Live now
Live now
Masquer
she-will-film-gerardmer
Cinéma

She Will : l’incandescente prière aux sorcières qui crée le trouble

29 jan 2022
She Will, c’est le 5è film à concourir dans la compétition officielle du festival du film fantastique de Gérardmer. Co-produit par Dario Argento, cette fable rend hommage à celles qui ont brûlé sur les bûchers.

C’est dans une robe en velours bordeaux d’inspiration quasi-médiévale qu’Alice Krige, actrice flamboyante de She Will, est venue présenter le premier long-métrage de Charlotte Colbert, sur la scène du festival du film fantastique de Gérardmer, vendredi 28 janvier au matin.

Ses longs cheveux roux coulant sur les épaules, elle a susurré des remerciements au public, venu en masse applaudir sa performance.

Et quelle performance.

She Will, ode aux sorcières, prière aux femmes

SHE WILL

Veronica Ghent vient de subir une double mastectomie.

Ancienne actrice, star depuis ses 13 ans, « Nica » continue de faire la une des tabloïds.

Pour fuir sa condition et se retrouver seule, elle part en convalescence dans la campagne écossaise, dans un centre de repos censé n’accueillir qu’elle.

Pas de chance, à son arrivée elle découvre que tout un tas d’autres artistes au fond du seau font partie de l’aventure.

Horrifiée, elle préfère demeurer dans une vieille cahute dans la forêt, où il a l’air de faire -8000, plutôt que de dormir dans la bâtisse principale.

Ouvertement désagréable avec Desi, dont elle ne comprend pas l’androgynie, qu’elle décrit comme « si attrayante pour les jeunes, si repoussante pour les vieux », elle met un point d’honneur à rechigner à chaque activité proposée par le centre — dont le gourou est un infâme misogyne qui définit la chasse aux sorcières comme « une victoire de la raison sur les démons ».

Mais à peine arrivée, Nica semble irrésistiblement attirée par la forêt, où tombent des morceaux de charbon comme tombe la neige. La nuit, elle s’y fond, et fusionne avec les femmes brûlées vives quelques centenaires plus tôt, jusqu’à ne plus distinguer les contours de sa réalité.

Rabattant leurs caquets à tous les fervents représentants du vieux patriarcat blanc de sa retraite, et grâce au pouvoir des femmes mortes avant elle, Veronica se sent enfin suffisamment vivante pour accomplir sa vengeance.

Car derrière chacune de ses froideurs, Veronica dissimule l’abus dont elle a été victime enfant.

Contre l’avis de Desi, elle aussi confrontée aux drames qui courent la forêt, l’actrice souhaite demeurer aux confins de la campagne écossaise, où les cendres imprègnent la boue, l’eau et les corps de quiconque traine derrière lui un trauma.

She Will, splendeur visuelle VS intrigue fouillie

0304226.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx-1
Copyright Rocket Science Inc.

She Will éblouit d’abord par la splendeur de ses plans.

Dès la première minute, le film saisit par son impressionnante beauté, et file ses intentions esthétiques jusqu’à sa toute dernière seconde.

Là-dessus, rien à redire, d’autant que She Will est le premier long-métrage de sa réalisatrice. On a donc envie d’en voir pendant des heures, de ces travellings vertigineux, qui poursuivent l’oppresseur de Veronica comme un fantôme.

Malheureusement, et aussi louable que soit l’intention du film de rendre toute leur puissance aux femmes victimes de violences sexuelles et sexistes, She Will se perd dans une mise en scène peu claire et une intrigue alambiquée, opérant des flashbacks périlleux et sur-esthétisés sur l’enfance de Veronica.

Par ailleurs, la musique, de laquelle s’élèvent des voix de femmes, comme des incantations, habitent le dernier tiers du film de manière omniprésente, ce qui rend la fin tout bonnement fatigante. Petite déception également sur le traitement — superficiel — des personnages secondaires, qui n’ont aucune utilité dans le film.

Bref, en dépit de partis pris audacieux, She Will s’avère un poil brouillon, et aurait mérité sans doute un travail d’écriture plus aiguisé.

Mais cessons de chipoter, pour un premier long-métrage, She Will frappe fort, d’autant que sa figure de proue est d’un talent sans commune mesure.

Phénoménale Alice Krige

Coutumière des œuvres de genre puisqu’elle s’était déjà incarnée dans The OA, Carnival Row, The Alienist et qu’elle sera bientôt à l’affiche des nouvelles moutures de Massacre à la tronçonneuse et d’Hansel et Gretel, Alice Krige envoûte au point qu’on a du mal à se la sortir de la tête.

Il faut dire qu’elle perfectionne son talent depuis 1981, année où elle s’est illustrée dans son premier film de cinéma Les Chariots de feu de Sybil Gordon, et n’arrête plus de tourner depuis, se produisant dans un long-métrage par an.

Désormais âgée de 67 ans, cette sud-africaine est le pilier de She Will, qu’elle habite de fond en comble, sans jamais faiblir.

Elle est l’âme du film et forme avec Kota Eberhardt, une actrice américaine de 32 ans, un binôme solide, que même les inconsistances d’écritures de She Will ne parviennent pas à tourmenter.

Aux côtés de Malcolm McDowell, dont le regard continue à glacer le sang même 50 ans après Orange Mécanique, les actrices, comme les sorcières à qui elles empruntent la magie, envoutent au point qu’il ne nous reste plus, à la fin de She Will, de résistance au film.

Résultat : en dépit de ses défauts évidents, on voue un culte à la fiction troublante de Charlotte Colbert.

She Will, réalisé par Charlotte Colbert et co-produit par Dario Argento, sortira le 31 août au cinéma.

À lire aussi : Samhain est un conte terrifiant sur la dépression et le harcèlement scolaire

Copyright Rocket Science Inc


Construisez avec nous l’avenir de Madmoizelle en répondant à ces questions !

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

aftersun
Pop culture

Une bande-annonce magnifique et intrigante pour Aftersun de Charlotte Wells avec Paul Mescal

Maya Boukella

27 jan 2023

beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
the whale
Cinéma

The Whale : Darren Aronofsky répond que les accusations de grossophobie n’ont « aucun sens »

Maya Boukella

26 jan 2023

14
everything leonine
Cinéma

Aux Oscars, aucune femme nominée dans la catégorie meilleure réalisation

Maya Boukella

25 jan 2023

10
retour à séoul 9
Pop culture

Rencontre avec Park Ji-min, l’actrice féministe de Retour à Séoul, chef d’œuvre sur l’adoption

Maya Boukella

25 jan 2023

scream 6
Cinéma

Scream 6 avec Jenna Ortega se révèle (déjà) dans une bande-annonce sanglante

Maya Boukella

24 jan 2023

avatar-2-details-intrigue
Pop culture

Triste après avoir vu Avatar ? C’est peut-être le syndrome de dépression post-Avatar

Maya Boukella

23 jan 2023

pale blue eye 1
Pop culture

The Pale Blue Eye sur Netflix : que vaut le thriller gothique avec Christian Bale ?

Maya Boukella

22 jan 2023

1
michael jackson beat it
Pop culture

« Michael » : tout ce que l’on sait du biopic sur Michael Jackson

Maya Boukella

20 jan 2023

2
nos soleils PR 2
Cinéma

Avec Nos Soleils, Carla Simón filme une famille paysanne et signe le meilleur film de la semaine

Maya Boukella

18 jan 2023

divé+ 8
Pop culture

Divé+, l’association qui oeuvre pour plus de diversité devant et derrière la caméra

La Rédaction

16 jan 2023

La pop culture s'écrit au féminin