Live now
Live now
Masquer
serie-ghibli
Culture

La toute première série télé Ghibli est là (et elle est si belle) !

Le studio Ghibli est de retour ! Nous pourrons bientôt profiter de la série qu’il a coproduite : Ronya, fille de brigand. Une œuvre déjà diffusée depuis 2014 au Japon.

Soyons honnêtes : il n’y aura jamais assez de chouettes dessins animés à dévorer.

Vous avez déjà fini Over the Garden Wall, Gravity Falls et Avatar the Last Airbender ? Voilà probablement un nouveau chef-d’œuvre à vous mettre sous la dent : découvrez Ronya, fille de brigand, co-produit par le studio Ghibli !

On vous en parlait en 2014, mais maintenant cette série arrive en France ! On retrouve des graphismes très proches des films précédents du studio, sublimés par une technique 3D

donnant une véritable profondeur à l’univers.

Si la base de l’histoire semble assez terre-à-terre (deux enfants que tout oppose deviennent amis), on constate au fil du trailer que des éléments fantastiques viendront se glisser dans le récit. On peut voir par exemple de petits êtres de la forêt, semblables à ceux qui prolifèrent dans Princesse Mononoké.

La série est entre de bonnes mains, puisque ce n’est autre que Goro Miyazaki, le fils d’Hayao Miyazaki, qui la réalise. Le scénario quant à lui est inspiré de l’œuvre d’Astrid Lindgren, romancière suédoise.

C’est Amazon qui s’occupe de la diffusion de la série : celle-ci est prévue normalement pour la fin du mois sur leur plateforme de diffusion, Amazon Prime Vidéo.

À lire aussi : À quoi ressemblerait le parc d’attractions des studios Ghibli ?


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

6
Avatar de Olivine
14 janvier 2017 à 16h01
Olivine
J'ai été TRÈS mitiger par rapport cette série. L' anime en lui même n'est pas forcément mauvais, j'ai été même agréablement surprise! Cependant le contexte autour de cette série m'énerve beaucoup. Miyazaki père s'est toujours battu pour faire des film en 2D et la japanime en générale reste le dernier bastion de l'animation traditionnel. Dans ces conditions je trouve ça inadmissible d'associer le nom de ghibli à un anime fait en cell-shading. Je ne suis pas profondément réfractaire à la 3D, mais bafouer l'héritage d'un studio comme ça, c'est pas cool du tout .
3
Voir les 6 commentaires

Plus de contenus Culture

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions // Source : France télévisions
Société

Qui sont les Mascus, ces hommes qui détestent les femmes ? Le docu choc de France Télévisions

Affiche de la série Becoming Karl Lagerfeld, disponible à partir du 7 avril 2024 sur Disney+ // Source : Disney+
Mode

La série Disney+ Becoming Karl Lagerfeld s’annonce comme aussi bien habillée que controversée

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

5
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

1
Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9

La pop culture s'écrit au féminin