Live now
Live now
Masquer
gray man netflix
Cinéma

The Gray Man avec Ryan Gosling : que vaut le film le plus cher de Netflix ?

24 juil 2022 2
Un budget de 200 millions de dollars, c’est beaucoup. Mais est-ce que ça suffit pour rendre le blockbuster de Netflix convaincant ?

Dimanche soir. Depuis vendredi, vous voyez que The Gray Man caracole dans le Top Netflix des programmes les plus regardés en France.

Vous finissez même par vous demander si le film vaut que vous lui consacriez 2 heures et 8 minutes de votre temps. Pour vous aider à vous décider, on vous livre notre avis sans spoils !

Les ingrédients du succès

Pour préparer le blockbuster capable de lancer une saga à la hauteur de James Bond ou Jason Bourne, Netflix a mis un soin minutieux dans le choix de ses ingrédients. En n’oubliant pas de commencer, bien sûr, par ce que la plateforme considère comme son petit ingrédient magique : un budget à 9 chiffres.

Vient ensuite l’étape de la réalisation. Derrière les très nombreuses caméras de The Gray Man on retrouve Anthony et Joe Russo à qui l’on doit notamment Avengers : Endgame. Pour rappel, ce dernier film a presque atteint les 3 milliards de dollars de recette, devenant le film le plus vu et le plus rentable de l’histoire du cinéma. (Pour l’anecdote, Avatar a repris la tête du classement en mars 2021 lors d’une sortie en Chine.) Autant dire que les frères Russo sont habitués aux projets d’envergure.

gray man netflix
© Netflix

L’autre composant majeur de The Gray Man, c’est son casting cinq étoiles. Cinq étoiles, au sens propre puisque le film rassemble Ryan Gosling, Ana de Armas, Chris Evans, Alfre Woodard et enfin, Regé-Jean Page. On termine avec un scénario adapté d’une saga à succès, composée de dix romans signés Mark Greaney. Et on enfourne.

Une recette qui fonctionne !…

Vous connaissez désormais la recette de The Gray Man. En cela, vous savez ce qui constitue sa plus grande qualité…autant que sa plus grande faiblesse.

Qualité, parce que le film est redoutablement efficace et tient ses promesses de bout en bout. Les séquences d’action s’enchaînent à intervalles réguliers dans un rythme qui frise la fureur. Le montage sert moins à raconter une histoire qu’à empêcher le spectateur de cligner des yeux sous peine de manquer l’écroulement d’un monument historique et la mort de vingt-quatre figurants.

Pendant deux heures intenses, on assiste à une surenchère de cascades, d’effets spéciaux, d’idées de mise en scène toujours plus extrêmes. Certaines séquences réussiront probablement même à vous décrocher la mâchoire tant elles sont audacieuses — presque culottées d’invraisemblance, mais jouissives. L’objectif de The Gray Man, c’est de faire exploser tout ce qui peut l’être (et même ce qui ne peut pas).

[Site web] Template Produit – Paysage (30)
© Netflix

…Mais toujours une recette

Toutefois, le versant négatif d’un film cuisiné à partir d’une recette…c’est précisément que l’on sait à l’avance ce qui en sortira.

Tout le monde joue très bien, le scénario est absolument inconsistant mais tient la route, les effets spéciaux sont réussis. Seulement, The Gray Man est tellement millimétré, chorégraphié, calibré pour être une bombe commerciale qu’il en découle un manque d’épaisseur, de charme et de surprise.

Cette absence de spontanéité s’éprouve aussi dans une galerie de personnages qui font leur travail, mais qu’on a tous déjà vus, de la petite fille malade qu’il faut sauver (Julia Butters) en passant par l’espionne ayant pour seule caractéristique d’être la version femme de son homologue masculin (Ana de Armas).

