L’éponge à sperme va-t-elle nous sauver de la course façon pingouin jusqu’aux toilettes ?


Le Dripstick, vous connaissez ? Il s'agit ni plus ni moins que d'une éponge à sperme, visant à vous éviter un trajet précipité façon pingouin jusqu'à la salle de bains !

L’éponge à sperme va-t-elle nous sauver de la course façon pingouin jusqu’aux toilettes ?Deon Black / Pexels

Voilà un brainstorming qui n’a pas dû être simple. Comment nommer un objet qu’on présenterait, spontanément, comme… eh bien… comme une éponge à foutre ? C’est là qu’il est utile d’avoir une équipe inventive sous la main !

La solution a été trouvée, en tout cas : l’objet s’appelle Dripstick, il connaît un grand succès après qu’une vidéo d’une employée de la marque qui le commercialise a cartonné sur TikTok, et il fait exactement ce que vous imaginez. À savoir absorber le sperme. Car c’est bel et bien une éponge à foutre.

Le Dripstick, l’éponge à sperme qui affole TikTok

En vente depuis 2019, le Dripstick est tout simplement une petite éponge jetable de qualité médicale montée sur un bâtonnet, à utiliser après un rapport pendant lequel il y a eu éjaculation dans le vagin. Au lieu de claudiquer jusqu’à la salle de bains en espérant que le sperme ne vous dégouline pas le long des jambes, vous pouvez insérer le Dripstick délicatement, le faire pivoter un peu et — selon les promesses marketing — voilà ! Plus de liquide !

@awkwardessentialsReply to @rolesdecanelasincanela founded by a founder… how innovative. it’s also called dripstick i forgot that part♬ original sound – awkward essentials

Une FAQ assez complète sur le site de la marque (joliment nommée Awkward Essentials, littéralement « les essentiels de la gêne ») répond aux interrogations qui fusent probablement dans votre cerveau :

  • Le Dripstick n’est absolument pas une contraception, et ne protège pas des MST ou IST : le sperme est déjà dans le vagin, la possibilité d’une grossesse ou d’une transmission de maladie est inchangée. Ce n’est qu’un accessoire de confort visant à évacuer le liquide le plus vite possible.
  • Le Dripstick ne vise en aucun cas à « nettoyer » le vagin, qui le fait très bien tout seul, et n’assèche pas la muqueuse vaginale : il ne fait qu’absorber le sperme.
  • Le Dripstick ne remplace pas le conseil santé qui est de faire pipi après une pénétration vaginale, car des bactéries peuvent voyager jusqu’à l’urètre et causer des infections urinaires.
  • Le Dripstick est différent d’un tampon en cela qu’il est conçu pour absorber rapidement le liquide (et non progressivement sur plusieurs heures), et prévu pour contenir moins de liquide (car le sperme est moins abondant que les règles). L’un et l’autre ne sont pas interchangeables. Voici un petit aperçu de la différence :
@awkwardessentialsReply to @twistedscissors0110 tampons are cotton, dripstick is a sponge… it’s made to absorb those thicc liquids fast ##science ##fyp♬ Astronaut In The Ocean – Masked Wolf

Ajoutons à ces conseils, puisque ça ne fait pas de mal, que le Dripstick est conçu pour le vagin et non l’anus ; les puissants muscles de votre rectum sont capables d’aspirer tout objet non pourvu d’une large base, et de vous transformer en histoire marrante des urgences ! Personne ne veut ça.

Le Dripstick, vraie solution ou faux problème ?

Le problème du sperme qui coule de façon inconfortable après un rapport est bien connu, mais est-ce qu’une solution jetable (et donc polluante) comme le Dripstick est vraiment idéale ?

D’un côté, l’objet lève un tabou en présentant cette problématique comme quelque chose de normal, et c’est positif : avoir honte de parler d’éléments concrets liés à la sexualité, ça n’a jamais fait de bien à personne.

De l’autre, beaucoup de gens ont déjà trouvé des astuces moins génératrices de déchets, comme le classique paquet de mouchoirs près du lit, un petit stock de serviettes réutilisables avec lesquels on s’essuie… et le sacro-saint PQ, évidemment, puisqu’il est toujours conseillé de faire pipi rapidement après une pénétration vaginale : on est déjà aux toilettes, après tout !

Sans compter que l’objet (qui n’est pas livré en France pour le moment) n’est pas donné : 25$ le pack de 20. Sachant, pour la comparaison, qu’une boîte de 22 tampons de grande marque coûte moins de 5€, ça pique. Pour le même prix, vous pouvez acheter une quinzaine de cotons lavables qui pollueront beaucoup moins !

Alors, résisterez-vous aux sirènes du marketing ou céderez-vous à la curiosité en tentant le Dripstick s’il est disponible chez vous ?

À lire aussi : Que faire du sperme si j’avale pas ?

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Azala

De mon côté, je préfère utiliser un gant de toilette pour éviter le gâchis de mouchoirs et tous les petits morceaux qui peuvent rester collés... Je trouve ça moins agressif et après le passage aux toilettes on peut le laver et s'en resservir pour se nettoyer rapidos.

Comme d'autres personnes qui ont commenté, je n'ai aucune envie après l'amour de remettre quelque chose dans mon vagin. Et je trouve ça dommage que ce soit jetable (enfin, il faut bien faire de l'argent...)
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!