Live now
Live now
Masquer
series-horreur-adaptees-films-horreur
Série télé

Quand les séries d’horreur s’inspirent de films cultes, c’est (presque) toujours raté : la preuve par 4

24 oct 2021
Il est souvent périlleux d’adapter des films d’horreur à succès en séries. Voilà quatre programmes qui le confirment tristement et que vous pouvez tout à fait consommer en guise de somnifères.

Vous avez vu ces films quand vous étiez petite. Ils vous ont fait trembler, parfois même mouiller votre lit — ce qui était plus ou moins leur visée.

Devant le succès de ces œuvres inégales, qui ont toutefois en commun d’avoir hanté nos passés, et devant l’explosion de la production de séries, la télévision et les plateformes se sont bien sûr empressé de mettre la main sur les dossiers, en réalisant des adaptations qui ont souvent pour point commun : la médiocrité.

Étant donné l’approche cuisante d’Halloween, voilà quelques-unes des pires propositions télévisuelles adaptées de films d’horreur cultes, qui devraient rougir face aux œuvres qu’elles sabordent.

Scream, la série qui fait crier le bon goût

Scream (TV Series) | Official Trailer | MTV

Scream, c’est le monument de Wes Craven dont la franchise s’étendra encore cette année avec un cinquième opus, six ans après le décès de son réalisateur originel.

Slasher de référence, tant historiquement que pour l’affection que le public lui voue toujours, cette saga a été adaptée sous forme d’une série plus que moyenne développée par Jill Blotevogel, Dan Dworkin et Jay Beattie pour MTV — et qui a bien sûr fini son parcours sur Netflix.

Le pitch, vous vous en rendrez vite compte, est très similaire à l’original, sans jamais toutefois embrasser son génie mi-horrifique, mi-comique.

Se déroulant à Lakewood, Scream parle bien sûr d’un tueur masqué déguisé en fantôme qui sème la terreur autour de lui, faisant remonter à la surface les secrets d’un passé trouble. Mais qui pourra bien être la prochaine cible de l’homme masqué ?

Cette série, qu’on a oubliée quinze minutes après l’avoir bingée, est une source intarissable d’ennui, enchaînant caricatures adolescentes, rouages dépassés et esthétique digne des pires téléfilms de France 2.

Autant de raisons pour la regarder par un dimanche de gueule de bois, avec une capacité cérébrale de 2%.

Vous pouvez regarder cette infamie sur Netflix

Souviens-toi l’été dernier, resucée cheap d’un film qui l’était déjà

Souviens-toi l'été dernier - Bande-Annonce Officielle VOST | Prime Video

Souviens-toi l’été dernier, c’est un slasher qui a fait rigoler une bonne partie du monde en 1997.

Prodigieusement flemmarde et bourrée de poncifs, la trilogie avait toutefois ceci d’infiniment attachant qu’elle était portée par les jeunes coqueluches de l’époque, j’ai nommé Jennifer Love Hewitt, Sarah Michelle Gellar et Ryan Phillippe.

Étant donné que la saga initiée par Jim Gillespie — qui depuis a fait Venom (ouch) — est devenue culte à force de temps et de douces moqueries, il est étonnant qu’elle n’ait pas donné lieu plus tôt à une série.

Heureusement (ou pas), c’est désormais chose faite puisque le programme en huit épisodes Souviens-toi l’été dernier est sorti vendredi 15 octobre 2021, sur Amazon Prime Video.

On aurait pu croire que le temps aiderait à façonner une fiction de qualité, évitant les gros sabots des films initiaux mais que nenni : la série est aussi mauvaise que le film originel, si ce n’est plus.

souviens-toi-l-ete-dernier-prime-video-la-serie-intrigue-dans-une-bande-annonce-allechante-vostfr

Cette fois-ci encore l’intrigue colle au plus près de celle du long-métrage, avec une bande d’ados (Madison Iseman, Brianne Tju, Ezekiel Goodman) qui percutent un mec en bagnole après leur soirée de remise de diplômes, se débarrassent (mal) du corps et se font ensuite décimer les uns après les autres.

Le slasher étant un genre vu et revu, il conviendrait de monter le niveau d’écriture des scénarii pour entretenir notre intérêt ! Car pour l’heure : c’est chiant. Cousue de fil blanc, cette fiction ne ferait même pas lever un sourcil à un enfant de huit ans.

Par ailleurs, elle évidemment bardée d’éléments qui font notre époque comme l’addiction aux réseaux sociaux, mais sans le début d’une analyse poussée, ce qui rend le produit aussi lisse qu’un Babybel.

On en bâille encore !

Vous pouvez vous infliger Souviens-toi l’été dernier sur Prime Video

Bates Motel, mouais, bof, en fait non

Bande-annonce Bates Motel

On aurait aimé faire partie des admiratrices de Bates Motel… seulement, vous l’aurez compris vu le titre de cet article, on est plutôt du côté des détractrices.

La série est une préquelle moderne du roman Psychose de l’auteur américain Robert Bloch ainsi que du monument d’Hitchcock : Psychose. Gros taf que celui d’adapter de telles œuvres, dont tout le monde s’accordent à dire qu’elles sont extraordinaires.

C’est la mission que s’est pourtant donné Anthony Cipriano, Kerry Ehrin et Carlton Cuse en créant Bates Motel, qui a, lors de sa sortie en 2013, divisé le monde en deux camps.

De notre côté, c’était plutôt un « mouais bof » au départ, et ça a viré au « non » franc sitôt la seconde saison amorcée.

En dépit d’un casting au top emmené par Vera Farmiga, Freddie Highmore et Max Thieriot, le programme désormais disponible sur Prime Video ne parvenait pas à atteindre les sommets horrifiques du livre et du film.

