Live now
Live now
Masquer
langue-francaise-disparaitre
Livres

Askip la langue française va clamser ?

30 août 2018 15
L’argot et les nouveaux mots envahissent chaque jour les rues. Au détriment de la langue française ? Pas si sûr…

J’aime profondément la langue française, son vocabulaire, son Histoire, ses nuances et sa grammaire.

L’un de ses aspects qui me fascine le plus est son évolution, n’en déplaise aux puristes et académiciens.

La langue française est-elle vouée à disparaître ?

C’est justement de ce sujet que traite le livre Les Mots du Bitume, d’Aurore Vincenti, ainsi que son intervention dans une vidéo de France Info.

À l’heure où de nombreux puristes s’entêtent à conserver une grammaire et une syntaxe intacte depuis des siècles, sans lui laisser la moindre perspective d’évolution, je suis assez satisfaite par l’opinion qu’exprime Aurore Vincent.

L’argot est une poésie du vivant, l’adaptation du langage aux nécessités de l’expression.

Je trouve ça magnifique, autant que j’adore utiliser des termes comme « prolixe » ou « taciturne », juste parce que je trouve ces mots beaux et trop peu utilisés. J’adresse une spéciale dédicace à l’expression « subtil distingo » qui berce mes tympans à chaque fois que je l’entends.

Le français est une langue vivante, n’en déplaise aux puritains

J’aime la langue française, j’aime la voir grandir et faire éclore ses mots, nouveautés, expressions et argots.

J’aime le rap, le slam, comme j’aime les chansons des années 50, 30, le maniement des termes et des sonorités.

Car le français, contrairement au latin ou au grec ancien, est une langue vivante. C’est là que « langue vivante » prend tout son sens, et qu’il ne s’agit plus d’un simple acronyme sur ton emploi du temps : « LV1 », « LV2 ».

J’ai parfois tendance à être ou paraître snob intellectuelle, mais je déteste le puritanisme linguistique.

(Oui. Je sais. Cette phrase sonne très snob intellectuelle et puritaniste linguistique.)

Le pouvoir des mots est important, et à l’instar du novlangue orwellien, les termes que nous utilisons façonnent notre société. Je pense qu’il faut en avoir conscience pour maîtriser cet impact, en faire quelque chose de positif, ou du moins qui corresponde à notre regard et à nos objectifs.

Tout cela pour dire combien il me semble primordial de laisser le langage évoluer, et de l’écouter grandir, puis transformer notre vision du monde.

Et toi, qu’en penses-tu ? Es-tu irrité·e par les évolutions de la langue, ou mélanges-tu astucieusement argot et français classique ?

Pour acheter le livre

Si le sujet t’intéresse, tu peux te procurer Les Mots du Bitume pour 12,90€ à la Fnac ou sur Amazon

À lire aussi : Pourquoi la réforme de l’orthographe est une bonne chose pour la langue française ?

Les Commentaires
15

Avatar de Lacus_Clyne
4 septembre 2018 à 06h35
Lacus_Clyne
Oui le français académique actuel va disparaître (en tous cas comme langue vivante) comme avant lui l’ancien français, le francoprovençal, la langue d’oil, la bas latin, le latin, l’étrusque,... mais pas tout de suite.

Il est intéressant de noter que jusqu’au traité de Versailles en 1919, les traités internationaux étaient systématiquement rédigés en français.

Pour les franglais et autre gloubiboulga linguistiques forts éloignés de ce qui se pratique dans les universités de lettres, cela ne me choque pas du tout. Déjà au moyen-âge, les ecclésiastiques de haut rang utilisaient un latin de bon niveau alors que les marchands et marins méditerranéens utilisaient une langue véhiculaire qu’on nomme la "lingua franca" et qui mélangeait des mots français, italien, espagnol, catalan, portugais, turc, maltais, arabes.

La grande différence avec le passé c’est qu’entre l’éducation généralisée et les moyens de communication modernes on doit à la fois être des “académicien/nes” qui maîtrisent leur langue maternelle (malgré pour nous autre francophone, l’avantage de sa moindre vernacularité) et en même temps des “marchand(e)s”capables d’échanger avec le monde entier.
0
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Livres

selection-meilleurs-livres
Livres

Contes inclusifs, anti-héroïnes de série, faire famille autrement : voici trois livres à ne pas manquer

Pauline Leduc

30 nov 2022

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
sil suffisait daimer bd steinkis
Livres

S’il suffisait qu’on s’aime, une puissante BD pour se replonger dans le combat pour la PMA

Maëlle Le Corre

26 nov 2022

[Site web] Visuel horizontal Édito (12)
Livres

Jade Debeugny : « Montrer des poils est devenu un acte militant »

Pauline Leduc

22 nov 2022

[Site web] Visuel horizontal Édito (9)
Livres

Rivalité féminine, violences médicales, #MeToo : trois livres à lire ce mois-ci

Pauline Leduc

22 nov 2022

roman-seul-un-monstre-lumen
Livres
Sponsorisé

Quelle héroïne de roman de fantasy êtes-vous ?

Madmoizelle Brand

16 nov 2022

fraude qui peut
Livres

Fraude qui peut ! La bande-dessinée écolo et pédagogique qui dézingue la pêche électrique

Maya Boukella

13 nov 2022

Couverture du livre Fruits de la colère
Livres

Pourquoi le livre Fruits de la colère va transformer votre rage féministe en carburant

Anthony Vincent

12 nov 2022

L'autrice afro-féministe Kiyémis, photographiée par Adeline Rapon, pour Albin Michel
Livres

L’autrice Kiyémis s’affirme comme votre « pire cauchemar » dans un essai libérateur

Anthony Vincent

11 nov 2022

2
feminist-in-progress
Livres

Voici un guide pour tous ceux qui pensent qu’on a plus besoin du féminisme

Christelle Murhula, photographiée par Eva Belizaire
Livres

Avec Amours Silenciées, Christelle Murhula éclaire les limites de la révolution romantique

Anthony Vincent

04 nov 2022

1

La pop culture s'écrit au féminin