Live now
Live now
Masquer
Kerry Condon as Eve Waller in Night Swim, directed by Bryce  // Source : NBC Universal
Cinéma

Night Swim, un vrai plongeon aux tréfonds de l’horreur

Vous avez suffisamment soupé des bûches au chocolat et autres douceurs ? Voici une bouchée à l’arsenic pour votre début d’année. Ça s’appelle Night Swim et ça ne ressemble à rien de ce que vous avez déjà vu au cinéma…

En 1975, Steven Spielberg a fait trembler le monde entier avec Les dents de la mer.

Depuis, difficile pour vos parents de ne pas entendre la mélodie du film culte sitôt qu’ils s’essaient à quelques brasses un peu au large, loin des bouées jaunes qui rassurent les nageurs à la petite semaine.

Nul doute qu’après avoir vu LE film d’horreur de ce début d’année, vous redouterez vous aussi, à l’instar de vos géniteurs, de plonger dans l’eau azur.

Mais cette fois-ci… ce sera celle de la piscine !

Night Swim, le nouveau film des studios Blumhouse

Un seul logo peut être la promesse d’un grand effroi. C’est le cas du logo de Blumhouse.

Il faut dire que le studio de production a donné vie à certains des plus grands films d’horreur de notre époque comme la saga Insidious, le terrifiant Sinister ou encore le chef-d’œuvre Get Out.

Il ne suffit alors que de l’évocation du studio de production américain pour nous faire rêver à quelques frissons. Justement, Blumhouse propose en ce début d’année à ses aficionados une toute nouvelle expérience horrifique : Night Swim.

C’est l’histoire de Ray Waller, un ancien joueur de Baseball professionnel qui s’est vu forcé de mettre un stop à sa carrière en raison de sa sclérose en plaque. Avec sa compagne, il décide de s’installer dans un quartier pavillonnaire, dans une vaste maison avec jardin où trône une vieille piscine qu’il se met en tête de retaper.

En effet, d’après son médecin, l’aquathérapie peut, entre autres bienfaits, l’aider à conserver sa mobilité, et ce en dépit de sa maladie.

Ses enfants, sa femme et lui traitent donc le bassin, le remplissent, et peuvent enfin en profiter, à grands renforts de bombes et autres plongeons délicieux.

Et pendant quelques jours, force est de constater que Ray se sent beaucoup mieux. Sa maladie semble même n’avoir pas du tout progressé, contrairement aux prédictions de son médecin.

Mais si Ray semble renaître, et avec lui ses espoirs de grande carrière sportive, le reste de sa famille déchante. En effet, à chacun de leur bain, des événements étranges se produisent. L’impression terrible qu’une menace rôde autour d’eux les assaille… à raison !

Night Swim, un film d’horreur étonnant

S’il existe peu de distractions aussi exaltantes qu’un film de fantômes ou de possession, Night Swim invente un tout nouveau genre de films d’horreur.

C’est désormais la piscine, ce lieu de tous les plaisirs, ce lieu qu’on convoite tous et toutes quand arrivent les beaux jours, ce lieu qui représente le luxe, le sexy et le rafraîchissement ultime, qui devient le lieu des pires horreurs, et constitue une menace absolue pour qui la possède.

L’idée de convertir un tel lieu de désir en lieu d’effroi, c’est celle qui infuse le film, le rend si différent de ce que vous avez pu voir avant.

Le réalisateur et scénariste Bryce McGuire a su développer son concept original sans jamais le trahir pendant 1h38. Le scénario est toujours resserré autour de la piscine. Chaque plongeon est source de trouble. Chaque clapotis sonne comme un avertissement.

Et c’est donc en tension que Bryce McGuire parvient à nous maintenir du début à la fin de son film, adapté de son propre court-métrage sorti en 2014.

Tension qui culmine notamment au moment de la scène phare de « Marco Polo », où la fille de Ray est aspirée dans la piscine comme dans un autre monde…

La belle ambivalence des personnages de Night Swim

L’un des vrais atouts de Night Swim est sans aucun doute l’écriture si double et ambivalente des personnages principaux.

Ray est un mari aimant et un champion humble, mais il a aussi soif de succès et son rêve compte pour lui plus que tout le reste. Sa fille est une peste avec son frère, mais elle n’hésite jamais à se mettre en danger pour lui. Sa compagne est prête à sacrifier le dynamisme habituel de sa vie pour aider Ray à traverser la maladie, et a pourtant soif d’indépendance.

Les légers paradoxes, ceux qui sont essentiels pour constituer des êtres humains crédibles, habitent les personnages, les rendent vivants, possibles, et les façonnent en individus extrêmement convaincants.

Ainsi, on s’attache à eux, et quand vient l’heure des drames, on tremble de concert.

N’est-ce pas ce que l’on recherche devant un film d’horreur ?

Des personnages incarnés

Si l’écriture, si joliment ambivalente des personnages, constitue la clé de voute de tout film réussi, il convient aussi ici d’imputer la crédibilité des personnages aux acteurs.

En effet, Wyatt Russell (récemment aperçu dans La femme à la fenêtre, de Joe Wright), qui incarne Ray, et Kerry Condon (merveilleuse dans The Banshees of Inisherin), qui incarne sa femme Eve, épousent leurs personnages avec un naturel confondant, qui force l’empathie du spectateur.

Nul doute, dès lors, que l’acteur américain et la comédienne irlandaise parviendront à vous attirer aux tréfonds de leur piscine, le 3 janvier au cinéma.

Une date dont vous vous rappellerez longtemps comme celle où vous avez développé votre peur phobique des bassins turquoises.

Les commentaires sont désactivés sur cet article.

Plus de contenus Cinéma

MeToo du cinéma français
Culture

Violences sexuelles dans le cinéma : « Les actrices qui parlent sont celles qui acceptent de sacrifier leur carrière »

L'affiche officielle du film Challengers de Luca Guadagnino avec Zendaya // Source : DR
Cinéma

Zendaya, Mike Faist et Josh O’Connor dans la nouvelle bande-annonce du film Challengers de Luca Guadagnino

Source : Wikimedia Commons
Société

Isild Le Besco se dénonce sa relation « d’emprise destructrice » avec Benoît Jacquot

The Beatles // Source : tmdb
Culture

Les Beatles auront chacun droit à leur biopic pour raconter leur légende

Judith Godrèche // Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Aux César, Judith Godrèche prendra la parole sur les violences sexuelles dans le monde du cinéma

1
Bye Bye Tibériade  // Source : JHR
Culture

Bye Bye Tibériade : tout savoir sur ce docu sublime sur l’exil de femmes palestiniennes

1
Oppenheimer // Source : affiche du film
Culture

Oppenheimer écrase tout, Anatomie d’une chute salué : 3 faits marquants aux Bafta 2024

Halle Berry, Meurtrie // Source : Netflix
Culture

Jeux Olympiques : 5 films de sport très différents à voir sur Netflix

1
Joker Folie à deux // Source : DC
Culture

Joker 2 « Folie à Deux » : tout savoir sur la comédie musicale avec Joaquin Phoenix et Lady Gaga

1
Justine Triet conférence de presse // Source : https://www.youtube.com/watch?v=O7TzAD4gQLM
Culture

La méthode capillaire très étrange de Justine Triet pour faire triompher Anatomie d’une chute

La pop culture s'écrit au féminin