Live now
Live now
Masquer
pleasure-film
Cinéma

En salles ce mercredi, Pleasure va vous faire voir le porno autrement

Entre argent facile fantasmé et désillusions bien réelles, le monde du porno cache des secrets parfois bien sombres. Le film Pleasure, en salles ce 20 octobre 2021, braque un projecteur sur ces zones d’ombre.

Le 1er septembre 2021

Viols simulés, clitoris ignorés, corps féminins brutalisés… Le porno mainstream, consommé à tour de bras, n’est pas connu pour faire dans la dentelle, ni dans le progressisme. Si l’étiquette patriarcale colle à la peau de la plupart des films de cul, ce n’est pas pour rien : souvent oppressif envers les femmes, traitées comme de la chair à canon, et peu représentatif de la véritable sexualité, le porno traîne son lot de critiques, à raison.

Ninja Thyberg, réalisatrice suédoise, rentre dans le vif du sujet avec son film Pleasure, à retrouver en salles cet automne.

PLEASURE - Bande-annonce officielle - Le 20 octobre au cinéma

Pleasure, un zoom nuancé sur le porno

Le porno peut être sexiste, certes. Mais la réalité est bien plus complexe que ça. C’est justement ce que tente de montrer Ninja Thyberg dans son long-métrage Pleasure, sélectionné au Festival de Cannes 2020. Elle confie, dans le dossier de presse accompagnant le film :

« Je me suis rendue compte qu’il y avait plusieurs niveaux de lecture intersectionnels. On voit les travailleurs du sexe comme des gens dont on consomme le travail et on les méprise un peu. […] [Les actrices porno] savent exactement ce que c’est le patriarcat. Elles l’affrontent tous les jours, de manière stratégique. »

Le film suit l’ascension dans le milieu de porno de Bella, une jeune Suédoise arrivée à Los Angeles, interprétée par l’actrice amatrice Sofia Kappel.

D’abord bercée par l’espoir d’atteindre la gloire puis propulsée au sommet, elle tombe rapidement de son piédestal. Poussée à accepter des pratiques de plus en plus violentes, exhortée à gagner des followers sur Instagram, à aller au-delà de ses capacités physiques, à accepter des pratiques de plus en plus brutales…

La jeune femme doit tout faire pour être « rentable ». 

« Le premier conseil qu’on donne à une débutante du porno, c’est de ne pas faire de vagues. »

Ninja Thyberg, réalisatrice de pleasure

Mais Bella n’est pas la virginale ingénue que certains pourraient imaginer — en soi, elle « aime baiser » et ne s’en cache pas. Ce qui ne l’empêche pas d’être, d’autre part, victime de mauvaises pratiques. La réalisatrice explique pourquoi ce point est à retenir :

« Généralement quand on parle des travailleuses du sexe, on a tendance à penser qu’elles n’ont aucun contrôle sur ce qu’elles font. Et quand Bella dit qu’elle aime baiser, c’est ce que ça critique. »

Ninja Thyberg, connue pour zoomer sur la sexualisation des femmes dans diverses industries, avait déjà parlé du male gaze et du mépris des travailleuses du sexe en 2014, dans Hot Chicks, où elle pointait son objectif sur des danseuses de clips aux mouvements évocateurs.

HOT CHICKS - teaser for cinematographer

La cinéaste n’en n’est pas non plus à son premier coup d’essai sur le sujet du porno, puisqu’elle avait réalisé en 2013 un court-métrage — déjà intitulé Pleasure — qui nous emmenait dans les coulisses d’un tournage X centré autour de la pratique périlleuse d’une double pénétration anale.

PLEASURE

Du porno à tour de bras

En théorie, le consentement est contractuellement obligatoire sur les plateaux de films porno. Mais en pratique, les acteurs et actrices croulent sous la pression, comme le personnage de Bella. Une fois nues comme un ver, entourées de l’équipe de tournage et de leurs collègues durcis par le Viagra, les comédiennes peinent trop souvent à exprimer et à faire entendre leurs désaccords, ou même leurs réserves. Ninja Thyberg le sait bien :

« Elles savent qu’elles vont perdre du travail, qu’elles vont décevoir les équipes. [… ] Le premier conseil qu’on donne à une débutante du porno, c’est de ne pas faire de vagues, d’être une fille avec qui il est facile de collaborer. »

Le destin du personnage principal du film Pleasure n’est pas sans rappeler celui des héroïnes de Hot Girls Wanted (2015), documentaire choc de Netflix sur les dessous de l’industrie du porno pro-amateur. Jill Bauer et Ronna Gradus y tendent le micro à des jeunes américaines, tout juste adultes, encore étudiantes ou en situation précaire, brûlant d’envie de devenir célèbres et prêtent à tout pour atteindre les sommets.

