Live now
Live now
Masquer
gray man netflix
Cinéma

The Gray Man avec Ryan Gosling : que vaut le film le plus cher de Netflix ?

Un budget de 200 millions de dollars, c’est beaucoup. Mais est-ce que ça suffit pour rendre le blockbuster de Netflix convaincant ?

Dimanche soir. Depuis vendredi, vous voyez que The Gray Man caracole dans le Top Netflix des programmes les plus regardés en France.

Vous finissez même par vous demander si le film vaut que vous lui consacriez 2 heures et 8 minutes de votre temps. Pour vous aider à vous décider, on vous livre notre avis sans spoils !

Les ingrédients du succès

Pour préparer le blockbuster capable de lancer une saga à la hauteur de James Bond ou Jason Bourne, Netflix a mis un soin minutieux dans le choix de ses ingrédients. En n’oubliant pas de commencer, bien sûr, par ce que la plateforme considère comme son petit ingrédient magique : un budget à 9 chiffres.

Vient ensuite l’étape de la réalisation. Derrière les très nombreuses caméras de The Gray Man on retrouve Anthony et Joe Russo à qui l’on doit notamment Avengers : Endgame. Pour rappel, ce dernier film a presque atteint les 3 milliards de dollars de recette, devenant le film le plus vu et le plus rentable de l’histoire du cinéma. (Pour l’anecdote, Avatar a repris la tête du classement en mars 2021 lors d’une sortie en Chine.) Autant dire que les frères Russo sont habitués aux projets d’envergure.

gray man netflix
© Netflix

L’autre composant majeur de The Gray Man, c’est son casting cinq étoiles. Cinq étoiles, au sens propre puisque le film rassemble Ryan Gosling, Ana de Armas, Chris Evans, Alfre Woodard et enfin, Regé-Jean Page. On termine avec un scénario adapté d’une saga à succès, composée de dix romans signés Mark Greaney. Et on enfourne.

Une recette qui fonctionne !…

Vous connaissez désormais la recette de The Gray Man. En cela, vous savez ce qui constitue sa plus grande qualité…autant que sa plus grande faiblesse.

Qualité, parce que le film est redoutablement efficace et tient ses promesses de bout en bout. Les séquences d’action s’enchaînent à intervalles réguliers dans un rythme qui frise la fureur. Le montage sert moins à raconter une histoire qu’à empêcher le spectateur de cligner des yeux sous peine de manquer l’écroulement d’un monument historique et la mort de vingt-quatre figurants.

Pendant deux heures intenses, on assiste à une surenchère de cascades, d’effets spéciaux, d’idées de mise en scène toujours plus extrêmes. Certaines séquences réussiront probablement même à vous décrocher la mâchoire tant elles sont audacieuses — presque culottées d’invraisemblance, mais jouissives. L’objectif de The Gray Man, c’est de faire exploser tout ce qui peut l’être (et même ce qui ne peut pas).

[Site web] Template Produit – Paysage (30)
© Netflix

…Mais toujours une recette

Toutefois, le versant négatif d’un film cuisiné à partir d’une recette…c’est précisément que l’on sait à l’avance ce qui en sortira.

Tout le monde joue très bien, le scénario est absolument inconsistant mais tient la route, les effets spéciaux sont réussis. Seulement, The Gray Man est tellement millimétré, chorégraphié, calibré pour être une bombe commerciale qu’il en découle un manque d’épaisseur, de charme et de surprise.

Cette absence de spontanéité s’éprouve aussi dans une galerie de personnages qui font leur travail, mais qu’on a tous déjà vus, de la petite fille malade qu’il faut sauver (Julia Butters) en passant par l’espionne ayant pour seule caractéristique d’être la version femme de son homologue masculin (Ana de Armas).

[Site web] Template Produit – Paysage (31)
© Netflix

La plus grande déception revient à Chris Evans dans le rôle de Lloyd Hansen, véritable stéréotype du psychopathe selon les blockbusters américains. Au lieu de proposer une figure vraiment troublante et marquante, ce dernier apparaît comme un pur prétexte pour faire exploser encore plus de trucs. La faute notamment aux dialogues du personnage, qui se veulent mémorables, mais qui sont souvent nuls.

[Site web] Template Produit – Paysage (30)
© Netflix

Finalement, le plus grand atout de The Gray Man, c’est peut-être… Ryan Gosling. Force est de constater que l’acteur jouit de l’aura extraordinaire du chauffeur qu’il incarnait dans Drive. Certes, ces deux personnages sont très différents. Mais Gosling amène un peu du mystère forgé dans le film de Nicolas Winding Refn et dont The Gray Man manque cruellement. Grâce à cette aura, il rend cet agent de la CIA plus intéressant que s’il avait été incarné par un autre acteur, beau gosse mais interchangeable.

En définitive, The Gray Man réussit son pari de divertir du début à la fin. Il lui arrive même d’impressionner par ses effets spéciaux et par certaines idées de cascades. Si c’est ce que vous recherchez pour votre dimanche soir, foncez. En revanche, à trop vouloir concurrencer Jason Bourne et James Bond tout en piquant un peu de Drive, il peine à forger sa propre identité.

[Site web] Template Produit – Paysage (29)
© Netflix

À lire aussi : La Nuit du 12 : enfin un thriller qui pose les bonnes questions sur les féminicides

Crédit de l’image à la Une : ©Netflix


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

2
Avatar de Leona B.
25 juillet 2022 à 17h07
Leona B.
Je vais peut-être donner sa chance à ce film, à avoir.
Par contre, à la lecture de l'article, un truc m'a sauté aux yeux : la proportions de phrases/morceaux de phrases en gras est énorme, je ne savais même plus que ce qui était à souligner. Visuellement, ça m'a dérangée, alors, je ne sais pas si c'est nouveau ou si je m'en aperçois juste à l'instant ...
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Cinéma

Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

Source : Madmoizelle
Culture

Violences sexuelles dans le cinéma : « Les actrices qui parlent acceptent de sacrifier leur carrière »

Tom Felton // Source : WB
Culture

Série Harry Potter : le conseil insolite de Tom Felton (Malefoy) aux futurs acteurs

Après Anatomie d’une chute, 6 films qui prouvent que le cinéma français est le meilleur du monde
Culture

Après Anatomie d’une chute, 6 films qui prouvent que le cinéma français est le meilleur du monde

2
M3gan
Culture

Dans le top 10 films et séries Netflix cette semaine, on regarde quoi ce week-end ?

Dune // Source : WB
Culture

Dune 3 est déjà en préparation (mais ne sera pas le prochain film de Villeneuve)

Johnny Depp et Maïwenn // Source : Why Not Productions
Culture

Festival de Cannes : les agresseurs présumés sont toujours les bienvenus

La pop culture s'écrit au féminin