Live now
Live now
Masquer
Cet étudiant a été interdit de bal de promo pour une raison rageante de cliché sur les genres // Source : Capture d'écran Instagram
Société

Ce lycéen trans a été interdit de bal de promo pour une raison rageante de cliché sur les genres

Si vous trouviez les bals de promo aux États-Unis clichés, dites-vous que c’est encore pire pour les personnes trans et non-binaire, comme vient d’en faire les frais B. Hayes, lycéen dans le Tennessee. Assigné femme à la naissance, il a été interdit de se présenter en costume à la fête, ce qui est absurdement violent. Et alarmant pour tous et toutes.

Passage obligé de bien des séries et films états-uniens tournant autour de la vie de lycéennes et lycéens, le bal de promo de fin d’année se présente souvent comme un moment de fête. Mais cette tradition ne semble pas supporter la transgression, aussi minime soit-elle, si l’on en croit une publication Instagram postée le 23 avril en train de devenir virale.

On y voit une jeune personne en costume noir, tenant une pancarte avec écrit : « they wouldn’t let me in, because I’m in a suit » (Ils ne me laissent pas rentrer, car je porte un costume). En arrière-plan, on devine son établissement scolaire, devant lequel stationne une voiture le temps de laisser descendre des femmes en robe de bal de promo et des garçons en costume trois-pièces, conformément aux clichés. Mais, pour comprendre la violence symbolique de cette photo, il faut lire la légende de B. Hayes qui l’a postée.

Pourquoi ce lycéen a-t-il été interdit de bal de promo alors qu’il portait un costume ?

En légende, le lycéen (qui veut qu’on utilise les pronoms « they/he » d’après sa bio Instagram) précise :

« Je m’appelle B Hayes. J’ai 18 ans et je fréquente la Nashville Christian School depuis 13 ans. mon bal de fin de lycée était aujourd’hui et je n’étais pas autorisé à entrer parce que je portais un costume. Je ne devrais pas avoir à me conformer à la féminité pour assister à mon bal de fin de lycée. Je ne ferai aucun compromis sur qui je suis pour rentrer dans une case. Qui êtes-vous pour nous dire ce que signifie être une femme ? »

À lire aussi : 13% des jeunes en France ne sont « ni homme ni femme » : la non-binarité, c’est quoi ?

Seuls les hommes cisgenres ont le droit de porter un costume au bal de promo ?

On peut donc comprendre que B. Hayes ne se reconnaît pas dans le genre qui lui a été assignée à la naissance, visiblement celui de femme que son lycée compte bien lui rappeler. Interrogée par le média Teen Vogue, l’établissement scolaire a précisé ses intentions :

« Les attentes de l’école concernant la tenue de bal appropriée ont été communiquées à cet élève et à sa famille avant le bal. Bien que nous respections certainement le droit d’un élève de ne pas être d’accord, tous nos élèves savent d’après notre manuel scolaire que lorsqu’ils ne suivent pas ces attentes lors d’événements parrainés par l’école, on peut leur demander de partir. »

Le règlement, c’est le règlement, aussi bête et violent soit-il. Ce n’est donc pas demain la veille qu’on pourra se pointer dans la tenue que l’on souhaite, tant qu’elle respecte le degré de formalité exigée par l’événement.

À lire aussi : Kelsi Phụng, artiste non-binaire : « La non-binarité n’est pas un phénomène de mode »

Si les hommes cisgenres ont le droit de venir en costume, pourquoi pas les autres identités de genre ? En effet, vu le règlement de cet établissement, même une femme cisgenre qui aurait voulu porter autre chose qu’une robe en aurait été interdite. Encore une fois, les règles qui restreignent la vie des personnes trans (personnes non-binaires comprises) en disent long sur la vision extrêmement binaire que nos sociétés occidentales entretiennent encore autour des genres. Une obsession de la binarité parfois absurde, excluante, et même violente, pour laquelle les personnes trans servent malgré elles de bouc-émissaire épouvantail.

Cet étudiant a été interdit de bal de promo pour une raison rageante de cliché sur les genres // Source : Capture d'écran Instagram

Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

4
Avatar de Cafedusoir
15 mai 2023 à 18h05
Cafedusoir
Je comprends pas beaucoup le rapport entre son genre et le fait qu'il ait voulu porter un smoking et je reconnais ne pas vouloir comprendre.
Si ça avait été une femme, ça n'aurait rien changé. En 2023, les femmes ont le droit de porter des pantalons dans leur quotidien. C'est absurde et arriéré d'avoir un règlement qui les oblige à porter une robe pour un bal de promo. Il a d'ailleurs bien raison quand il souligne que personne ne devrait lui dire ce que c'est que d'être une femme. Il avait un très beau costume en plus de ça.
5
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Société

manifestation-IVG-etats-unis
Société

Le saviez-vous : l’IVG est illégale en Allemagne… mais ça pourrait bientôt changer

Deux femmes en blouse blanche devant un microscope // Source : Alena Shekhovtsova de corelens
Politique

Être intelligent rendrait de gauche, d’après une étude qui n’étonnera que les gens de droite

10
3 novembre 2021 9h33 inegalites salariales les glorieuses
Société

Ces domaines sont les plus touchés par les inégalités salariales, selon une étude

Source : Midjourney
Déclic

Célia, 24 ans : « J’ai compris l’importance du féminisme en jouant au Trivial Pursuit »

femme médecin
Société

Violences sexistes et sexuelles à l’hôpital : « 78 % des femmes médecins en subissent » (Interview)

Love Lies Bleeding
Culture

Insultes lesbophobes, violences : des homophobes saccagent une séance de Love Lies Bleeding, avec Kristen Stewart

1
Giorgia Meloni // Source : Vox
Actualités mondiales

En Italie, une nouvelle loi autorise les militants anti-avortement à entrer dans les cliniques IVG

macron coupe du monde
Actualités France

Emmanuel Macron mécontente 3/4 des Français·e·s (et surtout les femmes), selon un nouveau sondage

1
Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l'exclusion de l'Afghanistan // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

JO 2024 : Friba Rezayee, première femme afghane à participer aux Jeux olympiques, demande l’exclusion de l’Afghanistan

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l'Unicef // Source : Capture d'écran YouTube
Actualités mondiales

Leïla Bekhti alerte sur le sort tragique des enfants à Gaza, avec l’Unicef

La société s'écrit au féminin