Live now
Live now
Masquer
Blair
Daronne

« Travailler est la culpabilité absolue » : Leighton Meester est une mère qui s’en veut, comme trop d’autres

L’actrice de 35 ans, Leighton Meester, a beaucoup de boulot en ce moment et culpabilise de passer moins de temps avec ses deux enfants. Pression sur les mères, quand tu nous tiens !

Leighton Meester, la mythique Blair Waldorf de Gossip Girl, personnage mi-peste, mi-attachante — non, je n’écrirai pas attachiante, je me respecte — a une carrière prometteuse et un emploi du temps bien rempli. Elle est notamment à l’affiche, sur Netflix, de l’adaptation du best-seller The Weekend Away.

L’actrice est également mariée à Adam Brody depuis 2014 et mère de deux jeunes enfants : Arlo, petite fille de 6 ans et un garçon né en 2020 dont le prénom n’a pas été dévoilé.

Et voilà, comme la plupart des mères qui travaillent, elle culpabilise ! C’est en tout cas ce qu’elle a confié lors d’une interview au magazine Etonline.

L’actrice peine à concilier vie pro et vie perso

Comme Leighton Meester l’explique très bien, travailler lorsque l’on est mère met en branle une culpabilité parfois très intense. Et cela est bien entendu lié aux pressions sociétales sur les mères. Elle l’explique au magazine Etonline :

«Travailler est la culpabilité absolue, parce que je veux être sur les plateaux, je m’y amuse.

Bien sûr, c’est super mais ce monde et cette société ne nous permettent pas vraiment de nous sentir bien en allant travailler et en laissant nos enfants. »

Capture d’écran 2022-03-08 à 10.44.01
(© Instagram/Leighton Meester)

Et cette culpabilité semble prendre une ampleur plus importante encore avec l’arrivée de son second enfant :

« Ce sentiment ne s’atténue pas avec le temps.

Je pensais que ça s’améliorerait, mais pas du tout. Et maintenant que j’ai un deuxième enfant, je me sens encore plus mal. C’est un double coup dur qui me fait comprendre qu’il y a désormais un bébé qui a besoin de moi. »

Le soin des enfants repose encore trop souvent sur les épaules des mères.

On comprend donc très bien ce que ressent Leighton Meester, même si elle doit être grandement aidée dans son quotidien, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

On attend tout des mères

On continue souvent de considérer comme valable uniquement la relation de l’enfant à la mère alors que celle au père ou à un autre co-parent peut être tout aussi importante.

On nous assène des contre-vérités qui engendrent cette culpabilisation. L’engagement professionnel des mères serait nocif pour l’équilibre psychologique des enfants. Pour un enfant, rien ne vaudrait sa mère… C’est ce que l’on entend trop souvent mais cela n’a aucun fondement psychologique.

Les études durables ne montrent pas de différences notables entre les enfants gardés par leur mère ou par d’autres moyens, comme l’explique Sylviane Giampino, psychologue de l’enfance, psychanalyste, présidente du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge, dans son livre Les mères qui travaillent sont-elles coupables ? L’autrice précise :

« Soucieuses du bonheur de leurs enfants, les mères voudraient que rien ne leur manque. Probablement à cause de l’enfantement, la présence maternelle est associée à sa présence physique. Le lien maternel est généralement représenté par un lien corporel.

En conséquence, la séparation est communément associée à un manque, et le manque associé à l’absence. Alors les mères sont tristes de laisser leurs enfants et se sentent coupables de travailler. Or les enfants ne vivent pas les choses ainsi. »

Au travail, on ne doit pas être mère et lorsqu’on est dans son rôle de mère, on ne doit pas avoir de travail. Cherchez l’erreur…

On dit aux mères aussi qu’il serait mauvais pour les enfants qu’elles culpabilisent car ils ressentent les choses… et une injonction culpabilisante de plus ! Y a-t-il une sortie dans ce labyrinthe sans issue ? Parler, dédramatiser, exprimer ses difficultés… pour peut-être arrêter les pressions diverses et variées sur les mères !

Et si on pouvait travailler, ne pas travailler, être la mère que l’on souhaite être, sans recevoir les foudres du patriarcat ? Ce serait cool !

À lire aussi : Pink se sent « submergée » par la maternité et « pleure souvent dans son placard »

Image en une : © Gossip Girl/Warner Bros. Television

Les Commentaires
23

Avatar de hellopapimequepasa
14 mars 2022 à 16h49
hellopapimequepasa
j'avais été extrêmement choquer par une saison de dals ou un des mecs avait participer alors que sa femme avait accouché y a pas longtemps..les jurée parlait de lui limite comme si c'était un héros alors que le mec était partit a l'autre bout de la france laissant sa femme seule a gérer le post partum,le bébé et les autres enfants!!!
0
Voir les 23 commentaires

Plus de contenus Daronne

Daronne
gender-reveal-party

Les « gender reveal parties », ce fléau sexiste

Manon Portanier

03 oct 2022

13
Daronne
quel-lessive-bebe-choisir

Voici 3 lessives spécialement faites pour les bébés (mais qui ne doivent pas se manger non plus)

Manon Portanier

01 oct 2022

5
Daronne
lyceen-marchent-couloir-ecole

Les enfants transgenres pourront désormais porter le prénom de leur choix à l’école

Chloé Genovesi

30 sep 2022

29
Daronne
films-annees-90

Ces 6 films des années 90 que j’ai hâte de faire découvrir à mes enfants

Manon Portanier

29 sep 2022

11
Parentalité
[Site web] Visuel horizontal Édito

Au fait, ça sert à quoi un sac à langer ? Il y a quoi dedans ?

Manon Portanier

29 sep 2022

8
Daronne
femme-heureuse-joyeuse

30 % des femmes en âge de procréer déclarent ne pas vouloir d’enfants

Chloé Genovesi

28 sep 2022

38
Pop culture
Serena Williams sur le plateau du talk-show de Drew Barrymore

Pourquoi Serena Williams ne voulait pas de sa fille dans les gradins pendant ses matchs ?

Anthony Vincent

28 sep 2022

Chère Daronne
conjoint-aime-pas-belle-famille

Mon mec n’aime pas passer de temps avec ma famille et ça me vexe

Chère Daronne

28 sep 2022

14
Daronne
[Site web] Visuel horizontal Édito

935 millions pour revaloriser l’enseignement : mesures engagées ou simple effet d’annonce ?

Chloé Genovesi

27 sep 2022

Daronne
Crédit : Jonathan Borba / Pexels

Dans les maternités, la lente évolution de la place du coparent

Pour les meufs qui gèrent