe quelle heure. Vous n’avez même plus besoin de faire le voyage jusqu’à une boutique Emmaüs potentiellement loin de votre domicile.

Avec les difficultés que l’on rencontre actuellement pour sortir, ne serait-ce que pour aller faire des courses, il est naturel de trouver encore moins le temps que d’habitude pour ce genre d’activités… Mais l’ère de la solidarité numérique ne fait que commencer !

À lire aussi : Clear Fashion, l’appli qui analyse nos vêtements, ajoute l’option scan code-barre !

Caroline Arénas

Caroline Arénas

Carotte est rédactrice Mode. Elle aime tout ce qui est les chiots, les graines et l'automne. C'est aussi elle qui écrit cette description à la troisième personne.

Tous ses articles

Commentaires

Tata Nini

@megann31 Je pense que la plupart des personnes ne jugent pas forcément ceux qui y vont "alors qu'ils ont les moyens" mais plus ne se sentent pas à l'aise et ont peur de profiter d'une structure au détriment de "ceux qui n'ont pas les moyens". Souvent c'est par méconnaissance de la manière dont ces associations fonctionnent. J'avoue que avant que ma bèlle-mère soit volontaire au secours populaire et qu'elle m'explique tout ça j'étais de la team je donne mais je n'y vais pas, d'autres en ont plus besoin.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!