Live now
Live now
Masquer
the-alienist-serie-critique
Pop culture

Trois raisons de regarder The Alienist, la nouvelle série criminelle en costumes

The Alienist est une série criminelle qui soigne son esthétique. Porté par un casting somptueux, elle est LE nouveau phénomène à découvrir absolument, sur la chaine Polar +.

Il y a quelques semaines, je t’écrivais un article sur les nouvelles séries de 2018. Dedans, il y avait The Alienist, qui sur le papier a tous les apparats d’un produit télévisuel marquant.

Produite par Cary Joji Fukunaga, qui transforme tout ce qu’il touche en or (True Detective, Beasts of no nation, Jane Eyre) et créée par Hossein Amini, cette série est actuellement en cours de diffusion.

J’ai regardé ses deux premiers épisodes, et sans surprise : The Alienist (adapté du roman L’Aliéniste de Caleb Carrtient ses promesses !

The Alienist, ça parle de quoi ?

THE ALIENIST Official Trailer (2017) Dakota Fanning TNT Drama Series (HD)

Au XIXème siècle, dans un New York boueux qui grouille de rats et de scélérats, le corps d’un enfant est retrouvé mutilé. Les autorités ne parviennent pas à mettre la main sur le tueur.

Les pouvoirs publics sont face à une impasse.

Theodore Roosevelt, le préfet de la ville, demande à l’illustrateur John Schuyler Moore ainsi qu’au spécialiste des maladies mentales Laszlo Kreizler de mener une investigation afin de mettre la main sur cet infâme criminel.

The Alienist, une leçon d’esthétique

the-alienist-10

J’ai été passionnée du début à la fin du pilote.

L’esthétique très léchée des images appuie la narration de Hossein Amini, créateur soucieux de faire du « beau ».

Pour te donner une idée de ce à quoi la série peut bien ressembler, sache que tous les personnages baignent dans un clair-obscur déroutant et propice au mystère.

Les scènes tournées en extérieur sont impressionnantes de réalisme.

La boue mange les mollets des femmes en jupons, et des hommes en pantalon de laine, les chevaux se frayent un chemin au trot dans les dédales du marché, les « enfants de putain » font le tapin, le corps dévoré par la faim.

the-alienist-2

Un New York du XIXème siècle comme je me le représente : perverti et lugubre.

La reconstitution est en cela brillante. Le description précise de cette ville en pleine mouvance puisqu’en phase de modernisation est spectaculaire de détails. Et c’est ce qui m’a fait tomber immédiatement amoureuse.

Quelque part entre The Knick, Penny Dreadful et Peaky Blinders (visuellement), The Alienist a l’étoffe des grands.

The Alienist et son casting bluffant

the-alienist-7

Je sais, ça fait quelques temps maintenant, mais je suis toujours surprise et ravie de retrouver d’immenses acteurs de cinéma à la télévision.

À l’annonce du casting d’un nouveau produit, je reste souvent ébahie. Cette fois-ci n’a pas fait exception.

Et pour cause, le trio de tête de The Alienist a de quoi séduire : Daniel Brühl, Luke Evans et Dakota Fanning (à qui les costumes d’époque vont décidément très bien).

Daniel Brühl incarne un criminologue tourmenté, aidé par Luke Evans (à qui tout va mieux que la cape de Dracula), un illustrateur qui aime traîner dans les bordels.

the-alienist

Dakota Fanning, quant à elle, campe la première et seule femme employée par la police de Manhattan.

Ces trois héros inquiets évoluent dans une ville qui ne les épargne jamais.

Ils sont sans cesse secoués par les événements, mais demeurent placides. Je les aime déjà d’amour.

The Alienist, une réception critique mitigée

the-alienist-6

À mon très grand étonnement, The Alienist n’a pas remporté le succès critique qu’il mérite selon moi. Il est donc l’heure de pousser un coup de gueule.

Décortiquons ensemble l’avis des médias américains.

The Hollywood Reporter écrit :

The Alienist ressemble à une version de True Detective qui aurait remonté le temps (…) ou à Mindhunter au 19ème siècle, mais compense ce manque d’originalité par de superbes décors et un casting de qualité.

Quant à Entertainment Weekly, il déclare :

L’histoire d’un détective qui s’identifie au monstre qu’il pourchasse. Cela n’est pas original, on l’a déjà vu dans Mindhunter, mais pas pour autant désagréable à suivre.

Le New York Times ajoute avec raideur (comme d’habitude) :

Sur la base des premiers épisodes, le résultat est correct : son récit est dense, morose mais trop rigide. Il n’y a pas de quoi bloquer sa soirée chaque semaine.