Des paillettes pleins les yeux, elles mordent à l’hameçon d’annonces douteuses leur promettant la célébrité et l’argent facile, et se laissent naïvement embarquer dans l’industrie pornographique, qui, loin de les ménager, les avale et les recrache sans pitié.

Hot Girls Wanted: Turned On | Bande-annonce VOSTFR | Netflix France

Même si certaines des protagonistes du documentaires ne se plaignent pas devant la caméra et affirment y trouver leur compte, les images sont crues ; les corps malmenés et la réalité des actrices, sous-payées et violentées, le sont encore davantage.

Partagées entre la promesse d’une liberté sexuelle totale et le dégoût des pratiques qu’elles exécutent mécaniquement à l’écran, les jeunes femmes déchantent vite. Elles se retrouvent à simuler des scènes de viol et de dégradations extrêmes pour éviter d’être mises au placard.

Ce coup d’œil dans les coulisses d’un milieu sans pitié pour ses wannabe pornstars dénonce sans fard le traitement des employés et employées de l’industrie dont le consentement n’est pas souvent la priorité. 

Mauvaise influence ?

Si vous êtes dotée d’une connexion Internet, il y a de fortes chances pour que vous ayez déjà reluqué du porno ; en Suède, le pays d’origine du film Pleasure, 99% des hommes, selon une étude de 2004, affirment en avoir déjà consommé et 53% ressentent que les films X ont un impact sur leur sexualité.

Bien souvent, le premier pas des ados vers la sexualité passe par les centaines de vidéos gratuites disponibles en quelques clics, avec pour seul garde-fou une maigre vérification de l’âge de l’internaute. Le risque ? Que les scènes visionnées influencent la manière dont on perçoit sa propre sexualité, alors que les films X mainstream sont peu conformes à la réalité.

C’est en visionnant du porno féministe que Ninja Thyberg a commencé à s’interroger sur l’industrie du X.

Depuis quelques années, une vague de porno féministe, inclusif et queer se fraye une place dans l’industrie pour tenter d’offrir un regard plus safe et plus réaliste sur les relations sexuelles. 

C’est d’ailleurs en visionnant du porno féministe que Ninja Thyberg a commencé à s’interroger sur l’industrie du X. Une interrogation qu’on retrouve en fil rouge dans son long-métrage, qui défait crument les clichés et les préjugés du milieu.

Le film Pleasure est à retrouver en salles à partir du 20 octobre 2021.

À lire aussi : Porno féministe, queer, sensuel… 6 sites pour changer vos branlettes

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

films famille
Cinéma

4 films à regarder en famille

Maya Boukella

03 fév 2023

1
PR_V
Pop culture

Un petit frère : rencontre avec Léonor Serraille, la réalisatrice qui filme ceux qu’on ne voit jamais au cinéma

Maya Boukella

01 fév 2023

disney +
Pop culture

Les 8 meilleurs films à voir sur Disney+

Maya Boukella

29 jan 2023

jared-leto-et-la-methode
Cinéma

Le « Method Acting » des comédiens n’excuse pas le fait d’être un gros con, et ça commence à se savoir

Kalindi Ramphul

28 jan 2023

21
aftersun
Pop culture

Une bande-annonce magnifique et intrigante pour Aftersun de Charlotte Wells avec Paul Mescal

Maya Boukella

27 jan 2023

1
the whale
Cinéma

The Whale : Darren Aronofsky répond que les accusations de grossophobie n’ont « aucun sens »

Maya Boukella

26 jan 2023

14
everything leonine
Cinéma

Aux Oscars, aucune femme nominée dans la catégorie meilleure réalisation

Maya Boukella

25 jan 2023

10
retour à séoul 9
Pop culture

Rencontre avec Park Ji-min, l’actrice féministe de Retour à Séoul, chef d’œuvre sur l’adoption

Maya Boukella

25 jan 2023

scream 6
Cinéma

Scream 6 avec Jenna Ortega se révèle (déjà) dans une bande-annonce sanglante

Maya Boukella

24 jan 2023

avatar-2-details-intrigue
Pop culture

Triste après avoir vu Avatar ? C’est peut-être le syndrome de dépression post-Avatar

Maya Boukella

23 jan 2023

La pop culture s'écrit au féminin