Live now
Live now
Masquer
Réglophobie
Santé

Pour 55% des Français, parler des règles en public serait « inapproprié » : le tabou a la peau dure

Les menstruations ne sont toujours pas à sujet facile à aborder en France. Une étude parlant de « règlophobie » chiffre le phénomène et rappelle l’importance de décomplexer la parole autour des règles.

Les règles, c’est un sujet encore tabou pour un Français sur deux. C’est le constat que dresse l’étude Règlophobie, menée par Dans Ma Culotte, la marque de protections périodiques saines et responsables, et OpinionWay.

L’étude cherche à savoir pourquoi on a encore du mal à parler des règles librement en France. Dans l’introduction, il est écrit :

« “J’ai mes trucs”, “j’ai mes ragnagnas”, “trucs de filles”, “je dois aller me repoudrer le nez”… Les règles on sait ce que c’est mais c’est un peu comme Voldemort, on prononce rarement leur nom. Pourquoi ? Honte, dégoût, gêne…

Dans un monde où la libération de la parole est en marche, faisons-nous face à une “Règlophobie” ? »

Le tabou des règles : un pas en avant, trois pas en arrière 

En 2020 déjà, un rapport parlementaire avait été diffusé pour « déconstruire les tabous » autour des règles. 

Ses deux autrices, Laëtitia Romeiro Dias et Bénédicte Taurine, expliquaient que la prise en charge insuffisante de la question des règles participait à la perpétuation des inégalités entre les femmes et les hommes.

Aujourd’hui, malgré des initiatives positives tel que celle de ce rapport, l’étude Règlophobie montre que « un tiers des Français ne parle JAMAIS des règles ». Pour 55% des Français et Françaises, parler des menstruations en public serait carrément « inapproprié ». 

Un camembert disant que 55% des Français pensent que parler des règles en public est inapproprié.
Crédit : Étude Réglophobie

Les boomers sont règlophobes 

D’autres statistiques de cette étude montrent que le tabou persiste surtout chez les personnes plus âgées : 70% des personnes entre 18 et 24 ans jugent qu’il est approprié de parler de règles en public, contre 73% des plus de 65 ans.

Une statistique disant que 70% des 18-24 ans pensent que parler des règles en public est approprié.
Crédit : Étude Réglophobie

La libération de la parole est donc en progression chez les plus jeunes, ce qui est rassurant. Cependant, l’étude souligne un problème important : les gens les plus aptes à expliquer les règles aux plus jeunes sont souvent les personnes plus âgées dans leur entourage… Alors si ces dernières n’osent pas car pour elles le thème est tabou, la gêne va persister. 

Il faut que le cycle devienne un sujet de conversation décomplexé. Car plus cela sera considéré comme un tabou, plus les personnes menstruées se sentiront honteuses et n’oseront pas parler des éventuels problèmes liés à leurs règles… 

À lire aussi : Pourquoi les règles ont-elles une odeur si particulière ?


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

28
Avatar de Tu as raison.
9 octobre 2021 à 14h10
Tu as raison.
@Alzire
Les protections jetables, je les entourais d'une tonne de PQ et je les glissais au fond de la poubelle ou presque. La plupart du temps, les poubelles sont fermées et ça limite la propagation des odeurs alors je ne suis pas convaincue par ton argument. Ça reste quand même un désaccord anecdotique. Comme tu dis, si tu as tes règles et des protections écolo et confortables, il n'y a pas le choix au bout d'un moment.
1
Voir les 28 commentaires

Plus de contenus Santé

Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Source : npdesignde / Getty Images
Santé

Bed rotting : pourquoi glander au lit toute la journée est une mauvaise idée

3
femme-bar-verre-alcool // Source : URL
Santé

« À 29 ans, je dois arrêter l’alcool car c’est devenu incontrôlable » : dans la vie de Juliette, alcoolique mondaine

3
C'est l'appareil électroménager-star de nos cuisines ces dernières années : on veut bien évidemment parler de la friteuse à air chaud ! Louée pour sa praticité et sa rapidité, il se murmure néanmoins qu'elle serait cancérigène et dangereuse pour la santé. On démêle le vrai du faux.
Santé

Mal utilisées, les friteuses Airfryer peuvent-elles vraiment être toxiques pour la santé (comme l’affirme une étude coréenne) ?

Source : @Photo de Mikhail Nilov
Beauté

Un mouvement anti crème solaire sévit sur les réseaux sociaux et voici pourquoi c’est inquiétant

50
bethany-beck-unsplash mere sociale enfants d’arc en ciel
Daronne

Mère et atteinte de TDAH : « J’ai longtemps tenté de masquer mes difficultés quotidiennes »

14
Source : URL
Santé

Selon une nouvelle étude, il n’existe pas d’augmentation du risque de cancer pour les enfants nés d’une PMA

Source : URL
Beauté

Pourquoi vous devriez arrêter de faire des lissages brésiliens

Source : Africa Images
Santé

Six nourrissons sont sauvés chaque minute dans le monde, grâce aux vaccins

La société s'écrit au féminin