ALORS.

Au moins, on est tous d’accord pour dire que la série vaut visuellement son pesant de cacahuètes.

Cependant tous les journalistes des médias précédemment cités s’offusquent du « manque d’originalité » de la série. Ils la comparent à Mindhunter, qui a fait des émules quelques mois auparavant.

J’ai envie de répondre : ET ALORS ????

the-alienist-8

Parce qu’une série, un film, un livre aborde un thème précédemment exploré par une autre série, un film, un livre, il ne mérite pas qu’on lui consacre du temps ?

Je trouve ces déclarations dommage.

Autant cesser de voir, lire, écouter. Autant arrêter avec la culture. Car beaucoup de choses ont déjà été faites.

Les mêmes médias ont écrit des papiers élogieux sur Game of Thrones. Pourtant les enjeux de Game of Thrones n’ont rien de franchement nouveau ! Ils sont même tous très shakespeariens.

Cela n’en fait pas une mauvaise série. Au contraire, ça en fait une série INSPIRÉE.

Alors je suis d’accord, moi aussi j’aimerais que l’on me propose du jamais vu. Mais parfois il faut analyser une oeuvre pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle n’est pas !

Enfin, c’est un avis très personnel

The-alienist-9

Toujours est-il que The Alienist mérite tout à fait que je lui réserve une heure de ma semaine. Pour m’émerveiller devant ses lumières, son gothisme et son ambiance.

L’avenir nous dira si l’intrigue est à la hauteur de l’esthétique, mais pour l’instant je suis comblée.

The Alienist est actuellement en cours de diffusion sur la chaine Polar +.

À lire aussi : Counterpart, la brillante série uchronique avec J.K. Simmons

Les Commentaires
5

Avatar de Lilas DUPONT
3 avril 2018 à 18h32
Lilas DUPONT
Je regarde la série depuis le dernier article paru dessus sur Mad'. J'ai adoré (oui parce que lj'ai vu le dernier ep cette semaine). Alors OUI y a rien de vraiment original mais : décor +++, histoire des persos +++, histoire en générale +++, le seul bémol c'est qu on a vite cerné les persos et qu on sait plus ou moins ce qui va arriver mais c'est une très bonne série et je pense que ca se sent lorsque on a l'envie de regarder la suite...sinon c'est pas la peine de continuer
J'espère avoir convaincu des gens de regarder,ca vaut vraiment le coup
Et ça sserait top de continuer à proposer des séries parce que j'irai pas tester moi même sans avoir d'avis
1
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Pop culture

L'équipe du podcast sexo Hot Line
Conseils sexe

Le podcast sexo « Hot Line » déconstruit avec humour notre éducation sexuelle et intime bancale

Anthony Vincent

27 nov 2022

1
Sexo
Sponsorisé

Parlons sans complexe de vaginettes

Humanoid Native
sil suffisait daimer bd steinkis
Livres

S’il suffisait d’aimer, une puissante BD pour se replonger dans le combat pour la PMA

Maëlle Le Corre

26 nov 2022

vpn-nordvpn-film-series
Lifestyle
Sponsorisé

J’ai découvert trois films féministes géniaux grâce à un VPN

Oscar Staerman

26 nov 2022

2
annie colère diaphana
Interviews cinéma

« L’IVG est un geste social global », entretien avec l’équipe d’Annie Colère

Maya Boukella

26 nov 2022

Avatar 5
Pop culture

Pour être rentable, Avatar 2 doit faire aussi bien que Titanic

Maya Boukella

25 nov 2022

amandiers
Pop culture

Au nom de la présomption d’innocence, Valeria Bruni-Tedeschi a protégé Sofiane Bennacer malgré les plaintes pour viol

Maya Boukella

25 nov 2022

5
titanic Twentieth Century Fox France
Pop culture

Titanic : comment Leonardo DiCaprio et Kate Winslet ont failli ne pas avoir les rôles

Maya Boukella

24 nov 2022

2
parfum vert diaphana
Cinéma

Le Parfum vert, le polar entre Hitchcock et Tintin qui nous fait déjà rire

Maya Boukella

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-23 à 18.12.16
Pop culture

Comment un concert de Taylor Swift a remis en question l’hégémonie de Ticketmaster aux États-Unis

Camille Lamblaut

24 nov 2022

saint omer 1
Cinéma

Saint Omer n’est pas un film sur l’infanticide mais sur la maternité :  rencontre avec Alice Diop

Maya Boukella

23 nov 2022

La pop culture s'écrit au féminin