Live now
Live now
Masquer
Simone Biles, en couverture du nouveau numéro de juin 2021 l'édition américaine de Glamour
Actualité mode

Les femmes sportives sont enfin regardées comme des icônes mode

Si la mode a l’habitude de choisir des chanteuses, actrices, voire danseuses en égéries, les footballeuses, gymnastes ou tenniswomen ont longtemps été ignorées. Mais la donne est en train de changer, ce qui est une bonne nouvelle pour le sport féminin et son financement.

Même si elle n’a pas participé à Roland-Garros, Naomi Osaka reste une championne de tennis… mais aussi de la mode ! Depuis quelques saisons, ses performances sportives, son capitale sympathie, et son sens du style lui ont permis de décrocher plusieurs contrats d’ambassadrices, voire de co-dessinatrice avec plusieurs marques.

Naomi Osaka, Serena Williams, Megan Rapinoe, Simone Biles deviennent des égéries mode

Après des contrats d’ambassadrices pour TAG Heuer, Shiseido, BareMinerals, et maintenant la prestigieuse maison Louis Vuitton, Naomi Osaka vient de signer une ligne de maillot de bain pour la griffe Frankies Bikinis. Elle a aussi imaginé une collection pour la marque Adeam en 2020, par exemple.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Serena Williams (@serenawilliams)

Constat semblable du côté de sa consoeur Serena Williams, ambassadrice du chausseur Stuart Weitzman et de l’horloger Audemars Piguet, en plus de sa propre marque S by Serena, tandis que sa soeur Venus a baptisé sa marque Eleven. La championne de football Megan Rapinoe, elle, a aussi marqué les esprits en tant que visage de la collection de la maison espagnole Loewe en 2020, tandis qu’on a perdu le compte des contrats mode de la gymnaste Simone Biles (aka THE G.O.A.T.).

Des sportives longtemps ignorées par la mode qui ne savait conjuguer puissance féminine et glamour

Cela peut paraître des choix évidents aujourd’hui, mais les femmes sportives ont longtemps été ignorées tout court, et encore plus par l’industrie de la mode qui leur a toujours préféré des métiers réputés plus glamour comme actrices, chanteuses, ou danseuses. Alors que du côté masculin, on ne compte plus les tennismen, pilote de Formule 1 et autres footballeurs égéries de grandes maisons. Parce que la puissance des hommes est valorisée socialement, perçue comme pouvant facilement faire rêver, tandis que celle des femmes pouvait paraître intimidante.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Simone Biles (@simonebiles)

Il était donc plus que temps que ce paradigme change et s’équilibre, vu l’engouement croissant du grand public pour les performances sportives féminines, qui n’ont rien à envier à celles des hommes. Les chiffres parlent d’eux mêmes : rien qu’aux États-Unis, la Coupe du monde féminine de la FIFA 2019 a généré 22% plus de vues

que celle masculine de l’année précédente. De plus en plus médiatisées, ces athlètes d’un genre trop négligé gagnent en influence, et donc en valeur aux yeux de la mode et son impitoyable marché.

Et c’est tout bénéf’ pour ces sportives qui peuvent ainsi trouver des sponsors encore plus valorisants, qui leur assurent de meilleurs revenus, et donc les aident à potentiellement se sentir plus sereines sur le terrain. Cela leur permet aussi sans doute d’aspirer à une retraite presque aussi dorée que celle de leurs homologues masculins, beaucoup plus habitués à ce genre de juteux contrats aux effets positif en boule de neige.

Ces sportives deviennent des icônes mode, y compris par leurs engagements sociaux

Sauf qu’à la différence de la plupart des athlètes masculins, souvent rendus muets sur les enjeux de justice sociale par les millions qu’ils préfèrent engranger silencieusement, les femmes sportives ont l’habitude d’être des activistes, au moins contre les inégalités de genres sur le terrain et en dehors. Et c’est en tant que telles qu’elles sont recrutées par les marques qui capitalisent alors sur leurs valeurs. Ces combats  sociaux — comme Simone Biles contre les violences sexuelles dans le milieu de la gymnastiques ou Naomi Osaka et ses masques au nom de victimes de violences racistes à l’US Open en 2020 — rendent ces athlètes encore plus marquantes, et donc influentes, auprès de leur fanbase qui les suit de près, et du grand public qui les admire de plus en plus.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 大坂なおみ (@naomiosaka)

C’est ce que résume Izzy Wray, manager du côté du service des affaires sportives du cabinet d’audit et d’étude Deloitte, auprès du média spécialisé Business of Fashion :

«L’intérêt de ces athlètes en tant que personnalités a grandi de la très petite communauté des personnes intéressées par les sports féminins au grand public. »

Deloitte a d’ailleurs confié à Business of Fashion que le marché du sport féminin devrait largement dépasser le milliard de dollars dans les années à venir. Les collabs mode avec de grandes sportives enfin valorisées pour et dans leur puissance ne font donc que commencer et ont tout pour marquer des points !

À lire aussi : Madmoizelle lance « Matières Premières », son podcast sur la mode éthique et contre le greenwashing


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

2
Avatar de Anthony Vincent
17 juin 2021 à 09h06
Anthony Vincent
@Toffee merci pour ton commentaire et pour ta vigilance, je corrige cette imprécision tout de suite
1
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Actualité mode

Capture d'écran TikTok d'une influenceuse faisant un haul de vêtements Shein // Source : @sunlizzeb
Actualité mode

SHEIN émet plus de CO2 que le Paraguay, d’après une nouvelle étude édifiante

Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Une femme essaye des vêtements au milieu d'une friperie
Actualité mode

Ces friperies à Paris vendent tout à 0,95 € (certains jours…)

À Cannes, Cate Blanchett portait-elle une robe drapeau de la Palestine // Source : Capture d'écran Twitter
Actualité mode

À Cannes, Cate Blanchett en robe drapeau de la Palestine ?

1
Emilia Perez, film de Jacques Audiard avec Selena Gomez, en compétition officielle du festival de Cannes 2024 // Source : © Shanna Besson / PAGE 114 / WHY NOT PRODUCTIONS / PATHÉ FILMS / FRANCE 2 CINÉMA / SAINT LAURENT PRODUCTIONS
Actualité mode

Cannes 2024 : Comment la mode finance de plus en plus le cinéma

Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l'hilarante série TISSU // Source : Capture d'écran YouTube
Actualité mode

Quand la sociologie rhabille le streetwear, ça donne l’hilarante série TISSU

LE SITE TEMU regorge d'offres agressives // Source : Capture d'écran Temu
Actualité mode

Temu manipule ses consommateurs ? Des assos européennes portent plainte

La marque Esprit dépose le bilan en Europe (oui, l'hécatombe mode continue) // Source : Capture d'écran Instagram d'Esprit
Actualité mode

Emblématique, cette marque dépose le bilan en Europe (oui, l’hécatombe mode continue)

1
Sur Depop, ce short Forever 21 vendu une somme folle devient viral // Source : Capture d'écran TikTok
Actualité mode

Ce short Forever 21 vendu une somme folle sur un site de seconde main devient viral sur TikTok

Noz brade des chaussures et accessois Minelli // Source : Capture d'écran TikTok / Capture d'écran instagram de Noz
Actualité mode

Noz brade des chaussures et accessoires Minelli à -60 % : voici enfin les dates exactes

Deux femmes en train de sortir des vêtements d'un placard // Source : Vinted
Actualité mode

Vinted : comment faire votre déclaration de revenus 2024 si vous vendez beaucoup de seconde main

La vie s'écrit au féminin