4 façons d’avoir sa dose de nature quand on habite en ville


Vivre en ville (et en appartement) n'est pas forcément synonyme de béton et de toits gris. C'est vrai que c'est plus simple d'avoir sa dose de nature en vivant loin des métropoles, mais il existe aussi quelques astuces pour réveiller votre côté wild.

4 façons d’avoir sa dose de nature quand on habite en ville

En partenariat avec la Cité des Sciences et de l’Industrie (notre Manifeste)

Born to be wild. Compliqué de se connecter à la nature quand on vit dans une ville pleine de béton, avec pour seule vue l’immeuble d’en face. Ouvrir ses rideaux le matin et découvrir toujours le même décor, à savoir les fenêtres des voisins, peut vite mettre le moral en berne…

Que l’on ait toujours vécu ainsi ou bien que l’expatriation de la campagne à une grande ville soit une nouveauté, un shoot de verdure est toujours le bienvenu, sans pour autant foncer dans le premier platane venu pour lui faire un câlin. (Enfin, c’est un pays libre, hein. Chacun son truc. C’est juste que les arbres, c’est un peu rêche, ce n’est pas le plus recommandé pour les accolades.)

Voici donc quelques astuces accessibles qui peuvent vous aider à vous reconnecter à la nature et à la biodiversité quand vous n’en pouvez plus du bitume !

Trouver un coin de nature en ville grâce au miracle de la jardinière

Il n’y a pas que les maisons à la campagne qui peuvent se la raconter avec un plan de tomates et des pousses de basilic. Du moment que vous avez une fenêtre (ce qui est quand même souvent le cas), vous pouvez vous permettre d’avoir une petite jardinière et d’y faire pousser des trucs !

Ça ne casse pas trois pattes à un canard, mais c’est toujours un moyen supplémentaire de vous connecter à la grande nature sauvage (oui ok je m’emballe un peu).

Faire pousser des légumes et des aromates, ça détend et ça occupe ! Sauf que vous n’aurez pas non plus les désavantages d’un potager, à savoir des tonnes de légumes à récolter, des engrais à disperser, des chenilles à dégager et tutti quanti.

Avec une petite jardinière adaptée à la taille de votre appart, vous pourrez surtout vous la péter un peu lors du prochain apéro entres potes en disant « ouais, c’est moi qui ai fait pousser ces tomates cerises ».

Si vous voulez avoir une jardinière digne de ce nom, vous pouvez en apprendre plus sur les types de terreaux à choisir, ou bien consulter le calendrier des semis des plantes aromatiques, mais aussi découvrir les spécificités de la culture en jardinières.

Le parc, la nature version ville

Si le jardinage n’est pas votre truc et que vous n’avez pas la main verte (personnellement, c’est mon cas, je fais crever tout ce que je touche), il y a aussi la solution des parcs et jardins publics.

Toutes les villes, des plus grandes aux plus petites, ont au moins UN coin avec des arbres et de l’herbe. Un pique-nique assise sur le gazon, un apéro entres potes les pieds dans l’herbe plutôt qu’à la terrasse d’un bar, ce n’est pas grand-chose et ça peut faire un bien fou pour celles qui sont en manque de verdure.

À Paris par exemple (parce que j’y vis depuis ma naissance), dès que j’ai un coup de mou et que j’ai besoin de voir autre chose que du bitume, j’embarque mes potes au parc de la Porte Dorée pour un pique-nique au bord du lac. Direct, je me prends pour Laura Ingalls.

C’est à quelques stations de métro seulement, pourtant le dépaysement est là. Ça fait un bien fou de voir les canards barboter, le tout en étant entourée d’arbres, de buissons, de fleurs… et de fucking guêpes. Ah bah oui, la nature a ses avantages comme ses inconvénients.

Une dose de biodiversité à dévorer sans hésiter

Si vous avez envie d’en savoir plus sur le fonctionnement de la planète, sa faune, sa flore, comprendre comment la Terre fait pour survivre dans un monde de moins en moins tolérant avec sa biodiversité mais aussi découvrir comment s’inspirer du fonctionnement du vivant pour développer des solutions durables, il y a la superbe exposition Bio-Inspirée à La Cité des Sciences et de l’Industrie, depuis le 18 septembre à Paris !

L’occasion parfaite d’en savoir plus sur le sujet ou de découvrir pour la première fois ce qu’est la permaculture ou un récif corallien, de comprendre l’utilité vitale de la mangrove et des palétuviers…

Si vous ne connaissez pas le sens des mots que je viens d’écrire, cette expo est faite pour vous !

L’exposition propose un parcours original aux visiteurs pour leur permettre de comprendre les enjeux environnementaux, mais aussi le fonctionnement de la faune et de la flore. Vous pouvez découvrir à quel point l’humain est lié au reste des animaux, aux végétaux et aux micro-organismes, car rappelons que pour continuer à vivre et évoluer sur la planète, il faut piger comment tous ses habitants fonctionnent et sont liés entre eux.

L’exposition est ouverte tous les jours sauf le lundi et elle coûte 9€ pour les moins de 25 ans. La réservation est obligatoire, et c’est un bon moyen de se reconnecter avec la nature, même en ville !

Les initiatives écolo pour plus de nature en ville

Si vous avez besoin d’avoir votre dose de nature alors que vous vivez en ville, il y a aussi la solution de l’initiative citoyenne. Jardins partagés, rues à végétaliser… ce ne sont pas les idées et les initiatives qui manquent !

En se renseignant en mairie par exemple, vous pouvez avoir accès aux noms des organismes ou des associations qui sont impliquées dans l’écologie dans votre quartier et donner de votre temps pour aider à rendre la ville moins bétonnée.

Le but ? Se prendre un petit shoot de nature sans trop vous éloigner de chez vous et aider celles et ceux qui militent pour que la ville ne soit pas qu’une accumulation de toits gris.

Le changement est possible, il est déjà en route dans de nombreuses communes et il est aujourd’hui plus facile de s’investir dans de telles initiatives, tout en choisissant celle qui vous correspond le plus !

En attendant, vous pouvez aussi faire un hug à un arbre, c’est bien aussi, les câlins.

À lire aussi : Qu’est-ce qu’on mange en septembre ? Voilà les fruits et légumes de saison !

Commentaires

Chess Fenrir

Du coup t'avais été à la petite ceinture "urbex" côté Montsouris donc!
(Moi j'ai découvert que la partie accessible facilement par les Buttes-Chaumont dans le 19ème
Je suis allée côté Montsouris, oui, même si ce n'est pas celle que j'ai faite le plus ! J'aime beaucoup la portion au-dessus du canal de l’Ourcq :)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!