Live now
Live now
Masquer
Trans Rights / Droits des personnes trans
Société

Transphobie dans le sport : le Wyoming interdit aux élèves trans de rejoindre des équipes féminines

Après les toilettes publiques et les drag shows, le sport devient le nouveau terrain privilégié de la croisade anti-trans aux États-Unis. Lundi 20 mars, le Wyoming a adopté une loi qui interdit aux élèves trans de jouer dans des équipes féminines. Une mesure discriminante et injuste, qui s’inscrit dans la lignée des législations anti-LGBTQIA+ fleurissant dans le pays.

Le Wyoming poursuit sa descente aux enfers. Après avoir interdit quelques jours plus tôt la pilule abortive (qui permet 54 % des avortements aux États-Unis), cet état de l’ouest du pays a promulgué une loi interdisant aux athlètes transgenres de jouer dans des équipes féminines. Cette loi s’applique aux tournois interscloraires, pour tous les élèves du CM1 à la Terminale.

Le Wyoming devient ainsi le 19ᵉ état à adopter ce type de mesure transphobe pour limiter la pratique sportive.

Le gouverneur laisse passer le projet de loi sans le signer

Le gouverneur républicain Mark Gordon a choisi de ne pas déposer de véto à l’encontre du projet de loi, déclarant qu’il soutenait l’« objectif global de maintenir une équité dans les sports féminins de compétition ». Ménageant la chèvre et le chou, il n’a pas non plus signé le texte, justifiant son choix dans une lettre officielle : « Cette interdiction est excessivement sévère, discriminatoire, ne prend pas assez en compte les facteurs individuels ou les circonstances atténuantes, et ignore les principes fondamentaux d’égalité », comme le rapportent nos confrères de El País. Rappelons tout de même que, la semaine dernière, ce même gouverneur appelait les législateurs du Wyoming à inscrire l’interdiction totale de l’avortement dans la constitution du Wyoming.

Une loi qui s’inscrit dans une croisade législative plus large contre les personnes trans aux États-Unis

La loi sur l’interdiction de jouer dans une équipe féminine prendra effet le 1ᵉʳ juillet et interdira aux « élèves de sexe masculin de participer à des compétitions au sein d’équipes de sport conçues pour les élèves de sexe féminin ». Cette loi s’inscrit dans la lignée d’une douzaine de propositions du genre, portées par des élus républicains à travers le pays, pour restreindre les droits des personnes trans. Dans le viseur des conservateurs, on retrouve notamment les drag shows, ou les toilettes, vestiaires et autres lieux genrés dont on interdit l’accès aux personnes trans.

L’ACLU (American Civil Liberties Union of Wyoming), un syndicat de protection des libertés civiques, s’est insurgé contre l’inconstitutionnalité de la loi, en violation du Civil Rights Act, sans indiquer pour autant si elle comptait engager des poursuites judiciaires. En parallèle, l’association pour les droits LGBTQIA+ Wyoming Equality a promis un procès et a dit avoir contacté plusieurs associations qui pourraient les rejoindre dans cette démarche.

À lire aussi : Ne vous laissez pas avoir par les débats transphobes de certaines « féministes » autour des thérapies de conversion

Des dispositions prévues dans la loi en cas de procès

Le texte de loi spécifie que dans l’éventualité où un procès serait intenté, la loi serait suspendue et une commission provisoire, composée de cinq représentants des activités scolaires de l’établissement concerné, serait mobilisée pour trancher au cas par cas sur l’éligibilité de ses élèves à rejoindre ou non des équipes genrées, qui ne « correspondraient pas au sexe assigné à l’étudiant à la naissance ».

L’Idaho, état voisin du Wyoming, a été le premier à exclure des athlètes de certains sports ou équipes en raison de leur transidentité en 2020. Une loi qui avait ouvert la voie à d’autres états conservateurs, comme la Floride, la Caroline du Sud, le Tennessee ou le Texas. Un élan qui ne faiblit pas, alors qu’au Kansas, la gouverneure démocrate Laura Kelly a posé un véto pour la troisième année consécutive sur un projet de loi similaire. Les législateurs prévoient d’outrepasser cette décision (ou en tout cas d’essayer) dans les semaines à venir, révélant, une fois de plus, l’urgente nécessité de mieux protéger les droits des personnes LGBTQIA+.


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

46
Avatar de Cha_215
26 mars 2023 à 15h03
Cha_215
@Horion @Alzire J'ai biguppé mais je voulais quand même laisser un petit commentaire en plus pour vous dire que je partage complètement votre point de vue.
Et @Horion merci infiniment pour tes messages dans lesquels tu fais preuve de pédagogie alors même que ça doit être extrêmement difficile pour toi.
J'espère que tu prends des pauses de temps en temps pour te préserver
6
Voir les 46 commentaires

Plus de contenus Société

Source : Charles LeBlanc / Flickr
Actualités mondiales

Mort d’O.J Simpson : cette autre affaire de violences conjugales que ses avocats auraient caché dans le cadre du « procès du siècle »

Source : Linda Prebreza
Actualités beauté

PFAS : découvrez dans quels cosmétiques vous pouvez trouver des polluants éternels 

Source : Ståle Grut / NRKbeta
Société

Victime de deepfake porn, Alexandria Ocasio-Cortez raconte

1
Source : Coyau / Wikimedia Commons
Société

MeToo à l’hôpital : le très médiatique urgentiste Patrick Pelloux accusé d’être un « prédateur sexuel »

4
Jacques Doillon // Source : URL
Société

Affaire Jacques Doillon : accusé d’agressions sexuelles par plusieurs actrices, le cinéaste dénonce « un effet de meute »

1
9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

131 - WinoraBikes-Rotterdam_Day-02 - L1120623
Lifestyle

« Le vélo électrique, éloigne les relous » : 3 bonnes raisons de se mettre au vélo électrique quand on est une meuf

Emmanuel Macron // Source : Capture YouTube
Société

Emmanuel Macron veut décorer Michel Sardou et Thierry Ardisson, et c’est un problème

2
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Gayatri Malhotra / Unsplash
Société

L’Arizona valide une loi vieille de 160 ans qui interdit l’IVG même en cas d’inceste ou de viol

3

La société s'écrit au féminin