Live now
Live now
Masquer
loi-anti-ivg-texas
Société

« Ni nécessaire ni utile » : quand LREM ne voulait pas inscrire l’IVG dans la Constitution

27 juin 2022
La Nupes et la majorité sont-elles sur le point de trouver un terrain d’entente sur l’IVG ? Certains n’ont pas manqué de rappeler que LREM avait jugé inutile de constitutionnaliser le droit à l’avortement, une proposition alors portée par La France Insoumise…

À l’annonce de la révocation de l’arrêt Roe vs. Wade aux États-Unis, il y a comme un effet de bousculade pour savoir qui de la Nupes ou de Renaissance serait la première à annoncer sa proposition de loi pour l’inscription du droit à l’IVG dans la Constitution.

Côté Nupes, c’est la présidente du groupe La France Insoumise et députée Mathilde Panot qui a demandé à ce que soit présentée en urgence un texte allant dans ce sens.

Rien de bien surprenant puisqu’il s’agissait notamment d’une promesse faite par Jean-Luc Mélenchon pendant sa campagne.

Au lendemain du coup de tonnerre de la Cour suprême aux États-Unis, côté LREM, ce sont les députées Marie-Pierre Rixain et Aurore Bergé qui se sont empressées de déposer, elles aussi, une proposition de loi visant à inscrire dans la constitution le droit à l’avortement.

cour suprême américaine
Ian Hutchinson via Unsplash

« Ni nécessaire ni utile », l’inscription de l’IVG dans la Constitution ?

Un virage à 180 degrés, oserait-on dire, puisque le sujet n’est pas neuf, et a même été retoqué par… le gouvernement et la majorité dans la précédente mandature.

Petit retour en arrière : les tentatives de La France Insoumise de protéger le droit à l’IVG en l’inscrivant dans la Constitution ne datent pas d’hier. Dès 2016, et voyant les reculs de la Pologne sur cet enjeu, Jean-Luc Mélenchon parlait déjà de sanctuariser l’avortement, s’il était élu Président l’année suivante.

Durant le premier quinquennat Macron, La France Insoumise est revenue plusieurs fois à la charge, d’abord en juillet 2018 à travers un amendement.

Une inscription « ni nécessaire ni utile » avait pourtant jugé Yaël Braun-Pivet, députée LREM, en 2018 qui soutenait alors :

« Il n’est donc nul besoin de brandir des peurs fondées sur la situation de ces droits dans d’autres pays pour affirmer qu’ils seraient menacés dans le nôtre. Cela n’est absolument pas le cas aujourd’hui. »

Le gouvernement allait dans le même sens par la voix de la ministre de la Justice Nicole Belloubet qui affirmait alors que « nous avons un droit suffisamment garanti ».

C’est ensuite en 2019 que LFI a présenté une proposition de loi constitutionnelle. Là encore, LREM ne semble pas très réceptive à l’enjeu et la proposition n’est pas inscrite à l’ordre du jour.

Autant dire que ces discours semblent bien loin. « Tant mieux », s’enthousiasme la députée LFI Danièle Obono qui appelle à un texte commun. Contre toute attente, les deux formations politiques pourraient donc trouver un terrain d’entente dans le but de garantir le droit à l’IVG en France.

À lire aussi : « Les femmes qui avortent ne prennent pas de contraception » et autres idées fausses sur l’IVG débunkées

Crédit photo : Claudio Schwarz via Unsplash

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

national-cancer-institute-VJVsEnR_vNE-unsplash
Daronne

La parentalité est plus stressante et dangereuse pour les personnes racisées

Sihem Belouahmia
Société

Féminicide de Sihem Belouahmia : pourquoi les mots sont importants

Elisa Covo

03 fév 2023

Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

La cellule d’enquête interne d’EELV annonce la clôture du dossier Julien Bayou

Elisa Covo

02 fév 2023

Pancarte de manifestation
Société

Inscription de l’IVG dans la Constitution : réelle avancée ou mesure symbolique ?

hemicycle-2017-300
Société

Le Sénat se prononce en faveur de la constitutionnalisation de l’IVG

denis brogniart
Société

Denis Brogniart est accusé d’humiliations et de violentes crises de colère par d’anciennes collaboratrices

Maya Boukella

30 jan 2023

DNK, le quatrième album d’Aya Nakamura est sorti le 27 janvier 2023
Musique

Pourquoi Aya Nakamura est-elle si méprisée en France ?

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

[Site web] Visuel horizontal Édito (15)
Livres

« Une Place », l’essai-illustré brillant d’Eva Kirilof qui explique l’absence des femmes de l’histoire de l’art

1280px-FIBD2018LuciaBiagi – papmetoobd
Société

Alors que le festival d’Angoulême vient de s’ouvrir, le monde de la BD va-t-il enfin se remettre en question ?

La société s'écrit au féminin