Bates Motel racontait l’histoire de Norma Louise Bates , qui après la mort mystérieuse de son mari décidait de refaire sa vie loin de l’Arizona, dans la petite ville de White Pine Bay dans l’Oregon, et emmenait avec elle son fils Norman, âgé de 17 ans.

Elle rachetait là-bas un vieux motel abandonné depuis de nombreuses années, ainsi que le manoir qui trône majestueusement quelques mètres plus loin, théâtre de leur lourd secret.

Étonnamment traitée un peu légèrement quand elle parle en réalité d’un amour quasi-INCESTUEUX, la série ne conquiert que pour la brillante performance de ses acteurs principaux.

Hitchcock se serait sans doute retourné dans sa tombe.

Regarder Bates Motel sur Prime Video

Dracula, jouissive puis ridicule

Dracula | Bande-annonce VF | Netflix France

Ils sont nombreux les cinéastes à s’être emparés du mythe de Dracula, dont a accouché l’écrivain Bram Stoker en 1897.

Dans les années 1960 notamment, plusieurs films l’ont adapté, qui ont fait les beaux jours des salles obscures : Le Cauchemar de Dracula de Terence Fisher, Les Maîtresses de Dracula, du même réalisateur ou encore Une messe pour Dracula de Peter Sasdy.

Autant de films qui paraissent aujourd’hui désuets et un peu risibles mais qui à l’époque faisaient quand même franchement leur effet.

Aucun n’est toutefois arrivé à s’inscrire autant dans les mémoires que le sublime Dracula de Francis Ford Coppola, sorti en France en 1993. Un long-métrage virtuose qui réinventait le conte et s’impose aujourd’hui comme LE film sur le vampire de Transylvanie.

On passera sous silence les abominables Dracula de Patrick Lussier sorti en 2001 et le tragique Dracula Untold de Gary Shore, sorti en 2014.

Si l’on considère que la série Netflix sur Dracula est la plus proche de l’œuvre de Coppola dans son traitement et son style baroque, il convient de comparer la série au film dont elle s’inspire largement.

Et bien que l’adaptation kitsch de Netflix ait le charme du grand-guignolesque, elle n’en demeure pas moins résolument grotesque pour ne pas dire ridicule.

Dans cette libre adaptation par Steven Moffat (à qui l’on devait déjà Doctor Who) et Mark Gatiss (Sherlock), le comte Dracula boit du sang du matin au soir tout en dessinant ses futurs projets contre le Londres victorien.

Entre le pitch très classique et le rendu résolument burlesque, il y a un monde, qu’il aurait peut-être fallu nuancer.

Vous pouvez regarder Dracula sur Netflix

Puisqu’il est question de nuance et avant que vous ne râliez dans les brancards, laissez-nous mettre un peu d’eau dans le vin de notre mauvaise foi : il existe certaines excellentes adaptations de films d’horreur, et celle qui nous vient en tête en premier est évidemment The Haunting of Bly Manor, adaptation majestueuse des Innocents (Jack Clayton), lui même adapté du Tour d’écrou, une nouvelle de l’auteur Henry James.

Si vous ne l’avez pas encore fait, on vous suggère de pallier ce retard sans plus tarder car elle est sans doute l’une des meilleures séries qu’on a vues ces dernières années, tous genres confondus.

Vous pouvez regarder The Haunting of Bly Manor sur Netflix

À lire aussi : Duels absurdes et verdicts injustes : on corrige le jury de Danse avec les stars

Les Commentaires
1

Avatar de abou333
28 octobre 2021 à 17h30
abou333
J'ai adoré Dracula. Les autres je ne les ai pas vus. Mais j'aimerais rappeler que le si grandiose Dracula de Bram Stoker par Coppola a lui-même été décrié à sa sortie comme étant visuellement beau, mais vide.
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Série télé

Série télé
la-casa-de-papel-serie-spin-off-berlin

Berlin : Netflix dévoile les personnages du spin-off de La Casa de Papel

Maya Boukella

05 oct 2022

1
Série télé
shadowplay

La série Shadowplay vous plonge dans un Berlin ravagé par la violence des hommes

Kalindi Ramphul

28 sep 2022

2
Série télé
dahmer

« Ils gagnent de l’argent avec cette tragédie » : la sœur d’une victime de Dahmer dénonce Netflix

Maya Boukella

27 sep 2022

1
Série télé
lupin netflux

Omar Sy est l’homme le plus recherché de France dans la bande-annonce de Lupin saison 3

Maya Boukella

27 sep 2022

1
Série télé
the crown

The Crown saison 5 : enfin une bande-annonce et une date de sortie

Maya Boukella

26 sep 2022

Mode
5
Sponsorisé

Les vêtements peuvent-ils impacter la créativité ? Rencontre avec l’artiste et comédienne Claire Romain

Oscar Staerman

19 sep 2022

Série télé
blade runner warner bros

La série Blade Runner 2099, produite par Ridley Scott, débarque sur Prime Video

Maya Boukella

19 sep 2022

1
Pop culture
interview with a vampire AMC

Interview with a vampire : le trailer du remake promet une romance gay entre vampires plus explicite que jamais

Série télé
Zendaya Coleman, primée aux Emmys pour Euphoria, fait un discours sur l’addiction

Primée aux Emmy Awards pour Euphoria, Zendaya Coleman fait un sobre discours sur l’addiction

Anthony Vincent

13 sep 2022

2
Pop culture
greta darcy carden a league of their own

Pourquoi la série A League Of Their Own tape dans le mille en matière de représentation lesbienne

Maëlle Le Corre

10 sep 2022

2

La pop culture s'écrit au féminin