[Site web] Template Produit – Paysage (31)
© Netflix

La plus grande déception revient à Chris Evans dans le rôle de Lloyd Hansen, véritable stéréotype du psychopathe selon les blockbusters américains. Au lieu de proposer une figure vraiment troublante et marquante, ce dernier apparaît comme un pur prétexte pour faire exploser encore plus de trucs. La faute notamment aux dialogues du personnage, qui se veulent mémorables, mais qui sont souvent nuls.

[Site web] Template Produit – Paysage (30)
© Netflix

Finalement, le plus grand atout de The Gray Man, c’est peut-être… Ryan Gosling. Force est de constater que l’acteur jouit de l’aura extraordinaire du chauffeur qu’il incarnait dans Drive. Certes, ces deux personnages sont très différents. Mais Gosling amène un peu du mystère forgé dans le film de Nicolas Winding Refn et dont The Gray Man manque cruellement. Grâce à cette aura, il rend cet agent de la CIA plus intéressant que s’il avait été incarné par un autre acteur, beau gosse mais interchangeable.

En définitive, The Gray Man réussit son pari de divertir du début à la fin. Il lui arrive même d’impressionner par ses effets spéciaux et par certaines idées de cascades. Si c’est ce que vous recherchez pour votre dimanche soir, foncez. En revanche, à trop vouloir concurrencer Jason Bourne et James Bond tout en piquant un peu de Drive, il peine à forger sa propre identité.

[Site web] Template Produit – Paysage (29)
© Netflix

À lire aussi : La Nuit du 12 : enfin un thriller qui pose les bonnes questions sur les féminicides

Crédit de l’image à la Une : ©Netflix

Les Commentaires
2

Avatar de Leona B.
25 juillet 2022 à 15h25
Leona B.
Je vais peut-être donner sa chance à ce film, à avoir.
Par contre, à la lecture de l'article, un truc m'a sauté aux yeux : la proportions de phrases/morceaux de phrases en gras est énorme, je ne savais même plus que ce qui était à souligner. Visuellement, ça m'a dérangée, alors, je ne sais pas si c'est nouveau ou si je m'en aperçois juste à l'instant ...
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Cinéma

premier rang knock at the cabin 2
Pop culture

Knock at the Cabin est un grand film de Shyamalan sur… le cinéma (analyse et explications)

Maya Boukella

08 fév 2023

Lifestyle

5 conseils pour une Saint-Valentin sous le signe de l’amour de soi

Humanoid Native
jessica chastain iran
Pop culture

Pour Jessica Chastain, les médias US taisent la révolte iranienne car elle est menée par des femmes

Maya Boukella

06 fév 2023

1
titanic fin 2
Pop culture

Dans Titanic, « un seul pouvait survivre » : James Cameron le prouve avec une étude scientifique

Maya Boukella

05 fév 2023

9
aftersun 1
Pop culture

Charlotte Wells : « avec Aftersun, je voulais dépeindre la dépression de manière authentique, désordonnée, compliquée »

Maya Boukella

04 fév 2023

films famille
Cinéma

4 films à regarder en famille

Maya Boukella

03 fév 2023

1
PR_V
Pop culture

Un petit frère : rencontre avec Léonor Serraille, la réalisatrice qui filme ceux qu’on ne voit jamais au cinéma

Maya Boukella

01 fév 2023

disney +
Pop culture

Les 8 meilleurs films à voir sur Disney+

Maya Boukella

29 jan 2023

jared-leto-et-la-methode
Cinéma

Le « Method Acting » des comédiens n’excuse pas le fait d’être un gros con, et ça commence à se savoir

Kalindi Ramphul

28 jan 2023

21
aftersun
Pop culture

Une bande-annonce magnifique et intrigante pour Aftersun de Charlotte Wells avec Paul Mescal

Maya Boukella

27 jan 2023

1
the whale
Cinéma

The Whale : Darren Aronofsky répond que les accusations de grossophobie n’ont « aucun sens »

Maya Boukella

26 jan 2023

14

La pop culture s'écrit au féminin